IISD Reporting Services IISD
Home > #UCLGCongress Durban 2019
Home > #UCLGCongress Durban 2019

Bulletin des CGLU

Volume 231 Numéro 17 | Mercredi 13 novembre 2019


Congrès de CGLU - Sommet mondial des dirigeants locaux et régionaux

Mardi 12 novembre 2019 | Durban, Afrique du Sud


Languages: EN (HTML/PDF) FR (HTML/PDF) ES (HTML/PDF)
Visitez notre couverture ENB+/IISD depuis la réunion de Durban, Sudáfrica: http://enb.iisd.org/uclg/2019/

Le Sommet mondial des dirigeants locaux et régionaux de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU) s’est réuni mardi pour achever une série de réunions préparatoires et de rencontres de réseautage avant l’ouverture officielle de mercredi.

Local4Actiontrack

Politiques publiques axées sur la culture: Cette session était organisée par la Commission de la Culture de CGLU, Culture 21, une plateforme mondiale de villes, d’organisations et de réseaux d’apprentissage et de coopération pour une «culture de la ville durable».

La séance a été modérée par Soham El Wardini, maire de Dakar (Sénégal), qui a présenté la culture comme étant le début et la fin de tout développement. Onur Eryüce, Izmir, Turquie, a parlé du rôle ancien de la ville portuaire méditerranéenne en tant que carrefour culturel et a collaboré avec CGLU pour rajeunir la communauté culturelle de la ville. Mariana Flores, du gouvernement de Mexico, a parlé de l’adoption par la ville d’une compréhension de la culture en tant que vecteur de la démocratie et du développement.

Chae Jong Hyub, ville de Jeju (République de Corée), a parlé des collaborations de Jeju avec le Comité de la culture de CGLU et le Comité de la culture pour la région Asie-Pacifique à travers le soutien et l'organisation d'événements culturels avec de jeunes artistes du monde entier. Jean Pierre Elong Mbassi, CGLU Afrique et Capitales africaines de la culture, a souligné l’importance de la réappropriation et du repositionnement du patrimoine culturel de l’Afrique, ainsi que du rôle des capitales africaines de la culture. Il a décrit les développements intervenus depuis la déclaration de Marrakech en tant que première capitale de la culture, y compris les projets d'ouverture du processus de Marrakech pour la co-construction de capitales africaines de la culture en janvier 2020.

Un dialogue dirigé par Sheela Patel et Asna Falú: Conseillères UBUNTU: Asna Falú, cofondatrice du Réseau Femmes et Habitat pour l'Amérique latine, du Centre de coordination et services pour l'Argentine (CISCSA) et Sheela Patel, présidente, Slum / Shack Dwellers International, ont dirigé ce dialogue sur la tension entre les profondes inégalités vécues par les femmes et le droit à la ville. Elles ont évoqué des points suivants: confronter les villes avec les voix de femmes qui vivent la vie urbaine de manière distincte; déconstruire l'édification sexo-spécifique des espaces privés / publics et des divisions du travail, y compris le territoire du corps; et reconnaître l’expérience du temps des femmes et l’importance des mesures réglementaires pour valoriser le travail «invisible» non rémunéré. Elles ont également exploré l'échec de la gouvernance des villes à prendre en compte la vie des femmes dans l'économie informelle; l'importance stratégique de documenter leur présence dans la ville; et les femmes à la tête de défis à long terme pour, par exemple, revendiquer des espaces sûrs pour affirmer leur identité et participer à leur libération.

Formation en matière de mobilité durable: Le modérateur José Dionisio González, Association internationale des transports publics, a expliqué les objectifs de la session: partager l'expérience et les bonnes pratiques en matière d'options de transport public multimodal. Il a décrit les caractéristiques et les fonctions souhaitables d'une autorité de transport en commun, notamment une vision à long terme, un pouvoir décisionnel, ainsi qu'un cadre institutionnel et un système de gouvernance adaptés.

Kim Won-Ho, directeur et chercheur principal à l'Institut de Séoul, a montré qu'une alternative au transport privé devenait un impératif en raison de la congestion croissante du trafic à Séoul. Il a expliqué comment les transports en commun étaient rendus aussi commodes et sûrs que possible et a montré comment la revitalisation des espaces urbains a accru la valeur foncière.

