Share on Facebook Share on Twitter Share on Google Plus

Bulletin du Congrès de l’UICN

Volume 39 Number 23 - samedi, 10 septembre 2016


Congrès mondial de la nature l’UICN

vendredi, 9 septembre 2016 | Honolulu, États-Unis


Langues: EN (HTML/PDF) FR (HTML/PDF) SP (HTML/PDF)
Visitez notre couverture ENB+/IISD depuis Honolulu, États-Unis:
http://enb.iisd.org/iucn/congress/2016/

Après avoir profité d'une journée d'excursions et de répit des discussions en plénière, les membres de l'UICN se sont réunis de nouveau vendredi pour les 6e et 7e sessions de travail de l'Assemblée des Membres.

6ÈME SESSION DE TRAVAIL DE L'ASSEMBLÉE DES MEMBRES

EXAMEN DU PROJET DE PROGRAMME DE L'UICN POUR 2017-20, RAPPORT DE LA COMMISSION DU PROGRAMME DU CONGRÈS, SUIVI DE L'ADOPTION DU PROGRAMME DE L'UICN POUR 2017-2020:

Le Président de l'UICN, Zhang, a invité les membres à examiner le projet de Programme de l'UICN pour l'exercice quadriennal 2017-2020 (WCC-2016-2.1/1-Annex 1). John Robinson, Conseiller pour l'Amérique du Nord et vice-président de l'UICN a présenté une mise à jour des engagements de Hawaii, qu'il a décrits comme étant "l'expression des questions clés". Tamar Pataridze, président du Comité du programme du Congrès, a annoncé que le Comité a reçu et examiné douze propositions d'amendements.

Cyriaque Sendashonga, IUCN Global Director, a présenté les amendements proposés au Programme sous les thèmes: Energie, Droits de la nature, Géo-patrimoine, Écotourisme, Parcs sains populations saines, Eau douce, Nature pour tous, l'Antarctique, Trafic de la faune, Collectivités durables, Asie occidentale. Elle a signalé que le Comité a trouvé que des douze propositions d'amendements avancées, onze pouvaient être introduites dans le programme.

Présentant une explication du rejet recommandée pour proposition d'inclure l'Energie comme nouveau thème dans le programme, Pataridze a souligné la reconnaissance et le soutien de l'UICN de la nécessité d'une transition de l'économie fondée sur les combustibles fossiles à une économie fondée sur l'énergie propre. Elle a rapporté le point de vue du Comité du programme que le créneau de l'UICN sur les questions de changement climatique réside dans sa focalisation sur des solutions basées sur la nature. Elle a expliqué que le Comité du programme s'est interrogé sur la question de savoir si un changement d'orientation qui ferait passer de solutions fondées sur les écosystèmes et sur la nature à des solutions techniques fondées sur l'énergie, ajouterait une valeur quelconque. Le Comité a fait observer que cette dernière option est déjà entreprise par "d'excellentes organisations extérieures". Robinson a donné la parole au parterre pour les observations d'ordre général, concernant le programme. Des membres ont appelé: à veiller à la cohérence des propositions avec les thèmes programmatiques sur les espèces, à la bonne gouvernance et à des solutions basées sur la nature; à la reconnaissance des formulations et définitions agréées du terme "biodiversité", tirées d'autres processus de l'ONU; à l'élaboration des liens entre la biodiversité et l'agriculture, en particulier pour ce qui concerne l'eau douce; et à placer davantage l'accent sur des mesures d'atténuation et d'adaptation fondées sur les écosystèmes et sur des solutions basées sur la nature.

Certains membres ont souligné la difficulté de voter sur l'approbation d'amendements sans avoir l'opportunité d'examiner les modifications précises proposées.

