Read in: English

Report of main proceedings for 9 November 2015

La sixième Réunion des Parties (RdP6) à l’Accord sur la conservation des oiseaux d’eau migrateurs d’Afrique-Eurasie (AEWA) s’est ouverte aujourd’hui à Bonn, en Allemagne.

Dans la matinée, les délégués ont entendu les déclarations liminaires et ont abordé les questions d’organisation. Dans l’après-midi, ils ont entendu les rapports des organes de l’AEWA et débattu, entre autres, des développements de la CMS d'importance pour l’AEWA. Ils ont également assisté à une cérémonie marquant le 20e anniversaire de l’AEWA.

OUVERTURE DE LA SESSION

François Lamarque (France), ancien Président de la RdP à l’AEWA, a ouvert la réunion.

Achim Steiner, Directeur exécutif du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), via vidéo, a relié l’AEWA aux Objectifs de développement durable (ODD), en notant que la conservation de la biodiversité est une condition préalable au développement durable.

Jacques Trouvilliez, Secrétaire exécutif de l’AEWA, a déclaré que l’AEWA a de quoi être fier, mais que « le chemin est encore long ». Il a noté que, sans de solides connaissances scientifiques, des politiques publiques et l’engagement de tous, « les zones humides s'assècheront peu à peu, et le ciel ne sera peuplé du chant des oiseaux migrateurs ».

QUESTIONS D’ORGANISATION

Les délégués ont adopté le Règlement intérieur (AEWA/MOP 6.2). Ils ont élu Fernando Spina (Italie) en tant que Président de la RdP6 et l’Ouganda en tant que Vice-Président, et ont adopté l’Ordre du jour provisoire et le Programme provisoire de la réunion (AEWA/MOP 6.3 Rev.2 et AEWA/MOP 6.4 Rev.2). Ils ont décidé, après de longues discussions, de fermer le Groupe de travail sur les questions financières et administratives aux observateurs, mais d’inviter le PNUE et le Secrétariat de l’AEWA à y contribuer si nécessaire.

Le Ghana, la Libye, le Luxembourg et les Pays-Bas ont été élus à la Commission de vérification des pouvoirs. Les délégués ont élu Chandanee Jhowry (Maurice) à la présidence du Groupe de travail sur les finances et l’administration et David Stroud (Royaume-Uni) en tant que Président du Groupe de travail scientifique et technique, et ont admis de nombreux observateurs.

DÉCLARATIONS D’OUVERTURE

Notant le 20e anniversaire de l’AEWA, l’UE a demandé, au nom de ses États membres, que les Parties formulent des contributions à la RdP6, qui soient axées sur les résultats, en tant que « plus beau cadeau d’anniversaire pour un accord de cette importance ». Il a plaidé pour, entre autres, des progrès pour faciliter davantage les synergies entre les instruments de la CMS et d’autres accords multilatéraux sur l’environnement (AME) relatifs à la biodiversité

Un certain nombre de Parties ont présenté des déclarations écrites.

PRIX DE L’AEWA POUR LA CONSERVATION DES OISEAUX D’EAU

Lamarque a présenté les Prix de l’AEWA pour la conservation des oiseaux d’eau, qui récompensent les individus et institutions pour leur contribution à la conservation et à l’utilisation durable des oiseaux d’eau. Le Président du Comité permanent (SC), Øystein Størkersen (Norvège), a attribué le Prix de 2015 dans la catégorie individuelle à Abdoulaye Ndiaye, pour son travail sur la gestion des zones humides et la conservation des oiseaux à travers l’Afrique de l’Ouest, centrale et de l’Est. Le Prix de 2015 dans la catégorie institutionnelle a été décerné à l’Association Inter-Villageoise du Ndiaël, pour les efforts de restauration des plaines inondables par les villageois près de la réserve faunique spéciale du Ndiaël, un site Ramsar au Sénégal. Acceptant le prix au nom de l’Association, Amadou Sow a souligné l’importance de la collaboration entre les organisations internationales et les communautés locales dans la restauration des zones humides.

