Share on Facebook Share on Twitter Share on Google Plus

Bulletin du Congrès de l’UICN

Volume 39 Number 21 - mercredi, 7 septembre 2016


Congrès mondial de la nature l’UICN

mardi, 6 septembre 2016 | Honolulu, États-Unis


Langues: EN (HTML/PDF) FR (HTML/PDF) SP (HTML/PDF)
Visitez notre couverture ENB+/IISD depuis Honolulu, États-Unis:
http://enb.iisd.org/iucn/congress/2016/

1ere SEANCE DE L'ASSEMBLEE DES MEMBRES

La première séance de l'Assemblée des membres a commencé par un chant de l'Aloha Spirit Law par des autochtones hawaïens. Ouvrant l'Assemblée des membres de l'UICN, le Président de l'UICN, Zhang Xinsheng, a rappelé aux délégués que "le développement durable n'est pas uniquement sur le papier, mais se réalise par l'action", et a appelé les membres à "rechercher une convergence des intérêts et trouver des solutions".

Désignations et premier rapport du Comité de vérification des pouvoirs du Congrès: Le Président de l'UICN, Zhang, a présenté les termes de référence (TDR) et la composition des comités du Congrès (WCC-2016-1.1/1-Rev 1), et les membres ont voté son approbation.

Adoption de l'ordre du jour: Le Congrès a approuvé l'ordre du jour de l'édition 2016 du Congrès mondial de l'UICN sur la conservation (WCC-2016-1.2/1 and Annex 1-Rev 1).
Désignation des Commissions des résolutions, des finances et audit, de la gouvernance et les comités de programme du Congrès: Le Président de l'UICN, Zhang, a invité l'Assemblée à approuver par vote, les TdR des Commissions du Congrès proposés par le Conseil chargé de la composition des comités du Congrès (WCC-2016-1.1/1-Rev 1).

Aroha Mead, UICN, se référant à la composition proposée des Comités du Congrès de 2016 (WCC-2016-1.1/1-Annex 7-Rev 3), a expliqué que les principes observés pour la sélection ont englobé: une représentation équitable des régions; l'équilibre entre les sexes; et un mélange entre membres étatiques et ONG. Elle a précisé que le Comité directeur du Congrès ne nécessite pas une décision de l'Assemblée.

Le Conseil international du droit environnemental a proposé l'inclusion des jeunes dans les commissions, et plusieurs membres ont proposé des candidatures. Le Président Zhang a reporté le vote sur ce point de l'ordre du jour pour laisser le temps à l'examen des candidatures.

Dans la soirée, Mead a rapporté une suggestion du Comité du Congrès d'inclure, dans chaque commission, un candidat désigné. L'Assemblée a approuvé les termes de référence et la composition des commissions.

Rapport du Directeur général: La directrice générale de l'UICN, Inger Andersen, a présenté le rapport (CMC-2.016 à 1,4 / 1). Elle a souligné l'engagement de l'UICN à réaliser les étapes suivantes: veiller à ce que l'environnement soit intégré dans tous les objectifs de développement durable (ODD); travailler à la concrétisation des objectifs d'Aichi; et souligner, à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), l'impératif d'investissements dans l'adaptation et l'atténuation et dans l'inclusion des océans dans l'Accord de Paris.

Répondant à une question posée par le Pakistan sur la mobilisation des ressources, elle a souligné: la fin "du temps où les financements étaient non affectés et sans restriction" et la nécessité d'engager un large spectre politique. En réponse à une question du Bangladesh sur la taille du personnel, elle a donné un aperçu de la structure décentralisée de l'UICN. A une question du Sénégal sur les mesures prises par l'UICN en vue de créer des principes solides pour encourager un engagement du secteur de l'entreprise qui, à la fois, respecte la nature et favorise le développement, Andersen a rappelé la création du programme de l'UICN sur la biodiversité et l'entreprise.

Le Sénégal, le Cameroun, l'Ethiopie et le Nigeria ont soulevé des questions sur: l'évaluation de la mise en œuvre des programmes de l'UICN; la responsabilité des membres de l'UICN; la communication avec les membres africains "défavorisés" de l'UICN; et l'évaluation de la participation des communautés locales dans la mise en œuvre du programme. En réponse, la Directrice générale de l'UICN a souligné les efforts entrepris par l'UICN pour accroître la responsabilité et la transparence de ses travaux, notamment à travers le Portail de l'Union de l'UICN, lancé en 2015. Répondant à d'autres questions de la salle, elle a fait observer, entre autres: qu'il n'y a pas d'influence indue de la part les pays donateurs; que le travail de l'UICN est fondé sur la science; et que le rapport rend compte fidèlement des lieux des réunions précédentes.