La Directrice générale Anderson a indiqué qu'il n'était pas possible de réexaminer les documents en plénière, signalant qu'un document distinct comportant les notations relatives aux modifications particulières introduites peuvent être fournies après le congrès. Les membres ont voté de ne pas différer l'approbation des amendements. Ils ont également voté pour l'approbation des recommandations du Comité du programme: d'accepter les 11 amendements au programme; de rejeter le nouveau thème sur l'énergie; et d'adopter le Programme de l'UICN pour 2017-2020.

RAPPORT D'ACTIVITÉ DU COMITÉ DES RÉSOLUTIONS ET VOTE DES MOTIONS

Simon Stuart, président de la Commission de l'UICN sur la survie des espèces, a présenté un rapport sur l'état d'avancement des négociations du Comité des résolutions, sur les motions qui ne bénéficient pas encore de consensus des membres. Évoquant la grande quantité de travail que le personnel et les traducteurs de l'UICN sont en train d'accomplir pour l'appui des négociations, il a invité les membres à faire preuve de compréhension et de patience pour ce qui est de la lenteur relative du rythme des réactions du Secrétariat à leurs différentes demandes. Il a également rappelé que, vu le temps compté qui reste aux négociations, celui à consacrer à des motions individuelles, doit être très bref.

Margaret Beckel, Présidente du Comité de l'UICN sur la gouvernance du Congrès, a présenté une mise à jour des travaux du Comité. Elle a signalé que des six motions relatives à la gouvernance de l'UICN, cinq sont prêtes pour la séance plénière:

  • motion B: (sur l'inclusion des organisations des peuples autochtones dans la structure de l'Union);
  • motion C: (sur l'élection du Président de l'UICN);
  • motion D: (sur le pouvoir exclusif de l'Assemblée des Membres d'amender le Règlement concernant les objectifs, le caractère et les critères d'adhésion);
  • motion E: (sur l'amélioration de la pratique et les réformes de la gouvernance de l'UICN); et
  • motion F: (sur la proposition d'amendement à l'Article 6 des Statuts de l'UICN concernant les cotisations étatiques et l'organisation de l'intégration politique / économique des membres adhérant à l'UICN).

Elle a signalé que la motion A, sur "l'inclusion des autorités locales et régionales dans la structure de l'Union", est très proche du consensus.
Les membres ont ensuite à voté et approuvé les:

  • motion 26: (sur les aires protégées et d'autres zones importantes pour la biodiversité par rapport aux activités industrielles préjudiciables à l'environnement et au développement infrastructurel);
  • motion 37: (sur le soutien des aires protégées privées);
  • motion 53: (sur l'augmentation de la couverture des aires marines protégées pour la conservation efficace de la biodiversité marine);
  • motion 59: (sur la réactivité de l'UICN à l'Accord de Paris sur les changements climatiques);
  • motion 61: (sur une meilleure prise en compte des océans dans le régime climatique);
  • motion 63: (sur le capital naturel);
  • motion 64: (sur la politique de l'UICN en matière de compensation de la biodiversité);
  • motion 90: (sur la voie à suivre pour répondre aux préoccupations concernant l'utilisation de munitions à plomb pour la chasse), telle que modifiée par l'Assemblée;
  • motion 100: (sur deux barrages situés sur le fleuve Santa Cruz en Argentine); et
  • motion 103: (sur la conservation de la vigogne (Vicugna vicugna) et le commerce illégal de sa fibre).

Au sujet de la motion 53 (sur l'augmentation de la zone de couverture de la protection marine pour une conservation efficace de la biodiversité marine), les gouvernements de Chine, Japon et Afrique du Sud ont fait part de leur non soutien au paragraphe encourageant les Parties à la Convention sur la diversité biologique (CDB) à envisager un nouveau processus d'élaboration des objectifs pour l'après-2020, en vue d'y élever le pourcentage des zones marines très protégées à 30% d'ici 2030. La Chine a expliqué que chaque pays a ses circonstances particulières et que les motions doivent être adaptées à ces circonstances. L'Afrique du Sud a déclaré que l'objectif 30% est par trop ambitieux, soulignant en outre le besoin d'examiner les moyens financiers et autres nécessaires à sa réalisation. Le Japon a souligné que les objectifs d'Aichi doivent être discutés par la CDB, et a mis en garde contre tout préjudice aux résultats de ces négociations dans le présent processus.

