IISD Reporting Services IISD
Home > GSW-2017
Home > GSW-2017

Bulletin de la Semaine mondiale des sols

Volume 206 Numéro 5 | Samedi 27 mai 2017


Compte-rendu de la Semaine mondiale des sols 2017

22-24 mai 2017 | Berlin, Allemagne


Languages: EN (HTML/PDF) FR (HTML/PDF) ES (HTML/PDF)
Visitez notre couverture ENB+/IISD depuis la réunion de Berlin, Allemagne: http://enb.iisd.org/soil/gsw4/

La Semaine mondiale des sols 2017 (SMS 2017) s’est réunie du 22 au 24 Mai 2017 à Berlin, en Allemagne, et avait pour thème « Catalyser la mise en œuvre des ODD à travers l’examen des terres et des sols ». La SMS 2017 aspirait à contribuer à la réussite de la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD), en examinant les cibles des ODD abordées par le Forum politique de haut niveau 2017 (FPHN) en s’axant sur le domaine des terres et des sols, offrant ainsi une perspective intégrée de tous les ODD. La réunion, qui a rassemblé près de 300 participants, a élaboré un ensemble de messages politiques à mode de contribution au FPHN programmé pour juillet 2017. La SMS 2017 a été co-organisée par 22 partenaires représentant des gouvernements, des organisations intergouvernementales et scientifiques, et des réseaux de la société civile.

Après la plénière d’ouverture, les participants ont tenu trois ateliers thématiques pour aborder les sujets suivants: Pérennisation et mise à l’échelle de la Gestion durable des terres (GDT), avec un examen spécifique du besoin d’approches intégrées et d’élargir les pratiques réussies de réhabilitation des sols; Droit à [la protection de] la terre – renforcement de la responsabilité au niveau local à travers des revues thématiques, avec un examen spécifique du principe d’inclusion comme étape nécessaire pour approfondir la responsabilité; et Protéger les ressources de la terre pour une prospérité partagée, avec un examen spécifique du principe d’universalité et du caractère limité des ressources des terres et des sols. Les ateliers ont été éclairés par les expériences de quelques-uns des 44 pays qui présenteront des examens volontaires nationaux lors du FPHN de cette année, et par les interventions d’experts.

Un « LABO d’examen thématique » expérimental s’est tenu mardi après-midi et mercredi matin, chargé de piloter les contributions relatives aux 7 ODD qui seront soumis à un examen thématique lors du FPHN de 2017, à savoir: 1 (pas de pauvreté), 2 (faim « zéro »), 3 (bonne santé et bien-être), 5 (égalité de genre) 9 (industrie, innovation et infrastructure), 14 (vie aquatique) et 17 (partenariats). Le LABO visant, entre autres, à: identifier les progrès accomplis, les lacunes et les synergies dans la mise en œuvre du Programme 2030; synthétiser les connaissances, et aborder les échanges et les synergies dans la mise en œuvre des ODD; faire des propositions concernant l’utilisation de différentes méthodes de collecte de données dans le processus d’examen; discuter des actions politiques concrètes requises pour mener à bien le Programme 2030; et mettre en lumière les opportunités pour intensifier la collaboration et les partenariats entre les organismes des Nations Unies, les organisations nationales et internationales, les institutions scientifiques et la société civile.

Mercredi matin, les participants ont abordé cinq projets de messages politiques à l’intention du FPHN, issus des deux premières journées de discussion, et ont proposé des modifications à inclure dans le document final de la conférence. Les participants ont également été invités à contribuer et à approuver un compte-rendu élargi des résultats de la SMS 2017, destiné à être diffusé publiquement sur le site de la conférence (www.globalsoilweek.org).

Durant la plénière finale, une discussion en panel de haut niveau s’est penchée sur la méthodologie présentée à la SMS 2017 et a généré de nouvelles contributions sur la façon d’améliorer l’utilité des processus préparatoires pour le suivi général des ODD.