Rapport du Conseil: Le Président de l'UICN, Zhang, a invité les membres à examiner le rapport du Conseil à l'adresse du Congrès (WCC-2016-1.5/1). Zhang a attiré l'attention sur les grandes réalisations du Conseil, y compris: la transition en douceur de la direction du Secrétariat, avec nomination d'Inger Andersen au poste de directrice générale en 2014; l'adoption généralisée de "l'approche programmatique unique" pour le soutien de la prestation et de l'impact des politiques et programmes de l'UICN; la modernisation de la gouvernance par le biais, entre autres, de l'approbation électronique des motions et vote des membres; les directives concernant des questions cruciales telles que le changement climatique et les ODD; et le maintien de l'accent placé sur le renforcement des services d'adhésion à l'UICN, comme en témoignent les 273 nouveaux membres et six comités nationaux qui ont rejoint l'Union depuis 2012.

Au cours du débat qui a suivi, les membres et le Conseil ont interagi sur les questions concernant: la mise en œuvre des sept ODD prioritaires; la nécessité de renforcer davantage la responsabilisation et la transparence, et le besoin d'indicateurs pour mesurer l'efficacité du Conseil; la demande au Secrétariat d'accroître la participation au renforcement des capacités en matière de transfert de technologie aux pays en développement, et à la mobilisation de ressources financières à leur profit; et l'empreinte de l'Union dans le programme de lutte contre le changement climatique.

Premier rapport du Comité 2 des Résolutions et Enregistrement en bloc de l'adoption de motions à le biais d'un scrutin électronique avant le Congrès: Simon Stuart, Président du Groupe de travail sur les Motions a introduit: Une mise à jour du Processus des Motions (WCC-2016-1.6/1); les Communications émises par le Groupe de travail sur les Motions (WCC-2016-1.6/2 and 6/4); et l'enregistrement des motions adoptées par vote électronique (WCC-2016-1.6/3-Rev 1). Il a souligné que la nouvelle façon de travailler pour le processus de prise de décision de l'UICN a renforcé le caractère démocratique fondamental en renforçant la transparence et la participation des membres de l'UICN dans la discussion des motions.

Répondant aux questions de la salle, Stuart a expliqué: que l'information concernant la participation et les votes relève du domaine public et qu'elle est par conséquent accessible à toute personne procédant à une étude approfondie; que les explications sur les votes pourraient être soumises en ligne; que les données relatives aux précédents débats qui ont eu lieu dans des groupes de contact, ne sont pas disponibles; que la nouvelle période de débat électronique fournit beaucoup plus de temps, 2 mois, en comparaison avec les précédents débats souvent contraints par des groupes de contact de deux heures; et que les motions sur les questions touchant à la gouvernance de l'UICN sont également en ligne, quoique dans un onglet distinct.

Les membres ont ensuite adopté, conformément à l'article 62 septimo du règlement intérieur du Congrès mondial de la nature (CMN), Adoption en bloc des Motions du CMN de l'UICN par scrutin électronique, avant le Congrès.

Margaret Beckel, présidente du Comité de gouvernance du Congrès, a présenté les motions sur la gouvernance de l'UICN, relatives à: l'inclusion des autorités locales et régionales dans la structure de l'Union (Motion A); l'inclusion des organisations de peuples autochtones dans la structure de l'Union (Motion B); l'élection du Président de l'UICN (Motion C); et au renforcement des pratiques et réformes de la gouvernance de l'UICN (Motion D). Elle a encouragé tous les membres à participer activement aux groupes de contact.

L'Article 1.7 de l'Ordre du jour, Information à fournir par le Responsable des élections, au sujet des procédures d'élection, a été reporté à mercredi.

Informations concernant le but et le processus des engagements de Hawaii: Maria von Weissenberg, Finlande, a présidé cette session. John Robinson, UICN, a expliqué que le thème engagements de Hawaii, " Navigating Island Earth " est inspiré par le voyage autour du monde du canoë polynésien 'Malama Honua', et qui se traduit par "prendre soin de notre île, la planète Terre". Il a expliqué que la sous-commission chargée de la rédaction de la déclaration fournirait un projet de texte pour commentaires, précisant que ce ne serait pas un texte négocié.