Quentin Champauzac, Ville de Strasbourg, France, a partagé des exemples de rééquilibrage de la part modale à travers différentes interventions politiques, campagnes de bicyclettes publiques, options de transport multimodal et gestion de la demande. Les discussions ont porté sur des outils de promotion du transport public multimodal, de «l'uberisation» du transport urbain et du passage de la propriété de véhicules privés à celle du transport en tant que service.

La politique urbaine travaille-t-elle pour vous ? Rafael Forero, ONU-Habitat, a modéré la séance. Ellen van Selm, maire d'Opsterland (Pays-Bas), a souligné la nécessité de créer des liens entre la planification rurale et urbaine, notant que les villes peuvent apprendre beaucoup des stratégies rurales, axées sur des approches innovantes et participatives, car de nombreuses commodités ne sont pas facilement accessibles.

Mettant en exergue la perspective régionale, Agustí Serra Monté, secrétaire chargé de l'habitat urbain et du territoire du Generantat en Catalogne (Espagne), a expliqué que le développement urbain fragmenté entraînait des disparités et des incohérences, et a ajouté que la politique régionale visait à résoudre ces problèmes.

Nomkita Fani, Villes intermédiaires et aménagement du territoire, Afrique du Sud, a parlé des défis posés par l'urbanisation et des politiques visant à inverser les inégalités, citant le fait qu'en moyenne 40% de la population vit à 40 kilomètres des opportunités économiques et dépense 40% de ses revenus sur le transport.

Edgardo Bilsky, CGLU, a souligné que d'ici 2050, près de 70% de la population mondiale vivra dans des zones urbaines, ajoutant que 65% des ODD ne peuvent être atteints qu'aux niveaux local et infranational. Il a noté que la «métropolitisation» entraînait la diminution des villes intermédiaires, qui sont essentielles au développement territorial, et a souligné le déséquilibre entre le transfert des responsabilités aux gouvernements locaux et des ressources suffisantes pour la mise en œuvre de l'agenda urbain.

Espaces publics sécurisés: Cette session était modérée par Puven Akkiah, municipalité de eThekwini, Afrique du Sud.

Sibongiseni Mkhize, chef whip de la municipalité d'eThekwini (Afrique du Sud), a souligné l'importance d'accorder la priorité aux êtres humains dans la conception, la mise en œuvre et le suivi des espaces publics. Ayanda Roji, ville de Johannesburg, Afrique du Sud, a parlé des efforts déployés par le programme City Parks pour s'éloigner de la criminalisation, soulignant les initiatives qui engagent les sans-abri dans la cartographie des espaces publics; introduire des programmes d'art et de jeu pour co-concevoir des espaces avec des enfants et des jeunes et collaborent avec les clubs de boxe et les entreprises locales.

Debora Gambetta Paier, ONU-Habitat, a expliqué que l’approche pour des villes plus sûres était passée d’interventions isolées à une conception inclusive et à des stratégies à l’échelle de la ville, citant les parcs de bibliothèques de Medellin comme une bonne pratique à cet égard.

Barbara Holtmann, ONU-Habitat, a souligné que le concept d'espaces verts ne peut pas simplement être transposé des zones riches dans des contextes où «le comportement social est influencé par la rareté», soulignant l'importance de répondre aux multiples besoins locaux. Elle s'est dite préoccupée par le fait que la privatisation croissante des services de sécurité compromet davantage l'émergence d'espaces sûrs dans les zones marginalisées.

Le modérateur Puven a clos la séance en expliquant en quoi la réinvention des espaces publics dans une optique de sécurité contribue, entre autres avantages, à la construction d'économies locales, au passage d’un espace «habitable à un espace aimable» et à l'accroissement de l’appropriation locale.

Villes périphériques: Cette session était modérée par Djamel Sandid, coordinateur, Villes périphériques de CGLU. Abdoulaye Thimbo, maire de Pikine, Sénégal, a expliqué que malgré la proximité de la métropole de Dakar, où travaillent la plupart des habitants, la ville reçoit une allocation de ressources beaucoup plus réduite pour les services de base. Lia Brum, Secrétariat mondial de Metro polis, a déclaré que les régions métropolitaines partageaient bon nombre des défis des zones périphériques adjacentes, soulignant la nécessité de mobiliser le leadership des villes périphériques pour concevoir des solutions conjointes.

