<< the Commission on Sustainable Development >><< Visit IISDnet >>back to IISD Linkages home page

 


PrepCom du Sommet Mondial sur le Développement Durable
30 April-2 Mai, à New York
                                         >>ENB English Version<<

A vril 30 - Mai 02
CDD 10 
lundi 30 : mardi 01 : sommaire :

Les Faits Marquants de la Journée du lundi 30 avril 2001.

 


Le Sous-secrétaire Général chargé des Affaires Economiques et Sociales, Nitin Desai, en compagnie du Président du PrepCom, Elim Salim (Indonésie).

La dixième session de la Commission du Développement Durable (CDD-10), agissant en tant que comité préparatoire (PrepCom) du Sommet Mondial sur le Développement Durable, a ouvert ses travaux le lundi 30 avril, au siège des Nations Unies à New York. Au cours de la séance du matin, les délégués devaient élire les membres du Bureau et procéder à l'examen de l'ordre du jour et du calendrier des travaux. Ils devaient également entendre lecture des rapports concernant les progrès réalisés en perspective du Sommet Mondial sur le Développement Durable et des commentaires présentés sur le processus d'élaboration de l'ordre du jour et de détermination des principaux thèmes devant être abordés par le Sommet. La lecture des commentaires s'est poursuivie durant la séance de l'après-midi, puis le Secrétariat a présenté le règlement intérieur provisoire du Sommet.

Le Président sortant de la CDD, Bedrich Moldan, passant son siège au nouveau Président, Elim Salim.
 

CDD-10/
PrepCom1
Sommaire

HTML

PDF*

TXT


CDD-9 Sommaire

HTML

PDF*

TXT

BNT quotidiens états
 lun 30

 

 

 

mar 01

 

 

 

* Pour pouvoir visualiser les Fichiers PDF,  vous avez besoin du lecteur Adobe Acrobat disponible gratuitement.

* Pour pouvoir écouter les enregistrements Real Audio, vous avez besoin du lecteur Real Audio disponible gratuitement .

JoAnne DiSano, Directrice de la Division du Développement Durable, Le Sous-secrétaire Général chargé des Affaires Economiques et Sociales, Nitin Desai, le Président du PrepCom, Elim Salim et Alexander de Barros, du Secrétariat.

 


Dans sa déclaration inaugurale, le Président Salim (Indonesia) passa en revue les principales préoccupations liées au développement durable et en particulier le fait que les considérations environnementales ne soient pas encore intégrées dans le développement. L'orateur appela à la nécessité de tracer une voie de collaboration ouvrant sur le développement durable aux fins d'éviter "à notre vaisseau spatial, la Terre, de finir dans une catastrophe environnementale."


Introduisant les rapports du Secrétaire Général,
le Sous-secrétaire Général, Nitin Desai: appela à l'établissement d'une responsabilité mondiale comme éthique du développement durable; présenta les activités planifiées du Sommet; et recommanda la mise à disposition de ressources pour les préparatifs du Sommet, y compris un site et une 'listserv' sur la toile.


Election du Bureau Les membres suivants du Bureau devaient être également élus par acclamation: Ahmed Ihab Gamaleldin (Egypte) et Ositadinma Anaedu (Nigeria) pour l'Afrique; Kiyo Akasaka (Japon) pour l'Asie; Jan Kara (République Tchèque) et Alexandru Niculescu (Roumanie) pour les pays de l'Europe de l'Est; et Maria Luiza Ribeiro Viotti (Brésil) et Diane Marie Quarless (Jamaïque) pour l'Amérique Latine et les Caraïbes. Pour la représentation du Groupe Europe de l'Ouest et Autres Pays, la Plénière devait élire par voie de scrutin secret, Richard Ballhorn (Canada) et Lars-Göran Engfeldt (Suède).

Les délégués ont eu recours au scrutin secret dans l'élection des membres du Bureau représentant le GEOA, compte tenu de fait que quatre nominations ont été présentées (Canada, Allemagne, Suède, et Suisse) pour deux postes. Le Canada (à droite) attendant le résultat du vote. Richard Ballhorn est au fond, à droite.