Àla clôture de la réunion, les Co-Modérateurs ont remerciéle gouvernement allemand d’avoir réitéréson soutienàla GSW et ont annoncéque l’Institut d’études avancées en durabilité (IASS) va céder la coordination de la plateforme et du processus de la GSW au TMG. Töpfer, Müller, Gaßner – Think Tank for Sustainability (TMG), sous la direction de Klaus Töpfer, Fondateur et Directeur du TMG, et de Alexander Müller, Directeur gérant du TMG. Au cours d’une brève cérémonie, Klaus Töpfer, également initiateur de la SMS, a reçu le Prix pour un service remarquable octroyé par l’International Union of Soil Sciences (IUSS) pour ses travaux visant à mettre les sols au cœur des politiques de développement à divers niveaux, notamment dans le contexte du Programme 2030.

BREF HISTORIQUE DE LA SEMAINE MONDIALE DES SOLS

SMS 2012: La première Semaine mondiale des sols s’est tenue à Berlin, en Allemagne, du 18 au 22 novembre 2012 en tant que forum interactif d’échange et de dialogue entre les parties prenantes des secteurs de la science, du gouvernement, de l’entreprise et de la société civile sur la base de leur expérience et leur expertise en matière de terres et de sols, pour l’élaboration de plans d’action pour la gestion durable et la gouvernance des terres et des sols. La réunion a également servi à lancer des actions de suivi des décisions prises lors de la Convention des Nations Unies sur le développement durable, Rio+20, en juin 2012, concernant les terres et les sols.

SMS 2013: La deuxième Semaine mondiale des sols a eu lieu à Berlin, en Allemagne, du 27 au 31 octobre 2013, sous le thème « Perdre du terrain ». Les discussions ont été articulées autour de quatre axes thématiques: la transformation des cycles mondiaux des matériaux et des nutriments; l’amélioration de la gestion durable des terres et de l’ingénierie des sols au niveau des paysages; l’intégration des terres et des sols dans l’Agenda 2030; et la gouvernance foncière responsable.

CONFÉRENCE BRÉSILIENNE SUR LA GOUVERNANCE DES SOLS: La Conférence s’est déroulée du 25 au 27 mars 2015 à Brasilia, au Brésil, et a produit la “Lettre de Brasilia” qui vise à éclairer les décideurs politiques sur la gouvernance nationale des sols.

SMS 2015: La troisième Semaine Mondiale des sols a été organisée du 19 au 23 avril 2015 à Berlin, en Allemagne, sous le thème « Les sols. La substance de la transformation ». En amont de l’Année internationale des sols en 2015 et quelques mois seulement avant l’adoption de l’Agenda de 2030, les discussions ont porté sur le rôle de la gestion durable des sols et de la gouvernance foncière responsable dans la réalisation de multiples Objectifs de Développement Durable et la contribution à l’élaboration d’un nouvel accord sur le climat.

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU « DES EXAMENS THÉMATIQUES POUR UN SUIVI ET UNEÉVALUATION INTÉGRÉS DE L’AGENDA 2030 »: Cet événement s’est déroulé à New York, aux États-Unis, les 7 et 8 juillet 2016. La réunion a mis en exergue la façon dont les examens thématiques des progrès à l’échelle mondiale, en mettant l’accent sur les ressources naturelles telles que les terres et les sols, pouvaient mieux soutenir une mise en œuvre intégrée et inclusive de l’Agenda 2030 et des ODD.

1ERSÉMINAIRE AFRICAIN SUR LES SOLS: Cette réunion régionale inaugurale des parties prenantes africaines de la gestion des sols et de la gestion des terres s’est tenue du 28 au 30 novembre 2016 à Nairobi, au Kenya, sur le thème « Restauration des sols pour la réalisation des Agendas 2063 et 2030 en Afrique: Lier les ambitions mondiales aux besoins locaux ». La réunion a été inspirée par les contributions des parties prenantes africaines à la SMS 2015, qui avait exprimé un vif intérêt sur la création d’une plateforme régionale pour la gestion durable des sols et une gouvernance responsable des terres en Afrique. La réunion s’est terminée par un exposé des principaux messages du Séminaire qui alimenteront la SMS 2017 et qui apporteront des contributions au Forum politique de haut niveau sur le développement durable, prévu en juillet 2017.