Les membres ont ensuite examiné, voté et approuvé les motions suivantes relatives à la gouvernance:

  • motion B: (sur l'inclusion des organisations des peuples autochtones dans la structure de l'Union);
  • motion C: (sur l'élection du Président de l'UICN);
  • motion D: (sur le pouvoir exclusif de l'Assemblée des Membres d'amender le Règlement concernant les objectifs, le caractère et les critères d'adhésion);
  • motion E: (sur l'amélioration de la pratique et les réformes de la gouvernance de l'UICN); et
  • motion F: (sur la proposition d'amendement à l'Article 6 des Statuts de l'UICN concernant les cotisations étatiques et l'organisation de l'intégration politique / économique des membres adhérant à l'UICN)

7ÈME SESSION DE TRAVAIL DE L'ASSEMBLÉE DES MEMBRES 

PRESENTATION ET ÉLECTION DES CANDIDATS POUR LES POSTES DE PRÉSIDENTS DE COMMISSION, TRÉSORIER ET PRÉSIDENT

Le Chargé des élections de l'UICN, Michael Wilson, a édifié les membres au sujet du processus électoral pour les postes des six présidents de Commission, de Trésorier et de Président de l'Union.

Le Président de la séance, Malik Amin Aslam Khan, a appelé les candidats à parler de la façon dont ils: mettront en œuvre les mandats et priorités de leurs commissions respectives; mettront à profit leurs points forts personnels dans la conduite des commissions respectives; et organiseront leur vie professionnelle et répondront à la responsabilité de présider une commission.

Les candidats suivants ont présenté leurs offres: Katalin Czippán (Hongrie) et Sean Southey (Canada/Afrique du Sud) pour la Commission de l'éducation et la communication (CEC); Angela Andrade (Colombie) pour la Commission de la gestion des écosystèmes (CGE); Meher Noshirwani (Pakistan) et Kristen Walker Painemilla (États-Unis) pour la Commission des politiques environnementale, économique et sociale (CPEES); Elizabeth Bennett (Royaume-Uni) et Jon Paul Rodriguez (Venezuela) pour la Commission de la survie des espèces (CSE); Antonio Herman Benjamin (Brésil) pour la Commission mondiale sur le droit environnemental (CMDE); et Christophe Lefebvre (France) et Kathy MacKinnon (Royaume-Uni) pour la Commission mondiale des aires protégées (CMAP).

Patrick de Heney (Suisse/Royaume-Uni) et Zhang Xinsheng (Chine) ont présenté leurs offres de réélection aux postes respectifs de Trésorier et de Président de l'UICN.

RAPPORT DES DIRECTEUR GENERAL ET TRÉSORIER SUR LES FINANCES DE L'UICN AU TITRE DE 2012-2016

Inger Andersen, Directrice générale de l'UICN, a présidé cette session. Le Trésorier de l'UICN, Patrick de Heney, a présenté le rapport de la Directrice générale et du Trésorier sur les finances de l'UICN au titre de l'exercice quadriennal 2012-2016. Il a présenté les réalisations de l'UICN, y compris: l'augmentation du nombre des réserves naturelles; la croissance du portefeuille des projets; l'atténuation fructueuse du retrait d'une importante structure de mécènes en 2013; des systèmes informatiques "adaptés"; une navigation efficace à travers des marchés financiers turbulents; et "d'importants progrès" dans les réformes de la gouvernance. Il a fait état de quelques recommandations des commissaires aux comptes, dont, notamment: le renforcement des contrôles et du suivi entre le niveau du siège, le niveau régional et le niveau national, afin de couvrir les risques liés à l'organisation décentralisée; l'amélioration du suivi des principaux postes de l'état financier; l'amélioration du cadre de l'audit interne à travers l'adoption d'une approche basée sur les risques; l'amélioration du suivi des dépenses effectuées par les partenaires de la mise en exécution; et le renforcement de la gouvernance et des procédures.