Après la collecte des bulletins de vote, le Président à rendu public les résultats du scrutin et a annoncé que ce sont le Canada et la Suède qui siègeront au sein du Bureau
Maria Luiza Ribeiro Viotti (Brésil) avec sa délégation en train d'être félicitée par son homologue Chilien

Kiyo Akasaka (Japon) and Diane Marie Quarless (Jamaïque)

Les Membres du Bureau

Jan Kara (République Tchèque), Lars-Göran Engfeldt (Suède) et Emil Salim (Indonésie)

Kiyo Akasaka (Japon) avec Ahmed Ihab Gamaleldin (Egypte) et Ositadinma Anaedu (Nigeria) pour l'Afrique

LES PRESENTATIONS DES PRINCIPAUX GROUPES SOCIAUX:


Au nom du COMITE DES JEUNES, l'Association Nations Unies, du Canada recommanda: la reconnaissance du lien entre pauvreté, surconsommation et environnement; la reconsidération des modes de vie non durables; et l'intégration de la durabilité dans l'éducation des économistes et des ingénieurs. Intervenant au nom du COMITE DES PEUPLES INDIGENES, le Conseil International du Traité Indien exhorta les Etats Membres et le Secrétariat à s'assurer d'une large contribution des Peuples Indigènes dans les sessions préparatoires et mit en exergue le lien entre la diversité culturelle et la diversité biologique.

Speaking for the indigenous peoples' caucus, the International Indian Treaty Council (above right) urged Member States and the Secretariat to ensure broad input from Indigenous Peoples in the preparatory sessions and highlighted the link between cultural and biological diversity.

Au nom du COMMERCE et de l'INDUSTRIE, la Chambre Internationale du Commerce mit l'accent sur l'innovation, l'investissement, l'intégration et la mise en application des politiques.

Au nom du COMITE DES FEMMES, l'Organisation Féminine pour l'Environnement et le Développement (WEDO) donna un aperçu sur les activités d'évaluation préliminaires du Plan d'action 21, initiées par les femmes et qui culmineront avec le lancement à Johannesburg de l'Ordre du Jour des Femmes pour le Sommet Mondial de 2002 et encouragea la détermination des lieux des réunions sur une base thématique et non sur la base de l'identité des acteurs.

Au nom des AGRICULTEURS, la Fédération Internationale des Producteurs Agricoles identifia un certain nombre de thèmes à placer à l'ordre du jour du Sommet: la sécurité alimentaire, le développement rural, et les moyens de subsistance durables. L'orateur appuya également l'impératif de concentrer les efforts sur la réduction de la pauvreté et sur le renforcement des capacité de manière à consolider le capital social.

Mettant en relief la relation entre la dé-responsabilisation et la dégradation environnementale, le Comité des ONG hôtes d'Afrique du Sud parlant au nom des ONG, déclara que le Sommet de 2002 doit recadrer les questions environnementales mondiales, entre autres, dans leur rapport avec la pauvreté.

Au nom des COLLECTIVITES LOCALES, Le Conseil International des Initiatives Environnementales des Collectivités Locales (ICLEI) déclara que la réussite et la crédibilité du développement durable dépendront de l'articulation et de l'endossement des stratégies locale par le Sommet.

Parlant au nom de la COMMUNAUTE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE, le Conseil International des Syndicats des Entités Scientifiques mit en exergue le besoin de renforcer les capacités scientifiques et technologiques des pays en développement et d'asseoir l'éthique et la responsabilité de la science.

Parlant au nom des SYNDICATS, la Confédération Internationale des Syndicats Libres (ICFTU) encouragea les gouvernements à s'assurer de la participation, au sein de leurs délégations respectives, d'un ensemble approprié de représentants des principaux groupes sociaux, et suggéra un certain nombre de thèmes à retenir pour le Sommet, notamment ceux de la pauvreté, de l'emploi, de la sécurité alimentaire, et de la santé publique.