COMPTE-RENDU DE LA RÉUNION

PLÉNIÈRE D’OUVERTURE: UNE VISION INTÉGRÉE DES ODD – COMMENT LES TERRES ET LES SOLS PEUVENT CONTRIBUER À L’ÉRADICATION DE LA PAUVRETÉ ET À PROMOUVOIR LA PROSPÉRITÉ

DÉCLARATIONS D’OUVERTURE:La Semaine mondiale des sols 2017 (SMS 2017) s’est ouverte dans la matinéede lundi 22 mai par des déclaration d’ouverture. Cette session aétéco-modéréepar Ivonne Lobos Alva, Coordinatrice de la SMS, de l’Institut d’études avancées en durabilité (IASS) et le TMG, et Alexander Müller.

Müller a félicité les partenaires de la SMS pour avoir convoqué le premier Séminaire africain sur les sols en novembre 2016, et a noté qu’au-delà de la simple contribution au FPHN, la SMS 2017 entend bâtir une passerelle pour l’examen de l’ODD 15 (vie terrestre) en 2018.

Lobos Alva a expliqué que le processus d’examen des ODD piloté à la SMS 2017 comprend: deux plénières de haut niveau, trois ateliers thématiques chargés d’aborder en profondeur les perspectives sur quelques priorités et lacunes de première importance dans le cadre d’une approche intégrée des ODD, et un LABO d’examen thématique où les messages politiques seront abordés en séance plénière. Elle a indiqué que la SMS 2017 vise à extraire de ses discussions des messages clés de politique à l’intention du FPHN; et à produire un rapport complet de la réunion incluant les réflexions sur la méthodologie appliquée par la SMS 2017 pour éclairer le processus d’examen des ODD aux niveaux pays et mondial.

Stefan Schmitz, du Ministère fédéral allemand pour la coopération économique et pour le développement (BMZ), a appelé à faire plus attention aux zones rurales, en soulignant l’adoption de la Charte de Berlin à la clôture de la Conférence « UN SEUL MONDE – Pas de faim. Avenir du monde rural », qui a été convoquée par la Présidence allemande du G20 en avril 2017. Signalant que la mise en œuvre des ODD demande une transformation profonde de la société, de la politique et de l’économie, il a estimé que la SMS peut contribuer en démontrant de quelle façon l’examen des ODD peut devenir un processus d’apprentissage collectif.

Dans son intervention, Thomas Gass, Adjoint du Secrétaire général à la coordination des politiques et aux affaires interinstitutionnelles, Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, a évoqué le célèbre proverbe relatif au choix entre donner du poisson aux hommes ou leur apprendre à pêcher, et a signalé que lorsqu’il n’y a plus de poissons, on ne peut plus parler d’enseigner la pêche et le discours doit se déplacer vers la façon de faire face aux causes sous-jacentes du déclin des stocks de poisson, telles que les changements climatiques et la contamination. À cet égard, il a estimé que les acteurs du secteur des sols et des terres peuvent aider à développer l’expertise du FPHN en mettant en lumière les importantes interconnexions qui existent entre les divers ODD et leurs cibles. Il a par ailleurs noté que la contribution active d’une large gamme d’acteurs à l’« Avenir que nous voulons » a déjà permis de créer un nouveau contrat social concernant la reddition de comptes entre les titulaires de droits et les porteurs de devoirs.

DISCUSSION EN PANEL DE HAUT NIVEAU:Anna Onyango, Directrice aux politiques, àla recherche etàla réglementation, Ministère kenyan de l’agriculture, l’élevage et la pêche, a indiquéque faire pousser de la nourriture suppose de porter une attention particulièreàl’augmentation de la production durable de nourriture dans les zones semi-arides. Elle aégalement abordéla fertilitédu sol national kenyan, l’engagement de la jeunesse et les stratégies de genre.

Daouda Maiga, du Ministère du développement de l’agriculture, de l’eau et de la pêche, Burkina Faso, a rapportéune corrélation positive entre la réforme foncière et la gestion durable des terres. Soulignant qu’il « ne peut y avoir de développement durable sur des sols malades », il a décrit les mesures visantàaugmenter la productivitéagricole, y compris le soutien aux organisations de producteurs et la mise en place d’une banque agricole.

Notant que 75% des sols de son pays sont dégradés, Françoise Assogba Komlan, du Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Bénin, a mis en exergue l’amélioration de la qualité des sols pour la sécurité alimentaire. Elle a décrit le programme béninois de reboisement, son plan stratégique agricole et l’accroissement des investissements dans la recherche agricole.