2eme SESSION DE L'ASSEMBLEE DES MEMBRES

Présentation du Projet de programme de l'UICN au titre de 2017-2020: La Directrice générale, Andersen, a présenté le programme de l'UICN pour l'exercice quadriennal 2017-2020 (WCC-2016-2.1/1-Annex 1), rappelant aux membres que «nous avons tous besoin de nous voir dans ce programme".

Cyriaque N. Sendashonga, Directeur mondial du Groupe des politiques et des programmes de l'UICN, a parlé des accomplissements intersessions de l'UICN entre 2013 et 2016, y compris: l'élévation du rôle de la nature dans les cadres internationaux; une progression dans l'intégration et la mise en œuvre de solutions fondées sur la nature – comme à travers par exemple le cadre du Défi de Bonn et la représentation des écosystèmes comme élément important dans 45 contributions déterminée00s au niveau national (CDN) en vertu de l'Accord de Paris; l'augmentation des investissements dans la conservation et l'accréditation au Fonds pour l'environnement mondial (FEM) et au Fonds mondial pour le climat (FMC); et l'émission de connaissances par le biais de nombreuses publications.

Sendashonga a souligné que le programme pour la période 2017-2020 place davantage l'accent sur les ODD et accroît les efforts dans les domaines: de la valorisation et de la conservation de la nature; de la promotion et du soutien de la gouvernance équitable efficace des ressources naturelles; et le déploiement de solutions basées sur la nature pour la relève les défis sociétaux.

Présentation du Plan financier de l'UICN pour l'exercice quadriennal 2017-2020: Andersen a présenté le cadre du plan financier de l'UICN signalant: une redéfinition des priorités de l'aide publique au développement (APD), en raison de la crise migratoire européenne; une baisse du financement sans restriction de l'UICN; et une "croissance saine" dans le financement des projets, dont la majorité provient des gouvernements et des institutions multilatérales. Michael Davis, UICN, a présenté les objectifs du plan financier, qui comprennent: le financement de la mise en œuvre du programme 2017-2020; une croissance du portefeuille des projets de l'UICN; des approches régionales et programmatiques; et l'approche "un programme unique" assortie d'une augmentation des décisions de subventions et de mise en œuvre conjointe avec les membres. Il a annoncé que le financement sans restriction de l'UICN pour 2017-2020 est de 115 millions de dollars et que le financement restreint est de 462 millions de dollars. Il a signalé également une augmentation des membres adhérents de l'UICN, en particulier dans la catégorie des ONG, avec des prévisions de croissance.

Discussion des questions d'importance stratégique pour l'Union: La Directrice générale, Andersen, réagissant à une demande par des membres, d'aborder les questions d'importance stratégique au cours de l'Assemblée, a déclaré que le Conseil a pris des décisions sur trois thèmes stratégiques, à savoir: l'agriculture et la biodiversité; les océans et les îles; et le renforcement des forces constitutives.

Comment l'UICN devrait-elle relever le défi de la conservation de la nature face à l'agriculture industrielle: Dans sa déclaration d'ouverture, Ruth Richardson, Alliance mondiale pour l'avenir de l'alimentation, a cité Wendell Berry dans le "Unsettling of América: Culture and Agriculture", "le sol est le grand connecteur des vies, la source et la destination de tous", soulignant en outre que les systèmes alimentaires sont reliés à divers problèmes affectant les moyens de subsistance individuels.

Alexander Müller, TEEB pour l'agriculture et l'alimentation, a mis en exergue les opportunités stratégiques offertes à l'UICN comme centre de connaissances permettant de contribuer à l'évolution des modes de production alimentaire en vue d'éradiquer la pauvreté dans des limites écologiques, et de soutenir une évaluation exhaustive de la chaîne alimentaire.

Jeffrey Sachs, Columbia University Earth Institute, a déploré l'absence de mesures et de quantifications "pour ce qui concerne l'interface biodiversité-écosystèmes-agriculture" et a proposé que l'UICN ouvre la voie au travail d'analyse "dont il est besoin urgent", pour passer à l'élaboration de plans d'action.

Jason Clay, WWF Etats-Unis, a appelé à: des mesures d'ordre planétaire ; mettre l'accent sur la transition des "pires producteurs de denrées alimentaires" vers une agriculture durable; et une réorientation des financements loin des "méthodes habituelles de production des cultures commerciales", vers "des méthodes novatrices inhabituelles, qui réintègrent les sols sous-performants".