Le Débat Général autour du point 3 de l'ordre du jour (Progress in preparatory activities for the World Summit on Sustainable Development) et du point 6 (Process for setting the agenda and determining possible main themes for the Summit)
Le Directeur Exécutif du PNUE, Klaus Töpfer décrivit les changements intervenus depuis Rio, notamment un rôle accru pour la mondialisation, une croissance de la société d'information et une nouvelle révolution dans le domaine biologique, et donna un aperçu sur la contribution qui sera apportée par le PNUE au Sommet, à travers: la finalisation, d'ici mai 2002, d'une étude d'évaluation des accomplissements réalisés dans le cadre du Plan d'action 21; l'achèvement du troisième Rapport sur l'Etat de l'Environnement de la Planète; et des activités visant à l'amélioration de la gouvernance environnementale internationale (GEI).

L'Iran, au nom du G-77/CHINE, mit l'accent sur la résolution 59/199 de l'Assemblée Générale de l'ONU et souligna, entre autres: que le PrepCom doit fixer l'ordre du jour du Sommet; que la CDD-10 doit inclure un projet de décision portant sur le lien entre la GEI et les processus préparatoires du Sommet; que le processus d'évaluation soit basé sur une approche allant authentiquement du bas vers le haut; que le Plan d'action 21 n'est pas ouvert à la renégociation; et que les engagements pris en matière de transfert des technologies, du renforcement des capacités et de la fourniture de ressources financières doivent être honorés.

La SUEDE, au nom de l'UE, souligna, entre autres, la nécessité: d'une revue exhaustive qui aborderait les challenges qui ont été soulevés depuis Rio; d'une mobilisation de l'intérêt aux niveaux les plus élevés des gouvernements; de la mise en opération du développement durable à différents niveaux; de l'examen des possibilités de réaliser un "nouveau marché"; et d'apporter un soutien aux réunions intergouvernementales régionales préparatoires.


La CHINE parla de l'évaluation nationale en cours dans le domaine du développement durable et appela à l'éradication de la pauvreté, au transfert des technologies et au renforcement des capacités.


Le CANADA apporta son appui à l'établissement d'objectifs mondiaux clairs en matière de développement durable, articulés autour des thèmes: santé et environnement; conservation et gestion; GEI; communautés viables; et, innovation et partenariat, en particulier entre le Nord et le Sud.


Mettant en relief l'importance du Programme d'action de la Barbade, Samoa, au nom de l'Alliance des Petits Etats Insulaires, souligna l'impératif de renforcer les capacités des institutions, des gouvernements et des organisations de base communautaire.
Le BRESIL déclara que le Sommet doit établir de manière claire les succès et les échecs de la mise en application du Plan d'action 21.
L'EGYPT déclara que la résolution 55/199 doit servir de plate-forme unique aux travaux, et proposa que les Nations Unies élaborent des rapports sur les trois facettes de la mise en application du Plan d'action 21 pour permettre une revue des réussites acquises et des difficultés à vaincre: les tendances au niveau national; l'évaluation de l'aide apportée par le système des Nations Unies; et les contributions des principaux groupes sociaux.

 

L'ISLANDE mit en garde contre la production de longs textes sur "les sujets domestiques," au lieu d'appeler à une focalisation sur les thèmes de la lutte contre la pauvreté, de la séparation entre croissance économique et préjudice environnemental à travers une utilisation plus efficace des ressources et le maintien de l'intégrité fonctionnelle des écosystèmes.

La BOLIVIE indiqua que le processus d'évaluation du Plan d'action 21 doit: établir un processus allant de bas en haut, ouvert à la pleine participation des pays en développement et basé sur les principes des Nations Unies; et, considérer, entre autres, les thèmes de la mondialisation, des ressources financières, des instruments de la mise en application du Plan d'action 21 et des écosystèmes des régions montagneuses.

La SUISSE déclara que les changements économiques, technologiques et sociaux que nécessite le développement durable ne sont possibles qu'à travers une mobilisation de tous les acteurs au sein d'une alliance politique forte, et fit remarquer que des résistances pouvaient se manifester si la vie des gens s'en trouvait perturbée de manière significative.

La FEDERATION DE RUSSIE mit l'accent sur les actions entreprises en perspective du Sommet de 2002, notant que le Sommet est un processus politique et non une négociation diplomatique ou un séminaire technique.