Louisette Clémence Bamzok née Mbadobe, du Ministère de l’agriculture et du développement rural, Cameroun, a souligné le besoin de briser le cercle vicieux de l’exploitation des ressources et de la dégradation des sols, en signalant parmi les principaux défis: la création d’une carte de « l’état des sols »; la réforme foncière; et la gestion de l’eau.

Les participants ont instamment demandé que l’attention soit reportée sur le soutien à la mise en œuvre, sur les stratégies permettant d’améliorer et de maintenir la productivité des sols, et sur la mise en place de priorités consensuelles sur la conservation des forêts, des terres et des sols.

Ferew Lemma, du Ministère fédéral de la santé, Éthiopie, a expliqué les liens entre le sol, la nutrition et la santé. Il a expliqué que prendre soin des sols permet de corriger les déficiences en termes de micronutriments, qui touchent plus de deux milliards de personnes dans le monde et, citant le Pape François, a fait remarquer que « prendre soin de notre mère la Terre, c’est prendre soin de nous ».

Johns Muleso Kharika, de la Convention des Nations Unies de lutte contre la désertification (CLD), a estimé que les sols se trouvent au cœur de la lutte contre la désertification et la sécheresse. Il a déclaré que la réalisation de la cible ODD relative à un monde sans dégradation des sols contribuera à la lutte contre la faim, la pauvreté, les pressions migratoires et les inégalités, tout en soutenant la croissance économique et en donnant aux jeunes davantage d’opportunités.

LABO D’EXAMEN THÉMATIQUE: SESSION DE SYNTHÈSE

Àl’ouverture de la dernière partie du LABO mercredi matin, Alexander Müller a expliquéla logique qui sous-tend les messages clésde la SMS au FPHN, en signalant qu’elle: améliore les liens entre les FPHN et l’action sur le terrain; contribueàexaminer les ODD de façon intégrée; met en exergue des partenariats et des approches participatives; et soutient l’intégration de toutes les formes de savoir. Il a présentécinq « récits » dégagésau cours des discussions: une nutrition salutaire débute par des sols en bonne santé; les ODD sont le maillon manquant de la globalisation; la pêche côtière dépend de la gestion durable des terres pour enrayer la contamination; l’accèsàla terre etàdes sols en bonne santépeut réduire les pressions migratoires et fait partie des solutions pour les jeunes; et l’égalitéd’accèsaux terres pour les femmes peut réduire la faim de 30%.

Lindiwe Majele Sibanda, du Réseau d’analyse politique sur l’alimentation, l’agriculture et les ressources naturelles, a résumé les cinq messages politiques clés que la SMS peut envoyer au FPHN 2017: augmenter les investissements dans la gouvernance responsable des terres et les surveiller; modifier les modes de consommation dans les pays grands consommateurs, car ils sont responsables de la dégradation des sols dans d’autres parties de la planète; reconnaître le besoin de planification spatiale en traitant le continuum rural-urbain de façon intégrée; améliorer la tenure foncière et les droits fonciers des populations vulnérables en reconnaissant que les droits humains sont sous pression en raison de la réduction de l’espace disponible pour la société civile; et bâtir un pont entre l’ODD 2 (faim « zéro ») et la cible 15.3 (un monde sans dégradation des sols) pour garantir la sécurité alimentaire à travers la réhabilitation des sols dégradés et la gestion des paysages pour les personnes. Elle a mis en avant quelques points d’entrée pour ceci, notamment l’autonomisation des communautés, les services d’extension responsables et de haute qualité pour toucher la jeunesse, et l’accès libre aux données.

De nombreux participants ont salué les projets de messages et ont signalé que ceux-ci reflètent les discussions des sessions thématiques. Concernant l’augmentation des investissements dans la gouvernance responsable des terres, un participant a appelé à inclure une référence aux Directives volontaires pour une gouvernance responsable des régimes fonciers applicables aux terres, aux pêches et aux forêts dans le contexte de la sécurité alimentaire nationale. Un intervenant s’est posé la question de savoir si les composants biophysiques des sols ont été suffisamment abordés, et une autre intervention a souligné le besoin d’accentuer plus positivement le propos en parlant de “titulaires de droits” et non de “populations vulnérables”. D’autres intervenants ont souligné qu’il est nécessaire: d’assurer que les ODD contribuent à un véritable changement de mentalité; d’aborder les liens entre les modes durables de consommation et la gestion des terres; d’inclure une gamme plus large d’acteurs dans le processus d’examen; d’aligner la planification spatiale sur les approches territoriales de la sécurité alimentaire; et de traiter les conséquences des fusions entre multinationales du secteur agricole en matière de gestion foncière.

