Share on Facebook Share on Twitter Share on Google Plus

Bulletin du Congrès de l’UICN

Volume 39 Number 22 - jeudi, 8 septembre 2016


Congrès mondial de la nature l’UICN

mercredi, 7 septembre 2016 | Honolulu, États-Unis


Langues: EN (HTML/PDF) FR (HTML/PDF) SP (HTML/PDF)
Visitez notre couverture ENB+/IISD depuis Honolulu, États-Unis:
http://enb.iisd.org/iucn/congress/2016/

4 EME SEANCE DE L'ASSEMBLEE DES MEMBRES

John Robinson, Wildlife Conservation Society, a présidé la quatrième séance de l'Assemblée. Michael Wilson, Cour suprême de Hawaii, a guidé l'Assemblée sur les procédures d'élection des conseillers régionaux pour la période 2016-2020, et sur celle du président, du trésorier et des présidents des Commissions de l'UICN pour la même période 2016-2020.

Simon Stuart, président de la Commission des résolutions de l'UICN, a mis à jour l'Assemblée sur les délibérations du Groupe de travail sur les Motions de la Commission des résolutions, à propos des dix nouvelles motions reçues au cours du Congrès. Il a indiqué que sept des dix résolutions soumises ont été acceptées, soulignant que tout recours doit être reçu avant la fin de la 4ème séance de l'Assemblée ou d'ici 13 heures. Il a signalé que les groupes de contact poursuivraient leurs réunions. Les membres de l'Assemblée ont demandé l'octroi de plus de temps aux groupes de contact et un service d'interprétariat en espagnol et en français.

EXAMEN DES QUESTIONS D'IMPORTANCE STRATÉGIQUE POUR L'UNION :

Comment l'UICN devrait-elle relever le défi de renforcer les engagements en faveur de la nature:

Miguel Pellerano, Conseiller régional pour l'Amérique centrale et méridionale, UICN, a modéré le débat.

Parlant de la connexion des villes, Kobie Brand, CIIEL- Afrique, a déclaré que les villes sont des "centrales" pour la réduction des gaz à effet de serre. Elle a souligné la valeur d'un réseau de villes qui soutient le renforcement des efforts, l'échange d'information et la réalisation des objectifs mondiaux fixés pour les villes.

Le Vice-président de l'UICN, Adin Malik Amin Khan, Asie, a partagé des expériences de la participation de l'UICN à l'expansion des instances engagées en faveur de la nature au Pakistan, à travers l'initiative Action Verte, qui vise l'emploi de l'énergie hydraulique propre et l'agrandissement des parcs nationaux et des forêts. L'UICN, a-t-il expliqué, introduit d'abord la connaissance et la science dans l'élaboration des politiques, puis favorise l'action sur le terrain à travers un travail de proximité de portée mondiale.

Mettant en exergue l'autonomisation des citoyens à travers une meilleure connaissance de leur environnement biophysique, comme étant essentielle pour la résolution des problèmes environnementaux, Margaret Otieno, Wildlife Clubs, Kenya, a partagé son expérience en matière de travail avec des enfants et des jeunes scolaires.

Ramiro Batzin, Autochtones Sotzil du Guatemala, a décrit comment les peuples autochtones se développent, dans les territoires de bio-culture et de conservation, un "processus de bonne vie" en équilibre avec la nature. Il a suggéré à l'UICN de mettre l'accent : sur la mise en application de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones; sur l'utilisation d'une approche fondée sur les droits, dans le travail de conservation; et sur l'évaluation de la mise en œuvre des résolutions de l'UICN applicables aux peuples autochtones.

Nizar Hani, Conseiller principal, ministère de l'environnement, Liban, a souligné que l'engagement des communautés locales dans la gestion des terres protégées fournit des avantages économiques et sociaux aux circonscriptions locales et, notamment, aux femmes, aux jeunes, aux agriculteurs et au secteur de l'entreprise. Une mise en œuvre pratique, a-t-il précisé, exige trois mesures : "donner aux communautés pleins pouvoir et responsabilité de la gestion de leur environnement; s'assurer d'une gestion financière efficace; et célébrer les réalisations, telles que les parcs concrétisés avec succès.