RAPPORT DE LA COMMISSION DES FINANCES ET AUDIT DU CONGRÈS, APPROBATION PAR LE CONGRÈS DES ÉTATS FINANCIERS AUDITÉS DE LA PÉRIODE 2012-2015 ET NOMINATION DES COMMISSAIRES AUX COMPTES

Spencer Thomas, Président de la Commission des finances et de l'audit, a présenté le rapport, signalant un déficit budgétaire de 1 million de francs suisses en 2012, un excédent de 3 millions de francs suisses en 2013 et en 2014, et un excédent de 1 million de francs suisses en 2015. Il a souligné que la Commission des finances et de l'audit a recommandé que le Congrès nomme PricewaterhouseCoopers comme auditeur externe de l'UICN pour l'exercice quadriennal 2017-2020.

Au cours du débat qui a suivi, les membres ont souhaité en apprendre davantage sur des questions liées, entre autres, aux recettes provenant de biens immobiliers, sur les déficits budgétaires, l'efficience des dépenses, sur le renforcement des capacités et sur les stratégies visant l'élargissement de la base des donateurs de l'UICN. Répondant aux questions, Andersen a déclaré: que le passage d'un financement pour un programme unique à celui d'une plateforme pluri-programmatique diminue les coûts et est plus attractif pour les bailleurs de fonds; que l''UICN vient de finaliser son inscription au Fonds vert pour le climat (FVC); que l'UICN serait ravie de servir d'institution d'exécution pour le Fonds pour l'environnement mondial (FEM) et pour le FVC, mais que ces institutions respectives doivent inviter officiellement l'UICN à remplir cette fonction; et que l'UICN est actuellement penchée sur l'optimisation des coûts sans réduire l'impact de son empreinte sur le terrain. De Heney a expliqué que l'UICN n'achète pas de biens immobiliers à des fins d'investissement, mais qu'elle a reçu un bien immobilier à titre de don et qu'elle l'a vendu à un organisme de conservation à Nairobi, à un très bon prix.

Les membres ont ensuite voté et approuvé les états financiers de l'exercice quadriennal 2012-2016; et la nomination de PricewaterhouseCoopers à titre d'auditeur externe de l'UICN pour l'exercice quadriennal 2017-2020.

RAPPORT D'ACTIVITÉ DE LA COMMISSION DES RÉSOLUTIONS, SUIVI DE L'EXAMEN PUIS VOTE DES MOTIONS

Simon Stuart, Président du Groupe de travail sur les motions, a mis à jour les membres sur l'état d'avancement des discussions menées autour de plusieurs motions dans les groupes de contact respectifs. Il a ensuite présenté une liste de motions prêtes pour le vote.

Plusieurs points d'ordre ont été soulevés en réaction au rapport d'activité de la Commission des résolutions qui indiquait que les discussions autour de la motion 7 (sur la fermeture des marchés intérieurs à l'ivoire d'éléphant) se poursuivraient dans le groupe de contact. Certains membres ont appelé à un vote sur la motion en séance plénière, s'opposant à la poursuite des discussions au sein du groupe de contact. Les membres devaient ensuite voter et approuver les:

  • Motion 65(sur l'amélioration des normes dans l'écotourisme);
  • Motion 66 (sur l'atténuation des impacts de l'expansion et exploitation de l'huile de palme sur la biodiversité);
  • Motion 48bis (sur l'évaluation de l'applicabilité mondiale du concept des forêts anciennes comme compris dans les mesures politiques et managériales européennes des forêts);
  • Motion 101 (sur le Sanctuaire de baleines de l'Atlantique Sud);
  • Motion 105 (sur le soutien de la paix et de la nature en Colombie);
  • Motion 102 (sur l'encouragement du Congrès de la République du Pérou à écarter de façon permanente tout projet de loi proposant l'ouverture d'une voie routière risquant d'avoir une incidence négative sur le parc national Purús Alto et sur d'autres zones naturelles importantes);
  • Motion 104 (sur le soutien d'un effort accru en faveur de la conservation des oiseaux menacés d'extinction d'Hawaï); et
  • Motion 49 (sur la promotion de la conservation et l'utilisation durable de la diversité biologique dans les zones situées au-delà des limites des juridictions nationales).