Dans sa présentation des réactions des pays et des partenaires, Jeanne Josette Acacha Akoha, Bénin, a souligné le besoin de modifier l’actuel paradigme de développement en construisant des ponts entre les secteurs. José Francisco Calí Tzay, Ambassadeur du Guatemala en Allemagne, a appelé à mettre davantage l’accent sur la tenure foncière et à surveiller plus étroitement les activités des multinationales dans les différents pays. Louisette Clémence Bamzok née Mbadobe, Cameroun, a appelé à améliorer la formation et la recherche en agriculture, y compris en proposant de meilleures formations à ceux qui sont chargés de soutenir les agriculteurs.

R.B. Sinha, du Ministère de l’agriculture et de la protection des agriculteurs, Inde, a exprimé l’engagement profond de son gouvernement dans la mise en œuvre des ODD. Il a noté que le deuxième message politique de la SMS sur les modes de consommation et de production durables est à l’unisson de l’expérience indienne, et a rapporté que le pays a réduit sa consommation de fertilisants de 15% en 2016. Almaz Messele Massa, Présidence du Comité aux affaires agricoles auprès du Parlement, Éthiopie, a mis en exergue l’accès des jeunes et des femmes à la terre, et a signalé un besoin de coordination entre les différents processus d’élaboration des politiques visant à mettre en œuvre les ODD.

Stefan Schmitz, du BMZ, a exhorté le gouvernement allemand à transmettre les messages de la SMS au FPHN et a promis un effort continu pour faire de la SMS un forum permanent. Il a soutenu la référence à des « approches territoriales » plutôt qu’à la « planification spatiale », en estimant que cela est largement admis dans d’autres forums et permet de souligner que la mise en œuvre des ODD est un processus et non un projet. Barbara Unmüßig, de la Fondation Heinrich Böll, a estimé qu’il convient: d’accentuer la sensibilisation sur les conséquences des modes de consommation; d’élaborer des règles de commerce et d’investissement fondées sur les ODD; et de garantir les droits fondamentaux de l’homme pour contrecarrer la réduction de l’espace démocratique et créer des opportunités de participation pour la société civile.

En réponse à l’annonce du BMZ, Günther Bachmann, du Conseil allemand pour le développement durable, a exprimé le soutien de son organisation à la continuité du processus de la SMS. Concernant les propositions de messages politiques, il a estimé que ceux-ci doivent être audacieux, concrets et fondés sur des données. Il a proposé d’aborder les nouvelles frontières des sols dans l’environnement urbain et a déclaré que l’intégration débute par la mise en cause des pratiques et des normes existantes. Bachmann a également suggéré que reconnaître le fait que nous vivons déjà à l’Anthropocène ouvre la discussion sur les solutions novatrices créées par la main de l’homme aux problèmes que l’homme a lui-même créé. Unmüßig a ajouté que si nous voulons survivre pendant l’ère Anthropocène, il va nous falloir des solutions plus radicales pour nous assurer que la planète puisse continuer à soutenir la vie humaine.

Mark Smith, UICN, a souligné l’importance d’intégrer la conservation et la restauration des écosystèmes avec la production durable de nourriture, et donc avec la gestion des paysages pour les personnes et la nature. Il a exhorté les participants « à ne pas laisser le FPHN s’en tirer avec l’adoption de solutions cloisonnées », et d’utiliser les messages de la SMS comme un pas vers l’élaboration d’un langage pour l’intégration des questions complexes.

En réponse à une question sur les types d’investissements requis pour stimuler la durabilité, Töpfer a indiqué que le financement ne peut pas provenir uniquement des gouvernements, et a signalé que la Banque mondiale se voit de plus en plus comme un « négociateur honnête » pour canaliser les financements de diverses sources financières. Dénonçant le développement de chaînes de valeur non durables au niveau mondial, il s’est demandé « qui paierait un prix juste pour la nourriture dans ce contexte? », et a souligné que la mise en œuvre des ODD à l’échelle mondiale va demander une compréhension sensée de la complexité et des conséquences inattendues des décisions politiques.