Roberto Vides-Almonacid, Vice-président régional, UICN Amérique latine, a souligné le potentiel de la foi religieuse dans la conciliation entre la nature et l'humanité. Ce potentiel, devait-il préciser, trouve sa source dans : les pratiques durables inspirées par les textes religieux; la large portée géographique des communautés religieuses; et le soutien politique des chefs religieux, comme en a témoigné le cheminement vers l'Accord de Paris.

Au cours du débat qui a suivi, les conférenciers ont souligné l'importance : d'explorer l'interface entre les villes et les collectivités et l'interface entre la nature et la santé; de diffuser des idées de développement vert; de veiller à la sensibilisation, à l'autonomisation et à l'emploi des jeunes dans des activités vertes; et d'intégrer certaines de ces idées dans les engagements de Hawaii.

LES RAPPORTS DES COMMISSIONS DE L'UICN : Le Président de l'UICN, Zhang, a invité les présidents des six Commissions de l'UICN à présenter les faits saillants de leurs rapports respectifs (WCC-2016-4.2/1-Annex 1 to 6).

La Commission de la gestion des écosystèmes (CGE) : Le Président Pete Smith, a expliqué que le CGE sert le département des Recherche et développement de l'UICN, et soutient la production de données et la collecte de fonds.

La Commission de l'éducation et la communication (CEC): La Présidente par intérim, Nancy Colleton, a indiqué que la CEC permet à la communauté mondiale de communiquer et d'utiliser les données et connaissances pour le changement positif en matière de conservation. Elle a parlé de plans futurs comprenant, entre autres : des campagnes avec Alison Sudol, Ambassadeur de bonne volonté de l'UICN; des réunions de planification stratégique avec National Geographic, début 2017; et un travail de collaboration avec Parcs Canada.

La Commission des politiques environnementales, économiques et sociales (CPEES) : La Présidente Aroha Te Pareake Mead, a donné un aperçu des principaux domaines de travail de la CPEES, dans les différents secteurs, disciplines et régions. Partageant la compréhension des peuples autochtones que "la nature et la connaissance précédent l'humanité", elle a expliqué que des protocoles stricts sont requis pour l'accès et l'utilisation.

La Commission de survie des espèces (CSE) : Le Président Simon Stuart a parlé du passage du nombre des espèces inscrites à la Liste rouge de l'UICN, de 20.000 à 82,954 espèces actuelles inscrites depuis le CMN de 2012, soulignant que l'objectif en est 160,000 espèces d'ici 2020.

La Commission mondiale du droit environnemental (CMDE) : Le Président Antonio Herman Benjamin a souligné l'importance du "Programme unique" pour l'évaluation et la conservation de la nature; d'une gouvernance efficace et équitable des ressources naturelles; et du déploiement de solutions basées sur la nature dans les domaines de l'alimentation, du développement et de la lutte contre le changement climatique. Il a souligné également l'importance des partenariats inter-commission pour le renforcement des capacités, ainsi que celle des activités régionales, des groupes spécialisés inter-commission et des réunions des comités d'organisation.

La Commission mondiale des aires protégées (CMAP) : La Présidente Kathy MacKinnon a annoncé que la Liste verte des zones protégées de l'UICN, lancée en 2014, compte maintenant huit pays partenaires, avec des engagements pour l'inscription de 50 aires protégées, et des recommandations pour 28 aires protégées. Elle a en outre souligné l'importance du travail de la Commission pour la réalisation des ODD 3 (santé), 6 (eau), 7 (énergie), 11 (villes), 13 (changement climatique) et 15 (biodiversité).