Margaret Beckel, présidente des la Commission de la gouvernance du Congrès a mis à jour les membres, signalant que la motion A relative à la gouvernance (sur l'inclusion des autorités régionales dans la structure de l'Union) sera présentée à la séance plénière, samedi, avec deux options.

Au sujet de la proposition rejetée concernant la mer de Chine méridionale, le Centre d'études juridiques environnementales (États-Unis) a souligné que la paix, l'environnement et le développement durable sont interdépendants. L'intervenant a informé que son organisation retirait son appui à la motion. Le délégué des Philippines a lancé un appel aux membres de prendre des mesures et de soutenir les mesures de conservation et de protection de l'écosystème riche en biodiversité de la mer de Chine méridionale.

RAPPORT DU CHARGÉ DES ÉLECTIONS SUR LES RÉSULTATS DE TOUTES LES ÉLECTIONS

Le chargé des élections, Wilson, a assuré les membres que les statuts et le règlement intérieur ont été respectés dans le processus électoral. Présentant les résultats des élections, il a annoncé Zhang Xinsheng (Chine) en tant que président et Patrick de Heney (Suisse / Royaume-Uni) en tant que trésorier de l'Union.

Il a également annoncé les Présidents de commission comme suit: Sean Southey (Canada/Afrique du Sud), CEC; Angela Andrade (Colombie), CGE; Kristen Walker Painemilla (États-Unis), CPEES; Jon Paul Rodriguez (Venezuela), CSE; Antonio Herman Benjamin (Brésil), CMDE; et Kathy MacKinnon (Royaume-Uni), CMAP.

Il a en outre annoncé aux postes de Conseillers régionaux pour l'Afrique: Mamadou Diallo (Sénégal); Jesca Eriyo Osuna (Ouganda); Ali Kaka (Kenya); et Jennifer Mohamed-Katerere (Afrique du Sud). Aux postes de Conseillers régionaux pour l'Amérique centrale et méridionale: Lider Sucre (Panama); Marco Vinicio Cerezo Blandón (Guatemala);Carlos César Durigan (Brésil); et Jenny Gruenberger (Bolivie). Aux postes de Conseillers régionaux pour l'Amérique du Nord et les Caraïbes: John Robinson (États-Unis); Luis Rodriguez-Rivera (Porto Rico); Rick Bates (Canada); Sixto Inchaustegui (République Dominicaine). Aux postes de Conseillers régionaux pour l'Asie du Sud et de l'Est: Mangal Man Shakya (Népal); Youngbae Suh (République de Corée); Masahiko Horie (Japon); et Malik Amin Aslam Khan (Pakistan). Aux postes de Conseillers régionaux pour l'Asie occidentale: Ayman Rabi (Palestine); Shaikha Salem Al Dhaheri (Émirats arabes unis); et Said Ahmad Damhoureyeh (Jordanie).Conseillers régionaux pour l'Océanie: Anna Tiraa (îles Cook);Andrew Bignell (Nouvelle-Zélande); et Peter Cochrane (Australie). Aux postes de Conseillers régionaux pour l'Europe de l'Est, du Nord et l'Asie centrale: Rustam Sagitov (Fédération de Russie); Michael Hosek (République tchèque); et Tamar Pataridze (Géorgie). Aux postes de Conseillers régionaux pour l'Europe occidentale: Jan Olov Westerberg (Suède); Hilde Eggermont (Belgique); et Jonatha Hughes (Royaume-Uni).