RAPPORTS

COMITÉ PERMANENT: Le Président du SC Størkersen a présenté le rapport du SC (AEWA/MOP 6.6).

COMITÉ TECHNIQUE: Le Président du Comité technique (TC), David Stroud (Royaume-Uni), a présenté un compte-rendu des activités du TC (AEWA/MOP 6.7). Il a déclaré que le TC recommande que l’AEWA, entre autres: mette davantage l’accent sur l’utilisation et la chasse durables des oiseaux d’eau migrateurs; facilite les initiatives ciblant les enfants et les jeunes; se coordonne avec les AME et les organisations compétentes; et développe davantage de partenariats stratégiques pour le financement.

Stroud a présenté le programme de travail chiffré du TC identifiant les priorités pour les trois prochaines années. Il a indiqué que, en raison du manque de financement adéquat, le TC a été incapable d’accomplir de nombreuses tâches qui lui avaient été confiées par les Parties avant cette RdP. Il a demandé que le nouveau budget principal comprenne un financement pour les travaux du TC.

DÉPOSITAIRE: Les PAYS-BAS ont fourni le rapport du Dépositaire (AEWA/MOP 6.8). La déléguée a noté que dix Partis ont adhéré à l’AEWA depuis la RdP5, portant le nombre total de Parties contractantes à 75.

SECRÉTARIAT: Le Secrétaire exécutif de l’AEWA Trouvilliez a présenté le rapport du Secrétariat 2012-2015 (AEWA/MOP 6.9). Trouvilliez a souligné, entre autres: le recrutement de nouvelles Parties à l’Accord; la coopération stratégique avec d’autres organisations; la mise en œuvre et le développement des Plans d’action et de gestion internationaux par espèce (ISSAP et ISSMP); et les développements politiques connexes, y compris sur les synergies avec les conventions relatives à la biodiversité. Il a souligné l’importance d’un financement suffisant pour permettre au Secrétariat de mieux servir les Parties.

L’AFRIQUE DU SUD a demandé un site Web sur les « meilleures pratiques » pour améliorer le partage d’information entre les Parties.

PNUE: Jiří Hlaváček, PNUE, a présenté un compte-rendu des activités du PNUE qui touchent l’AEWA et la CMS visant, entre autres, à clarifier les relations et à renforcer la coopération programmatique entre le PNUE et les secrétariats des AME, y compris les domaines de synergies potentielles. Il a indiqué qu’un rapport sera présenté à la deuxième Assemblée des Nations Unies sur l’environnement (ANUE2), en mai 2016. Il a également souligné les efforts déployés pour intégrer les objectifs des AME dans le Plan-cadre des Nations Unies pour l’aide au développement et le Programme de développement durable d’ici à 2030.

Suite à une suggestion de la NORVÈGE, Hlaváček a indiqué qu’il présenterait son rapport par écrit au Secrétariat, en notant qu’il soumettrait également les résultats des résolutions de l’ANUE1, y compris sur le commerce illégal d’espèces sauvages.

L’ÉQUIPE COMMUNE CMS/AEWA CHARGÉE DE LA GESTION DE L’INFORMATION, DE LA COMMUNICATION ET DE LA SENSIBILISATION

Le Secrétaire exécutif de l’AEWA Trouvilliez a fait rapport sur la phase pilote de l’Équipe commune CMS/AEWA chargée de la gestion de l’information, de la communication et de la sensibilisation (AEWA/MOP 6.10 Rev.1 et AEWA/MOP Inf. 6.8). Il a souligné que la RdP6 doit décider de continuer avec cette équipe commune de communication ou de revenir à deux unités séparées. Il a indiqué que si l’unité commune est maintenue, des efforts devraient être consentis pour: améliorer sa gestion; fixer des priorités claires; améliorer la planification à moyen terme; mettre pleinement en œuvre la formule de partage des coûts et surveiller la répartition du temps du personnel; et accroître la capacité technique de l’équipe. Des discussions ont suivi, entre autres, sur la question de savoir pourquoi le calcul des coûts ne faisait pas partie de l’étude et sur les avantages déjà notés de l’unité commune.