Le débat qui a suivi a mis en relief : le rôle accru du pouvoir judiciaire dans l'activisme et la protection environnementaux, de la justice sociale et environnementale et de la lutte contre le trafic de la faune; la faible représentation de l'Afrique dans les commissions; le fait que plus de travail est nécessaire dans le domaine de la gestion des aires protégées menacées par les pratiques agricoles et d'autres périls; et la nécessité d'accroître l'inter-connectivité entre les commissions.

5 EME SEANCE DES MEMBRES DE L'ASSEMBLEE

PRESENTATION DES CANDIDATS A DES POSTES DE CONSEILLER REGIONAL ET ÉLECTION DES CONSEILLERS RÉGIONAUX : Miguel Pellerano, Conseiller régional pour l'Amérique centrale et méridionale, a présidé cette session.

Encourageant les membres à inscrire pour utiliser leurs droits de vote, George Greene, Président de la Commission du Conseil de la gouvernance, a donné un aperçu de l'état des droits de vote des membres accrédités présents au Congrès. Au début de la 5ème séance, il a fait noter : pour la catégorie A (statut des institutions gouvernementales), un pouvoir de vote de 86%; et pour la catégorie B (organisations non gouvernementales et organismes inter-gouvernementaux), un pouvoir de vote de 72%.

Miguel Pellerano a ensuite invité les candidats de chaque région à répondre à deux questions portant : sur les principaux problèmes posés à leur région respective et sur le rôle que le Conseil peut et doit jouer dans leur résolution; et sur la façon dont il se prendraient pour faire en sorte que l'UNCN y devienne encore plus pertinente.

Les candidats pour la région africaine ont inclus : Emad Adly (Egypte); Mamadou Diallo (Sénégal); Jesca Eriyo Osuna (Ouganda); Ali Kaka (Kenya); et Jennifer Mohamed-Katerere (Afrique du Sud). Les candidats de l'Amérique centrale et méridionale sont les suivants: Lider Sucre (Panama); Marco Vinicio Cerezo Blandón (Guatemala); Carlos César Durigan (Brésil); et Jenny Gruenberger (Bolivie). Les candidats pour l'Amérique du Nord et les Caraïbes sont : John Robinson (USA); Luis Rodriguez-Rivera (Porto Rico); Rick Bates (Canada); et, par liaison vidéo, Sixto Inchaustegui (République Dominicaine).

Les candidats pour la région Est et Sud asiatique sont : Mangal Man Shakya (Népal); Youngbae Suh (République de Corée); Amran Hamzah (Malaisie); Masahiko Horie (Japon); et Malik Amin Aslam Khan (Pakistan). Les candidats pour l'Asie occidentale sont : Ayman Rabi (Palestine); Zaher Redwan (Liban);Shaikha Salem Al Dhaheri (Emirats Arabes Unis); Saïd Ahmad Damhoureyeh (Jordanie); Ali Darwish (Liban); et Asghar Mohammadi Fazel (Iran). Les candidats pour l'Océanie sont : Anna Tiraa (Iles Cook); Andrew Bignell (Nouvelle-Zélande); et Peter Cochrane (Australie).

Les candidats pour l'Europe de l'Est, du Nord et de l'Asie sont : Rustam Sagitov (Fédération de Russie); Michael Hosek (République tchèque); et Tamar Pataridze (Géorgie). Les candidats pour l'Europe occidentale sont : Jan Olov Westerberg (Suède); Hilde Eggermont (Belgique); Jonathan Hughes (Royaume-Uni); et Jörg Junhold (Allemagne).

Pellerano a présidé la séance de vote, soulignant que les résultats ne seraient pas présentés immédiatement après le vote, afin d'éviter toute influence d'autres votes devant encore se tenir lors du congrès.

ADOPTION DES MANDATS DES COMMISSIONS DE L'UICN AU TITRE DE LA PERIODE 2017-2020 : L'Assemblée des membres a approuvé les mandats des Commissions de l'UICN pour l'exercice quadriennal 2017-2020.