En fermeture de la session, Lobos Alva a mis en perspective les prochaines étapes avant le FPHN 2017, notamment: un rapport politique court comprenant les principaux messages des ateliers thématiques et du LABO sera mis à disposition sur le site de la SMS entre le 5 et le 7 juin pour approbation; un Rapport final de la SMS 2017, plus long, sera publié avant le FPHN, avec un aperçu plus complet des discussions, y compris les réflexions sur la méthodologie appliquée par la SMS. Elle a par ailleurs signalé que la délégation allemande et les partenaires de la SMS ont l’intention d’organiser un événement parallèle au FPHN pour présenter la dernière version des messages politiques.

PLÉNIÈRE DE CLÔTURE: TROUVER DES FAÇONS NOVATRICES D’ABORDER LE SUIVI ET L’EXAMEN DES SOLS ET DES TERRES – ENSEIGNEMENTS TIRÉS DE CET EXAMEN THÉMATIQUE PILOTE

CÉRÉMONIE DE REMISE DES PRIX:Rattan Lal, de l’Ohio State University et Président de l’IUSS, a présentéla cérémonie de remise des prix enl’honneur de l’ancien Directeur de l’IASS Klaus Töpfer. Dans son discours d’éloge, Jochen Flasbarth, Secrétaire d’État, Ministèrefédéral allemand de l’environnement, a saluéles accomplissements de Töpfer en matière de protection des sols aux niveaux régional, national et international, et ses efforts pour garantir que les sols soient pris en compte dans les ODD. Lal a ensuite présentéàTöpfer le Prix de l’IUSS pour un service remarquable, en récompense de ses efforts pour inscrire les solsàl’agenda international.

Dans son discours de remerciement, mettant l’accent sur les défis à venir, Töpfer a suggéré: une conférence internationale sur les sols, sur le modèle de la Conférence de haut niveau des Nations Unies pour soutenir la mise en œuvre de l’ODD 14 (vie aquatique); une approche ascendante de la mise en œuvre du Programme 2030, y compris les contributions déterminées au niveau national dans le cadre des ODD; et une plateforme ouverte pour contribuer au registre de connaissances au service de la mise en œuvre du Programme 2030. Concernant l’influence des multinationales, il a suggéré d’explorer des façons novatrices d’engager les entreprises privées.

PANEL DE HAUT NIVEAU:Àl’ouverture de la session, Jes Weigelt, Coordinatrice du Forum mondial sur les solsàl’IASS et au TMG, a invitéles intervenantsàse demander si la SMS 2017 a réussi son pari de soutenir le renforcement du processus préparatoire du FPHN.

Chantal Clément, du Groupe international d’experts sur les systèmes alimentaires durables (IPES-Food), a salué la diversité des formats utilisés pour encourager une large participation et reconnaître les synergies entre la SMS et l’IPES-Food. Parmi les défis, elle a souligné le besoin de capitaliser effectivement les divers types de connaissances et d’affronter les relations de pouvoir inégales dans les processus mondiaux de gouvernance, en prenant pour exemple le besoin de traiter la concentration de pouvoir dans les systèmes alimentaires. Elle a par ailleurs suggéré que la prochaine SMS engage des secteurs sous-représentés, tels que les ministères chargés du commerce et des représentants du secteur privé.

Rattan Lal, de l’Ohio State University, a souligné l’importance de la sécurité alimentaire, et a appelé les scientifiques qui se trouvaient parmi les parties prenantes de la SMS à interpeller directement le public, en parlant, par exemple, aux journalistes et non seulement à d’autres experts en matière de sols, et en communiquant avec les politiques pour traduire la science en actions concrètes.

Marianne Beisheim, de l’Institut allemand pour les affaires internationales et sécuritaires, a estimé que la plus grande contribution de la SMS 2017 est d’avoir testé une approche permettant de relier les trois principes fondamentaux du Programme 2030 –responsabilité, universalité et intégration– au processus d’examen thématique du FPHN. Elle a proposé de déployer davantage d’efforts pour connecter entre eux les actuels dialogues politiques « de très haute importance », par exemple au sujet de la dégradation environnementale, la pauvreté, la sécurité et les migrations. Beisheim a également salué l’utilisation d’un « processus réel » pour parvenir à des messages politiques finalisés.