La MAURITANIE nota que la réussite du Sommet dépendra des contributions des pays en développement dans le processus préparatoire. L'INDONESIE appela à une évaluation exhaustive du développement durable, assortie d'un programme d'action tirant profit des meilleures pratiques et répondant aux besoins économiques actuels sans compromettre ceux futurs.

Le Règlement Intérieur Provisoire du Sommet

Présentant le règlement intérieur proposé la Directrice de la Division des Affaires Economiques et Sociales, JoAnne DiSano, attira l'attention sur la résolution de l'AG mandatant le PrepCom de fixer les règles devant encadrer la participation des principaux groupes sociaux aux travaux du Sommet. L'oratrice nota que le règlement intérieur provisoire nécessitait l'approbation de l'AG sur les recommandations retenues par le PrepCom, et recommanda l'examen du règlement intérieur provisoire par ce PrepCom en vue de le soumettre à la 56ème session de l'AG. Elle suggéra aux délégués d'envisager la conformité à la règle 31 de l'AG concernant l'élection du Président et des Vice-présidents. La discussion de ce point de l'ordre du jour fur reportée à la séance jeudi matin.

Photos Diverses
Kimo Goree, Directeur du ENB, avec Rhonda Piggott, Affaires Etrangères et Commerce Extérieur, de l'Australie (à gauche) et Barbara Briglia Tavora, du Brésil (à droite)
La file d'attente pour les documents
La Belgique donnant lecture au Rapport de Synthèse de la CDD-9, tandis que deux membres du Bureau, l'Egypte et le Nigeria examinent les points à l'ordre du jour.
 
Andore et la Malaisie

Evénement en marge de la réunion: Vers une Vision Commune: Explorations des Liens entre le Sommet Mondial sur le Développement Durable et les Conférences consacrées au Financement du Développement
Organisé par l'Institut International de l'Environnement et du Developpement (IIED)

Présidé par Nigel Cross, Directeur Executif (à chauche), de l'International Institute for Environment and Development (IIED), cette manifestation était consacrée à l'examen des liens potentiels entre le Sommet Mondial sur le Développement Durable et les conférences portant sur le Financement du Développement. Ashok Khosla, de Development Alternatives, en Inde, a noté que nonobstant le fait que le financement est à la racine de tous les discours consacrés à l'environnement et au développement social, les événements qui se sont déroulés à Seattle et à Prague montrent que la société civile dispose de moyens pouvant forcer le cours des choses. L'orateur a reconnu la réalité de flux massifs de ressources du Sud partant vers le Nord (à travers le remboursement de la dette, le transport de ressources primaires, la fabrication à faibles coûts, etc.) et à la lueur de cette réalité, que les pauvres sont en train de apporter leur soutien aux riches; une perspective qui contient le germe d'une réévaluation du rôle de Sud dans le développement économique mondial.

Desighan Naidoo, du Ministère Sud Africain des Affaires Environnementales et du Tourisme.

Desighan Naidoo, (à droite), Directeur de la planification Environnementale au Ministère Sud Africain des Affaires Environnementale et du Tourisme, a décrit l'Afrique du Sud comme un pays de dichotomie, d'inégalités, d'économie à deux vitesse, et, nonobstant tout cela, comme étant le pays le plus avancé de la région sus africaine.

Mauricio Escanero, de la Conférence sur le Financement du Développement, Mexique (au centre), a noté que le nouveau processus traitera non seulement de l'APD, mais également de la nécessité d'un agenda intégré englobant la mobilisation des flux de capitaux privés, le commerce international, la dette et les problèmes systémiques.


Evénement en marge de la réunion: 'The Treaty Initiative to Share the Genetic Commons'

Cette initiative vise � �tablir la carte des ressources g�n�tiques de la terre comme �tant un patrimoine commun � partager par tous. Les sponsors ont appeler � son adoption par les gouvernements et la soci�t� civil lors du Sommet Mondial sur le D�veloppement Durable. Pour de plus amples renseignements, contacter: treaty@foet.org

Jeremy Rifkin, de Foundation on Economic Trends (FOET)

 

 

 

Renseignements utiles:

Couvertures Pr�c�dentes de l'IIDD:

 
 
| IISD net | Linkages home |