RAPPORT SUR LA RÉUNION DE TOUTES LES COMMISSIONS NATIONALES ET REGIONALES RECONNUES, TENUE LE 1ER SEPTEMBRE 2016 : Chris Mahon, Directeur exécutif, Comité national de l'UICN, Royaume-Uni, a présenté un compte rendu de la réunion qui a rassemblé plus de 150 participants et fournit une plate-forme pour l'échange d'expériences nationales et régionales. Il a indiqué que les participants : ont entendu des exposés de 10 régions de l'UICN; convenu que le rôle des comités nationaux et régionaux reste sous-reconnu et que leur potentiel reste latent; ont fait part de préoccupations au sujet de la perte de membres; ont signalé des problèmes de communication; et ont souligné la nécessité d'un développement et d'un renforcement des capacités. Mahon a présenté les prochaines étapes pour le Groupe mondial pour le développement des comités nationaux et régionaux (GMDCNR), y compris : la création d'un Groupe pilote de représentants régionaux en ligne; le démarrage du travail sur les termes de référence et la gouvernance; la détermination des priorités pour ses travaux futurs; et la tenue de réunions biennales.

Au cours du débat qui a suivi, les membres et les partenaires ont considéré : les façons dont les parties prenantes peuvent contribuer, dans les pays où les comités nationaux sont dirigés par les gouvernements et ne sont pas très actifs; la nécessité d'efforts de communication intégrés permettant d'atteindre tous les membres; et le point de savoir s'il existe des mécanismes au moyen desquels l'UICN pourrait soutenir la création et le bon fonctionnement des comités nationaux et régionaux.

RAPPORT D'ACTIVITE DU COMITÉ DES RÉSOLUTIONS, SUIVI DE DISCUSSIONS ET VOTES DE MOTIONS : Simon Stuart a fait état des progrès accomplis par le Comité des Résolutions, précisant que les groupes de contact poursuivraient l'examen des motions. Il a indiqué que les délibérations sur les Motions 65 (amélioration des normes régissant l'écotourisme) et 74 (renforcement des mesures, évaluation et communication des données de la biodiversité par le secteur de l'entreprise,) sont terminées, annonçant que ces dernières sont prêtes à être soumises au vote. Margaret Beckel, Présidente du Comité de la gouvernance, a indiqué que le consensus sur les Motions B, C, D, E et F sur la gouvernance, a été atteint dans le groupe de contact, moyennant des amendements mineurs. Elle a indiqué que ces motions seraient présentées à la prochaine réunion plénière. Signalant qu'aucun consensus n'a été atteint sur la Motion A sur la gouvernance, elle a précisé que cette motion passera par une deuxième série de discussions au sein du groupe de contact.

Certains membres ont rappelé que les discussions de groupe de contact sur les motions en langue espagnole devraient être tenues en espagnol, ce que Simon Stuart a confirmé. D'autres membres ont signalé des difficultés à participer à des groupes de contact et réunions de l'Assemblée tenus simultanément. Faisant état de contraintes de ressources et que toutes les motions seront examinées en plénière, Stuart a demandé aux membres d'être créatifs et de faire parvenir, par courriel, leurs observations aux présidents et aux modérateurs des groupes.

Les membres ont ensuite considéré le vote de la Motion 65, sur l'amélioration des normes encadrant l'écotourisme. World Wildlife Fund – Etats-Unis, a proposé un amendement pour la mention du type de système de certification avec lequel UICN s'engagerait. Stuart a fait observer que la motion devrait être examinée de manière plus approfondie dans le groupe de contact.

Les membres ont examiné la Motion 74 sur le renforcement des mesures, évaluation et communication des données de la biodiversité par le secteur de l'entreprise. Le Programme de droit environnemental, William and Mary Law School, a exprimé son appui à la Motion, affirmant qu'elle favoriserait un processus décisionnel impliquant à la fois les entreprises et les consommateurs. Les membres ont voté en faveur de la motion et elle a été adoptée.

JOURNEE D'EXCURSION DES DÉLÉGUÉS : Le Service Information de l'IIDD ne publiera pas son quotidien le jeudi 8 septembre 2016, journée d'excursion des délégués.