Hilary Ogbonna, Spécialiste programme et agent de liaison pour l’Afrique et les pays arabes de la Campagne d’action des ODD des Nations Unies, a rappelé aux participants que les ODD sont centrés sur les personnes et a suggéré que la prochaine SMS s’occupe d’intégrer les personnes dans les questions relatives aux sols et aux terres. Sur la façon de générer un impact au-delà du FPHN, il a réitéré que la mise en œuvre du Programme 2030 relève des gouvernements nationaux, et a soutenu la proposition de Töpfer concernant une conférence internationale sur les sols.

Celine Charveriat, Directrice exécutive de l’Institut pour la politique environnementale européenne, a instamment demandé une meilleure intégration des questions relatives aux sols et de l’agenda climatique, en soulignant que le renforcement du carbone dans les sols est la seule option viable pour obtenir des émissions négatives. Concernant les opportunités d’influencer la politique de l’Union européenne, elle a signalé les scénarios d’anticipation de la Commission de recherche conjointe, la révision de la Politique agricole commune, et le Cadre de financement pluriannuel de la Commission européenne. Elle a aussi suggéré d’engager la discussion au sujet d’une politique commune européenne sur les sols.

Au cours des discussions, les participants ont souligné qu’en tant que processus d’examen volontaire, le FPHN devrait explorer les opportunités d’utiliser le risque de réputation pour combattre les pratiques non durables.

Soulignant les autres résultats des ateliers thématiques, Weigelt a énuméré: la création d’une plateforme d’examen par des pairs et de soutien par les gouvernements du Bénin, du Burkina Faso et du Kenya, centrée sur la création de services d’extension durables; la description d’une large gamme de méthodes de gestion des terres et des sols qui peuvent contribuer à la mise en œuvre des ODD, et notamment au principe d’universalité; et un ensemble de directives pour l’établissement de rapports multipartites, sous la direction des gouvernements, relatifsàla gouvernance des terres et des sols.

En conclusion de la session, Weigelt a remercié les autres co-organisateurs et a annoncé que la coordination des futurs travaux de la SMS passera de l’IASS au TMG. Il a clos la réunion à 13h15.

La SMS 2017 a été co-organisée par les partenaires suivants: le Ministère fédéral allemand pour la coopération économique et le développement (BMZ); le Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Bénin; le Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable, Bénin; le Ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Kenya; le Ministère de l’Agriculture et des Aménagements Hydrauliques, Burkina Faso; Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH; la Commission européenne; la Convention des Nations Unies de lutte contre la désertification (CLD); ONU Environnment; L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN); l’International Union of Soil Sciences (IUSS); le Partenariat mondial de l’eau; l’Institut allemand de développement (DIE); TMG. Töpfer, Müller, Gaßner - Think Tank for Sustainability; L’Institut d’études avancées en durabilité (IASS); l’Institut pour le développement durable et les relations internationales (IDDRI); la Campagne d’action des Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies; le Réseau allemand Sustainable Development Solutions Network (SDSN); Together 2030; l’Agence fédérale allemande chargée de l’environnement; le World Agroforestry Centre (ICRAF); et le World Resources Institute (WRI).

RÉUNIONS À VENIR

Résilience face aux sécheresses en Afrique subsaharienne:Cette série d’événements est organiséeen marge de l’Initiative « Un Monde – Faim Zéro » de la CLD, de l’Institut allemand pour le développement, de l’Universitéde Bonn, de l’Agence allemande pour la coopération internationale, du Centre de recherche sur le développement, du Deutsche Welle, du Reconstruction Credit Institute et du BMZ. La série en sept parties viseàexplorer les stratégies pour améliorer la gestion des sécheresses dans des contextes oùla pauvreté, les conflits et les migrations exacerbent les défis que pose la sécheresse.  dates: 6 avril - 13 juillet 2017  lieu:Bonn, Allemagne  www: https://www.die-gdi.de/veranstaltungen/drought-resilience-in-sub-saharan-africa/