ÉVOLUTIONS DE LA CMS D’IMPORTANCE POUR L’AEWA

Le Secrétaire exécutif de la CMS, Bradnee Chambers, a présenté les résultats de la CdP11 à la CMS d'importance pour l’AEWA, incluant notamment les résolutions sur: un plan stratégique pour les espèces migratrices; l’énergie renouvelable; les débris marins; le renforcement des synergies; la prévention de l’empoisonnement et du braconnage des oiseaux migrateurs; et la taxonomie et la nomenclature des oiseaux inscrits aux annexes de la CMS. Notant que la phase pilote de l’unité de communication commune « n’a pas toujours été facile », il a soutenu sa continuation.

Le Président du SC de la CMS Størkersen, qui est aussi Président du SC de l’AEWA, a fait rapport de la 44e décision du Comité permanent de la CMS sur le Renforcement des synergies et des services communs au sein de la famille d’instruments de la CMS (AEWA/MOP Inf.6.12). Notant que le renforcement des capacités, les questions de mise en œuvre transversales, les services de conférence et la collecte de fonds bénéficient d’approches communes entre l’AEWA et la CMS, il a encouragé les Parties à soutenir la poursuite de la phase pilote.

PRIX POUR LES DÉFENSEURS DES ESPÈCES MIGRATRICES

Le Président Spina a présenté le Programme des défenseurs des espèces migratrices, mené par la CMS, qui favorise les initiatives de conservation dans le cadre de la famille de la CMS, en fournissant un soutien financier à moyen et long termes. Le Secrétaire exécutif de la CMS Chambers et le Secrétaire exécutif de l’AEWA Trouvilliez ont décerné les Prix des Défenseurs des oiseaux migrateurs: au Gouvernement norvégien pour soutenir la conservation de l’oie naine; à la Commission européenne pour ses actions de lutte contre le braconnage d'oiseaux; et au Gouvernement allemand pour ses efforts à long terme pour concilier le développement du secteur de l’énergie avec la conservation des animaux migrateurs.

Sergey Dereliev, Secrétariat de l’AEWA, a souligné les efforts institutionnels de collecte de fonds au sein de la famille de la CMS, y compris dans le contexte de l’Initiative africaine de l’AEWA, et a noté que le financement demeure un défi.

CÉRÉMONIE MARQUANT LE 20E ANNIVERSAIRE

Cette célébration a été présentée par le Secrétaire exécutif de l’AEWA Trouvilliez et présidée par Abdoulaye Ndiaye, Initiative africaine de l’AEWA.

Rita Schwarzelühr-Sutter, Secrétaire d’État allemande à l’environnement, a abordé les défis rencontrés dans la conservation des espèces migratrices, en soulignant la nécessité d’augmenter le nombre de Parties contractantes de l’AEWA. Elle a souligné les initiatives réussies de l’AEWA, passées et en cours, incluant le projet du Fonds pour l’environnement mondial « Ailes over Wetlands » (2006-2010), l’Initiative africaine et le Plan d’action pour l’Afrique y afférent, et la Journée mondiale des oiseaux migrateurs.

Gerard Boere, Président d’honneur de l’AEWA, s’est penché sur l’histoire et l’avenir de la conservation des oiseaux d’eau et de l’AEWA. Il a souligné que l’AEWA risque de trop se centrer sur l’administration et l’information plutôt que sur la mise en œuvre. Il a souligné l’importance de la surveillance dans la région de l’AEWA.

Melissa Lewis, Université de Tilburg, s’est penchée sur la position unique de l’AEWA dans le droit international de l’environnement de par: son utilisation du principe de précaution; son niveau de détail et de rigueur juridique; et sa disposition à évoluer au fil du temps. Elle a indiqué que l’AEWA est aussi progressive en ce qui concerne la participation des parties prenantes et son rôle dans le suivi et l’appui à la mise en œuvre. Notant le large éventail d’activités de l’AEWA en cours, elle a recommandé qu’il se centre sur ses domaines de niche et définisse mieux son rôle par rapport à d’autres AME.