Mohamed Sefiani, maire de Chefchaouen, Maroc, et président du Forum des villes intermédiaires de CGLU, a souligné que les villes de toutes tailles sont essentielles pour la réalisation du nouvel agenda urbain et des ODD.

Patrick Braouezec, président de la région métropolitaine de Plaine Commune, en France, a expliqué que l'augmentation des investissements dans la région au cours de la Coupe du monde de 1998 avait créé de l'espoir parmi les communautés défavorisées, soulignant que "nous n'avons pas perdu notre foi en la construction d'une véritable identité locale". Les principaux défis sont les politiques de ségrégation et d’exclusion qui poussent les gens plus loin à la périphérie et les inégalités croissantes entre les zones métropolitaines et les petites villes rurales qui se vident progressivement.

Lors d'un échange interactif, les conférenciers ont souligné que de nombreuses villes périphériques sont également des villes intermédiaires avec des identités distinctes et qu'elles ne doivent pas être considérées comme des "zones tampons" permettant d'absorber les facteurs externes négatifs des grandes villes. Brum a rapporté le lancement récent des indicateurs métropolitains de CGLU, soulignant qu'ils peuvent contribuer à la gouvernance polycentrique en améliorant l'accès aux données sur les tendances démographiques et l'allocation des ressources.

Droits de l'homme et droit à la ville: Quelles priorités pour les gouvernements locaux?: Ce groupe de discussion était organisé par la Commission Inclusion Sociale, Démocratie Participative et Droits de l'Homme de CGLU et par le Fonds Catalan pour la Coopération au Développement. Le modérateur Patrick Braouezec, coprésident de la Commission Inclusion Sociale, Démocratie Participative et Droits de l'Homme de CGLU, a donné un aperçu des droits de l'homme dans le contexte de la ville.

Annie Chrystel, Limbourg, Adjointe au Maire de Libreville (Gabon), a rappelé aux participants que les droits des femmes n'ont été inclus dans les droits humains spécifiques qu'en 1993. Imen Ouardani, Adjoint au Maire de Sousse, Tunisie, a partagé ses expériences en matière de démocratie naissante et de la récente transition démocratique qui a introduit des élections municipales, et des réformes constitutionnelles et législatives visant à promouvoir la démocratie locale.

Fernanda Hassem, maire de Brasilia (Brésil), a déclaré que la responsabilité des gouvernements municipaux est de veiller à ce que les citoyens aient accès à l'éducation, à la santé et à l'hygiène et qu’ils aient la possibilité de participer en toute sécurité aux processus démocratiques. Elle a également souligné que la nécessité de garantir les besoins de base était essentielle pour garantir le droit des habitants de la ville. Nelson Fernandez, directeur des relations internationales et de la coopération de Montevideo (Uruguay), a plaidé en faveur d’une approche différenciée permettant de prendre en compte les capacités et les antécédents divers des gens. Au cours du débat qui a suivi, les participants ont souligné l’importance des liens entre zones urbaines et rurales, la nécessité de reconnaître et de promouvoir les approches en matière d’économie sociale et solidaire, soulignant que les villes sont destinées aux citoyens et pas seulement aux entreprises et aux entrepreneurs.

Partenariats pour l'égalité urbaine: Michele Acuto, Laboratoire des villes connectées, Université de Melbourne, Australie, a modéré la session.

Mettant en exergue le programme KNOW (connaissances en action pour l’égalité urbaine), Caren Levy, University College London, au Royaume-Uni, a souligné que le nouveau programme pour les villes doit être spécifique au contexte et aligné sur la durabilité et la résilience, ce qui implique de travailler à travers les secteurs et les identités dans les villes et établir des partenariats d'équivalence impliquant un respect mutuel des droits et des différents types de connaissances.

Yvonne Aki-Sawyerr, maire de Freetown, Sierra Leone, a présenté une approche globale et intégrée du développement urbain dans sa ville, qui avait connu une croissance rapide après la fin de la guerre civile en 2001. Elle a expliqué que l'approche intégrée de "Transform Freetown" se compose de 19 cibles, travaillant avec des partenaires externes et des partenariats sur l'inclusion, l'intégration et la réduction des cloisonnements.

Annelis Maria Marical Gonzales, Cuba, a parlé des efforts déployés pour améliorer le cadre institutionnel, la planification et la gestion des terrains urbains à La Havane et la participation au plan national Terra Vida, visant à améliorer la résilience des implantations humains.