Journée mondiale de lutte contre la désertification (JMLD), Édition 2017: la JMLD 2017 se centrera sur les liens entre la dégradation des sols, les migrations et la sécurité, sous le slogan « Nos terres. Notre foyer. Notre avenir ».  Divers événements permettront de se pencher sur la façon de renforcer la résilience des communautés locales dans les zones touchées par des phénomènes de dégradation des terres, de désertification et de sécheresse, à travers des investissements en faveur de la productivité des terres et de la sécurité alimentaire, et en générant de l’emploi au niveau local. L’événement central se déroulera à Ouagadougou, au Burkina Faso, le 15 juin, sous les hospices du Ministère de l’environnement, de l’économie verte et des changements climatiques.  date: 17 juin 2017  lieu:Partout dans le monde  contact:Secrétariat de la CLDe-mail: secretariat@unccd.int www:http://www2.unccd.int/news-events/2017-world-day-combat-desertification-2017wdcd

5e Assemblée plénière mondiale sur les sols: L’Assemblée plénière du Partenariat mondial sur les sols (PMS) est le principal événement annuel pour tous les partenaires de la SMS. L’Assemblée est chargée de réviser et de ranger les actions de la SMS par ordre de priorité, et de faciliter un processus régional équilibré de prise de décisions.  dates: 20-22 juin 2017  lieu:Rome, Italie  contact:  Secrétariat du PMS  e-mail: Ronald.Vargas@fao.org  www: http://www.fao.org/global-soil-partnership/resources/events/detail/en/c/462867/

FPHN 2017:Le FPHN 5, réuni sous l’égide de l’ECOSOC, se tiendra sous le thème « Éradiquer la pauvretéet promouvoir la prospéritédans un monde en plein changement », conformémentàla Résolution A/70/299 de l’Assembléegénérale des Nations Unies (AGNU). La session conduira des examens détaillésde la mise enœuvre des ODD 1, 2, 3, 5, 9, 14 et 17.  dates: 10-19 juillet 2017  lieu: New York, États-Unis  www: https://sustainabledevelopment.un.org/hlpf

Résilience 2017:Aprèsles précédentes conférences Résilience qui se sont tenues tous les trois ans depuis 2008, l’édition 2017 se penchera sur la résilience comme prisme clépour la recherche scientifique sur la durabilitéfondéesur la biosphère. La Conférence explorera quatre thèmes majeurs: les transformations socio-écologiques pour la durabilité; la connectivitéet les dynamiquesinter-échelleàl’ère Anthropocène; la gouvernance multi-niveaux et le gardiennage de la biosphère; et les approches et méthodes pour comprendre les dynamiques du système socio-écologique.  date: 20-23 août 2017  lieu:Stockholm, Suède contact: Résilience 2017  e-mail: resilience2017.src@su.se  www:http://resilience2017.org/

CdP 13 à la CLD:La 13e session de la Conférence des Parties (CdP 13) à la CLD, conjointement avec la 16e session du Comité pour l’examen de la mise en œuvre de la Convention (CRIC 16) et la 13e session du Comité de science et technologie (CST 13), se tiendra à Ordos, en Mongolie-Intérieure, Chine. À la CdP 13, les Parties à la CLD sont sensée adopter le Cadre stratégique qui guidera l’action dans le cadre de la Convention pour la période 2018-2030, entre autres.  dates: 6-16 septembre 2017  lieu:Ordos, Mongolie-Intérieure, Chine  contact:Secrétariat de la CLD  e-mail: secretariat@unccd.int www: http://www2.unccd.int/cop13

CFS 44:La 44e session du Comité sur la sécurité alimentaire mondiale (CFS 44) aborder les thèmes suivants: le CFS et les ODD; la nutrition; la convergence des politiques; les mises à jour des flux de travail et des activités; une évaluation indépendante du CFS; et les questions critiques et émergentes pour la sécurité alimentaire et la nutrition.  dates: 9-13 octobre 2017  lieu:Rome, Italie  contact: Secrétariat du CFS  www: http://www.fao.org/cfs/home/plenary/cfs44/en/

Journée mondiale des sols, Édition 2017:La Journéemondiale des sols fait l’objet d’une commémoration annuelle depuis 2013, suiteàl’adoption de la résolution du Conseil de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et sa subséquente reconnaissance par la 68e Assemblée générale des Nations Unies.date: 5 décembre 2017  lieu:Partout dans le monde  contact:Secrétariat du Partenariat mondial sur les solse-mail: GSP-Secretariat@fao.org  www: http://www.fao.org/global-soil-partnership/world-soil-day/en/

[Top]