Jesper Madsen, Université d’Aarhus, a discuté du prélèvement durable d’oiseaux d’eau dans la région Afrique-Eurasie. En notant la longue histoire de la chasse aux oiseaux d’eau de l’Arctique à l’Afrique, il a examiné les dimensions écologiques, économiques et sociales de la gestion évolutive des prélèvements. Il a indiqué qu’il est, à quelques exceptions près, actuellement impossible d’évaluer la durabilité écologique des prélèvements d’oiseaux d’eau dans la région de l’AEWA, en notant que « nous gérons au hasard, nous naviguons à l’aveuglette ».

Ndiaye a discuté de la signification de la « conservation des voies de migration » en Afrique et a souligné que les ressources partagées impliquent une responsabilité partagée de la gestion durable. Parmi les questions prioritaires pour la mise en œuvre du Plan d’action de l’AEWA pour l’Afrique, il a identifié, entre autres, le développement de synergies, le renforcement des capacités pour combler les lacunes en matière de surveillance, la collecte de fonds, le soutien technique et scientifique, l’engagement des partenaires locaux et la conservation des zones humides.

Nicola Crockford, BirdLife International, a évoqué le ferme engagement de l’AEWA avec la communauté des ONG, favorisé à travers son « atmosphère inclusive, objective et transparente ». Elle a salué l’excellence technique et l’engagement du Secrétariat et du TC de l’AEWA, et la prompte réactivité de l’AEWA aux tendances concernant les populations d’oiseaux d’eau. Elle a décrit le rôle collaboratif des ONG et de la société civile dans le suivi des populations et l’identification des priorités de conservation. Elle a appelé l’AEWA, entre autres à: donner davantage d’importance à la mise en œuvre plutôt qu’à la documentation; accroître la mobilisation des ressources du secteur privé et des secteurs gouvernementaux non liés à l’environnement; développer une gestion évolutive des prélèvements; maximiser la conservation des voies de migration; et favoriser les synergies au sein de la famille de la CMS.

DANS LES COULOIRS

Les brillantes couleurs d’automne et les douces températures constituaient les « cadeaux d’anniversaire » qui attentaient les délégués arrivant à Bonn pour la RdP6, qui marque le 20e anniversaire de l’AEWA. Toutefois, l’esprit de célébration s’est légèrement estompé au cours de la séance plénière du lundi matin, alors que les participants ont abordé les questions administratives et organisationnelles. « Je décroche de ces éléments de l’ordre du jour », a déclaré un délégué, faisant référence au fait d’argumenter sur l’ « ouverture » ou la « fermeture » du Groupe de travail sur les questions financières et administratives - la première, mais sans doute pas la dernière fois où les questions budgétaires se révèleront contentieuses à la RdP6.

Une période disproportionnée de temps en séance plénière du matin a également été consacrée à réunir des bénévoles pour la Commission de vérification des pouvoirs, les Parties étant si réticentes à participer que le Secrétariat de l’AEWA a menacé de suspendre le déjeuner à moins que des candidats ne s’avancent. « Sérieusement », le Secrétariat a instamment demandé le ralliement, « nous avons besoin de plus de drapeaux ». Le nombre minimum de volontaires ont finalement levé leurs drapeaux, ce qui prouve que les délégués à Bonn ont faim - non seulement de déjeuner, comme on l’espère, mais aussi de pouvoir aborder les questions de fond figurant plus bas dans l’ordre du jour de la RdP6. Étant donné que l’état général des oiseaux d’eau s’est aggravé depuis la RdP5, onze espèces de l’AEWA étant passées à une catégorie de menace plus élevée sur la Liste rouge 2015 de l’UICN, il n'y a pas de temps à perdre.

Participants

National governments
Netherlands
Norway
South Africa
UK
Negotiating blocs
European Union
Non-state coalitions
NGOs

Tags