Les participants se sont ensuite scindés en deux groupes de travail pour réfléchir à la manière dont les partenariats ont aidé à créer des passerelles vers l'égalité urbaine et la mise en œuvre des programmes mondiaux dans les deux villes.

Au sujet de l’égalité urbaine dans le contexte mondial, William Cobbett, de l’Alliance des villes, a fait observer qu’il n’existait pas de compréhension commune des villes, que différents intérêts étaient en jeu et que tous les partenaires n’étaient pas égaux.

Fatmata Shour, militante, Sierra Leone, a récité un poème intitulé «La vie dans le bidonville… je me lève encore».

Forum des villes intermédiaires: Cette session s’est tenue dans le cadre du Forum de CGLU sur les villes intermédiaires, processus de consultation et d’élaboration de politiques biennal, dirigé par la Ville de Chefchaouen, qui a donné son nom à la Charte-déclaration des villes intermédiaires le monde. Raisim Ari, maire de Nevsehir, Turquie, a parlé de l’approche collaborative de sa municipalité pour créer une ville plus vivable, plus propre et plus esthétique. Kontxi Odriozola Eizaguirre, Barcelone, a souligné le rôle du Forum mondial dans la mise en relief du rôle des «villes supra locales», illustrant les défis complexes en citant la fourniture par Barcelone de normes de service communes - alignées sur le programme de développement à l'horizon 2030 - à une population provinciale diversifiée.

Hassan Fatih, ministre de l'Intérieur du Maroc, a expliqué en quoi la Charte contribuerait à la mise en place d'un cadre mondial pour les villes intermédiaires, précisant que celles-ci ne doivent pas nécessairement être en concurrence avec les métropoles.

Carlos Martínez Minguez, maire de Soria (Espagne), a établi un lien entre la récente tourmente politique en France et aux États-Unis et la demande des citoyens qu'ils ne doivent pas être oubliés. Il a souligné que la durabilité humaine et environnementale devait aller de pair et a appelé à une transformation sociologique ascendante.

Mohamed Sefiani, maire de Chefchaouen, Maroc, a appelé à un financement multilatéral pour les villes intermédiaires confrontées à des problèmes de développement critiques. Jake Elder, Bloomberg Associates, a décrit un certain nombre de projets visant à aider les villes à la recherche de ressources pour lutter contre le dérèglement climatique. Joan Chicón, Terrasa et Albert Garcia Macian, Mollet del Valles, Espagne, ont présenté les résultats de recherche du groupe de travail de CGLU sur la justice sociale et régionale. Macian a appelé les villes intermédiaires à se joindre à la déclaration d'une urgence climatique avant le prochain Forum. Philipp Heinrigs, Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), a présenté les conclusions du rapport 'Africopolis' sur l'urbanisation en Afrique. José Manuel Ribeiro, municipalité de Valongo, a présenté le travail sur la budgétisation participative, soulignant son rôle à un moment où les démocraties représentatives manquent de confiance et où les élites luttent pour s'engager avec les citoyens.

Cities4Migration: Lamine Abbad, Centre international pour le développement des politiques de migration, a modéré la session.

Mounir Elloumi, maire de Sfax, Tunisie, a expliqué que sa ville accueillait des réfugiés, dont beaucoup étaient des jeunes originaires d'Afrique subsaharienne, tandis que d'autres migrants considéraient Sfax comme un point de transit. Il a souligné l'absence de cadre juridique sur les migrants, ce qui signifie par exemple qu'ils ne sont pas autorisés à travailler, et a mis en exergue les initiatives visant à garantir que le gouvernement central agisse pour que la loi nécessaire pour l'accueil des migrants soit adoptée.

Ümit Şahin, maire adjoint de la municipalité de Sancaktepe, Turquie, a parlé de la crise des réfugiés syriens, signalant que deux Syriens sur trois avaient émigré en Turquie et que les réfugiés étaient en train de modifier l'infrastructure de la ville. Il a déclaré que des opportunités d'emploi et une assistance juridique sont fournies.

Ryan Manzie Macualey, ONU-Habitat, a présenté un aperçu des profils de migration urbaine, mis en œuvre dans neuf pays, visant à élargir la base de connaissances sur la migration urbaine et à entretenir un dialogue entre pairs afin de soutenir l'apprentissage mutuel sur des défis urbains spécifiques.