Dans le débat qui a suivi, les membres et les partenaires de l'UICN ont souhaité en savoir davantage, entre autres, sur la question de savoir si la conservation de la nature est fondamentalement incompatible avec l'agriculture industrielle, sur l'importance de la consommation durable et sur les raisons pour lesquelles les investissements publics dans l'agriculture durable est en baisse alors que l'agriculture industrialisée investit dans des agro-systèmes qui ruinent les écosystèmes, et sur la nécessité de feuilles de route pour une agriculture durable.

Comment l'UICN devrait-elle relever le défi de la préservation de la santé des océans de la planète: Lauren Wenzel, NOOA, a modéré le premier groupe de discussion, soulignant que "l'économie du plastique" affecte gravement la santé de nos océans. Les conférenciers ont répondu aux questions des membres.

Pierre Cousteau, Cousteau Divers, a déclaré que les produits plastiques à usage unique devraient être interdits et que les conceptions des produits de la plupart des plastiques ont un effet dissuasif quant à leur recyclage. Birguy Lamizana-Diallo, PNUE, a déclaré qu'un programme mondial sur les plastiques donnerait aux gouvernements des mandats nationaux d'agir sur la réglementation de leur utilisation.

Jeroen Dagevos, Université d'Utrecht, a déclaré que des campagnes telles que celles contre les micro-plastiques dans les produits cosmétiques ont le potentiel de donner lieu à des changements dans le secteur de l'entreprise.

Sylvia Earle, océanographe, modérant le second groupe de discussion a appelé à "mettre la valeur de la vie de la faune sur la feuille du bilan". Elle a souligné la nécessité de grandes aires marines protégées, comme "refuges pour la faune de l'océan". Nilufer Oral, Co-président du Groupe de spécialistes des océans de la Commission mondiale sur le droit de l'environnement, a appelé à l'utilisation du solide réseau d'experts juridiques de l'UICN pour influencer la prévention de la pêche illégale, avec ses conséquences économiques, sociales et environnementales négatives.

Serge Garcia, Président du Groupe d'experts de la pêche de la Commission sur la gestion des écosystèmes, a décrit les efforts visant à accélérer la mise en œuvre de l'approche tenant compte des services écosystémiques et à favoriser la collaboration entre les organismes gouvernementaux et intergouvernementaux, tels que la CDB, la FAO et l'ICUN.

Sebastian Troeng, Conservation International, Colombie, a convenu de l'importance de la recherche de solutions avec une lentille combinant les connaissances d'ordre économique, social et environnemental. Il a également appelé à des solutions de grande échelle, créant des conditions favorables et habilitant les solutions.

En partageant les expériences de son périple sur un bateau à voile autour du monde, Nainoa Thompson a inspiré les participants à protéger "la culture, les océans et l'île Terre - parce que nos vies en dépendent".

3eme SESSION – CEREMONIE DE REMISE DES PRIX

Dans la soirée, le président Zhang a présidé une cérémonie de remise des prix.

Le lauréat de la Médaille commémorative John C. Phillips, est allé à Maria Teresa Jorge Pádua, Brésil, pour ses services exceptionnels en matière de conservation internationale. La Médaille Harold Jefferson Coolidge est allée à Lee M. Talbot, États-Unis, pour sa contribution exceptionnelle à la conservation de la nature et des ressources naturelles. Ashok Khosla, Inde, et Valli Moosa, Afrique du Sud, ont reçu le titre de Membres honorifiques de l'UICN.

Les Commissions de l'UICN ont également présenté: la Médaille Peter Scott et George Rabb pour l'innovation en matière de conservation; le Prix ​​Miller Kenton pour l'innovation en matière de gestion des aires protégées; le Prix Luc Hoffmann et le Prix des jeunes professionnels; le Prix ​​pour les matériaux d'éducation environnementale en langue espagnole sur le changement climatique; la Médaille internationale de Brandwein pour l'engagement continu en faveur de l'éducation en matière de conservation; le Prix ​​du président pour l'engagement continu de la Commission sur l'éducation et la communication; le Prix ​​du jeune professionnel; le Prix de la Commission des politiques environnementales, économiques et sociales (CPEES) pour la recherche méritoire; le Prix de la ​​CPEES pour l'Organisation autochtone membre de l'UICN et le Prix de la CPEES pour la parité.