Mohammed Sadiki, maire de Rabat, Maroc, a présenté le contexte de la migration pour son pays, expliquant que ce dernier n'était plus considéré comme un point de transit, de nombreux migrants ayant choisi de s'y établir.

Luiz Alvaro Salles Aguiar de Menezes, Ville de Sao Paulo, Brésil, a mis en exergue une loi municipale de 2016 sur la migration et la création d'un conseil municipal pour les immigrants. Évoquant les obstacles posés à une inclusion effective, il a cité le manque d'opportunités de travail décent et la nécessité d'améliorer la gouvernance des migrants et de fournir un logement adéquat et abordable.

Mohammed Boussraou, CGLU, a modéré la seconde table ronde.

Nonceba Agnes Molwele, conseillère municipale, Johannesburg, Afrique du Sud, a expliqué que les attaques xénophobes sont liées à une prestation de services médiocre, la migration étant la responsabilité des villes hôtes et d'envoi. Elle a exposé les étapes à suivre pour démanteler les vestiges de la planification spatiale de l'apartheid, notant que les défis associés à la migration ne facilitaient pas la tâche.

Emilio Rabasco, Fondateur des municipalités pour la solidarité internationale (FAMSI), a expliqué que l’Andalousie en Espagne est un point d’entrée pour les migrants en provenance d’Afrique et a mis en exergue la collaboration avec le Maroc, qui englobe la mise en place d'un réseau de plus de 60 gouvernements locaux pour s'attaquer aux problèmes de migration.

Augmenter l'ambition nationale sur le climat: Augmenter l'ambition sur le climat: Cette session a exploré le rôle des villes dans l'élaboration de stratégies de contribution déterminées au niveau national (CDN) et de réduction à long terme des émissions. La session était modérée par Adrian Fenton, du groupe de leadership sur le climat de C40 Cities.

Chumisa Thengwa, de la municipalité d’eThekwini, Afrique du Sud, a présenté brièvement le Plan d’action sur le climat (PAC) de Durban, soulignant que c’était une des 12 villes du monde à avoir élaboré de tels plans et la première en Afrique à le faire.

Steven Bland, ONU-Habitat, a parlé du rôle de la gouvernance multi-niveaux dans la réalisation des objectifs climatiques, signalant qu'une étude menée en 2016 auprès de 164 CDN avait révélé que 113 plans avaient un contenu urbain fort. Il a cité les actions en justice intentées par le Cap contre la politique énergétique du gouvernement national comme illustrant l’importance de l’intégration verticale dans les cadres de la politique climatique.

Maryke Van Staden, directrice du Centre pour l’action et les rapports sur le climat au Centre de Bonn, ICLEI, a expliqué comment son organisation de plus de 60 dialogues Talanoa avait permis d’articuler le rôle des gouvernements nationaux dans la mise en œuvre des PAC.

Bev Esslinger, Fédération canadienne des municipalités, a discuté de la décision d’Edmonton de déclarer une urgence climatique en août 2019, soulignant que l’objectif en était d’accroître le niveau d’ambition et de créer une dynamique à partir de la base pour renforcer l’action climatique.

Mohamed Sefiani, maire de Chefchaouen, Maroc, et président du Forum des villes intermédiaires de CGLU, a souligné le potentiel de dynamisme pouvant être généré par les 30 000 villes intermédiaires du monde, mais a souligné que pour obtenir un impact sur l'action climatique il est nécessaire d'ouvrir un dialogue structuré avec les gouvernements nationaux et régionaux et d'assurer une l’assistance technique pour développer des projets bancables.

Jantine Kriens, PDG de l’Association des municipalités néerlandaises, a évoqué le rôle du réseau en tant que courtier de connaissances dans les dialogues nationaux sur le climat, signalant toutefois que les municipalités n’avaient toujours pas le pouvoir de mettre en œuvre des objectifs convenus au niveau international.

Parmi d'autres questions soulevées au cours du débat, il y avait la nécessité d'une intégration à la fois verticale et horizontale par le biais d'initiatives multisectorielles sur le climat; l'impératif de faire face aux conséquences imprévues des plans climat; et le besoin d'assurer la traduction des objectifs mondiaux en actions climatiques justes et équitables au niveau local.

Local4ActionHub

Rôle de l'Agenda 2030 dans la création de la citoyenneté: Comment les gouvernements locaux peuvent-ils utiliser les ODD pour créer des liens avec leurs citoyens ?: Carla Rey, Secrétaire générale de l'Association italienne du Conseil européen des municipalités et des régions, a modéré cette session organisée par ONU-Habitat et le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). Johannes Krassnitzer, PNUD, a déclaré que l'Agenda 2030 est un outil important pour aider à rétablir la confiance et la cohésion sociale au niveau local. Il a appelé à un engagement actif des citoyens dans la conception, la mise en œuvre et le suivi de politiques complexes.

Diana Lopez, ONU-Habitat, a souligné l'importance de faire participer les jeunes marginalisés et les groupes vulnérables à la co-création de leur avenir.

Miquel Rodríguez Planas, Commissaire chargé de l'Agenda 2030, Conseil municipal de Barcelone, a déclaré que les populations du monde entier étaient préoccupées par le dérèglement climatique, la cyber-sécurité et le terrorisme, et a souligné la nécessité de montrer au public le lien qui existe entre les réponses politiques et l'Agenda 2030.

Federico Poitier, World Enabled, a parlé des mécanismes de la citoyenneté inclusive et a souligné l'importance de ne pas trop compliquer le langage afin de faire participer davantage de gents.

Le débat qui a suivi a permis de découvrir des exemples de co-création d’objectifs de développement local locaux à Mannheim, Allemagne.

Session extraordinaire

Future of Equality - Beijing + 25: Cette session s'est déroulée en deux tables rondes. Lucy Slack, secrétaire générale adjointe du CLGF, a présidé la première.

Thembi Nkadimeng, président de SALGA, a évoqué la progression de l'égalité des genres en Afrique du Sud, les femmes représentantes des gouvernements locaux faisant désormais partie du gouvernement central. Elle a souligné la nécessité d'améliorer l'estime de soi des femmes politiques compte tenu des défis auxquels elles sont confrontées.

Carola Gunnarsson, Conseil des communes et régions d'Europe (CCRE), a fait observer que de nombreuses inégalités abordées lors de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes à Pékin, il y a 25 ans, persistent encore aujourd'hui. Elle a évoqué une réaction brutale contre la parité des genres, soulignant la nécessité de faire une déclaration forte dans la perspective de la 64ème session de la Commission de la condition de la femme (CSW64) en mars 2020.

Rohey Malik Lowe, maire de Banjul (Gambie), a souligné que de nombreuses politiques relatives à la parité des genres avaient été ratifiées mais non mises en œuvre, mettant en exergue les inégalités en matière de leadership politique et de diversité économique. Elle a appelé les femmes à se soutenir mutuellement et a fait référence au Réseau pour les femmes africaines élues localement (REFELA), qui vise à inculquer une culture de la parité des genres.

Evgenia Lodvidova, vice-maire de Kazan, Fédération de Russie, a expliqué la structure politique de sa région, affirmant que les hommes occupaient la majorité des postes politiques et que pour 100 hommes, seules 79 femmes étaient employées. Elle a toutefois souligné que la représentation s'améliorait et que les forums sur la parité des genres en Russie y contribuaient.

Noraini Binti Roslan, maire de Subang Jaya, Malaisie, a expliqué qu'elle était la première femme maire nommée en 2015 et qu'un plan d'action est maintenant en place pour créer la première ville accueillante pour les femmes en Malaisie.

María Cristina Grunauer de Falú, Université nationale de Tucumán, Argentine, a modéré la deuxième table ronde.

Marianne Overton, vice-présidente de l'association des collectivités locales, a appelé les participants à soutenir la déclaration du Comité permanent pour la parité du CCRE de CGLU devant être présentée à la CSW64, à Beijing + 25 et à l'Agenda 2030, et a exprimé l'espoir que celle-ci serait adoptée par CGLU.

Fatimetou Abdel Malick, présidente du Conseil régional de Nouakchott, Mauritanie, a souligné plusieurs obstacles qui entravent également le développement des femmes et des efforts centrés sur la mobilisation de la société civile et le soutien à la paix et au développement des femmes dans la région.

Fatouma Awaleh Osman, maire de la ville de Djibouti (Djibouti), a lu un message de la présidente de REFELA, décrivant les défis à relever par les femmes et les progrès réalisés à ce jour. Elle a souligné que Beijing + 25 est une occasion de renouveler et de réviser la déclaration de Beijing et de relancer son plan d'action.

[Top]

Receive ENB reports directly in your inbox

Remind me: