Read in: English

Summary report, 14 April 2004

La Runion Prparatoire de la Runion Internationale sur l'Evaluation Dcennale du Programme d'Action pour le Dveloppement Durable des Petits Etats Insulaires en Dveloppement, s'est droule du 14 au 16 avril 2004, au sige des Nations Unies New York. La runion a commenc par une ouverture officielle de la 12me session de la Commission du Dveloppement Durable, qui tait charge d'entreprendre une runion prparatoire de trois jours, consacre la Runion Internationale, prvue plus tard cette anne Maurice.

Durant les trois jours, les dlgus ont men une premire lecture du Document de la Stratgie d'excution du Programme d'Action de la Barbade, adopt par la runion prparatoire inter-rgionale tenue aux Bahamas en janvier 2004, et entrin puis transmis la Commission, par le G-77/Chine, en prparation de la Runion Internationale. A la fin de la runion prparatoire, les dlgus ont dcid d'utiliser un texte de compilation comme plate-forme pour les consultations informelles-informelles de la priode intersession. Les dlgus ont galement adopt des projets de dcisions concernant l'ordre du jour provisoire et l'accrditation des ONG de la Runion Internationale. La CDD-12 a galement procd l'examen des prparatifs de la Runion Internationale, durant son segment de haut niveau, vendredi 30 avril.

Plusieurs tendances ont merg de la runion prparatoire: Il y a eu un dialogue positif et constructif entre les PEID et leurs partenaires dans le domaine du dveloppement; il reste encore une quantit monumentale de ngociations mener pour transformer le texte de compilation en une Stratgie tourne vers l'action; et la rsolution des questions ayant trait au commerce, la finance et la fourniture de directives la communaut et aux organisations internationales, exigera l'laboration de solutions cratives rpondant aux besoins la fois des PEID et de leurs partenaires de dveloppement. Nonobstant ces dfis, la runion prparatoire a jet des fondations solides  pour la concrtisation du mandat fix par l'Assemble Gnrale de renouveler le soutien politique international en faveur des PEID.

BREF HISTORIQUE DU PAB

La vulnrabilit des les et des littoraux a t reconnue la 44me session de l'Assemble Gnrale des Nations Unies (AG) en 1989, lorsque l'AG a vot la rsolution 44/206 concernant les effets dfavorables possibles de l'lvation du niveau des mers sur les les et les littoraux, en particulier les littoraux de bas niveaux. La Confrence des Nations Unies pour l'Environnement et le Dveloppement (CNUED), tenue en juin 1992, Rio de Janeiro, au Brsil, a attir l'attention internationale sur le cas particulier de ces zones,  lorsqu'elle a adopt le Plan d'action 21, un programme d'action pour le dveloppement durable. Le Chapitre 17 du Plan d'action 21, concernant la protection des ocans, de tous les types de mers et des littoraux a englob une partie programmatique consacre au dveloppement durable des petits Etats insulaires. Le Plan d'action 21 a appel galement la convocation d'une confrence mondiale sur le dveloppement durable des PEID.

LA CONFERENCE MONDIALE SUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE DES PEID: La Confrence Mondiale sur le Dveloppement Durable des PEID, qui s'est tenue Bridgetown, la Barbade, du 25 avril au 6 mai 1994, a t tablie par la rsolution 47/189 de la GA en 1992. Quelques 125 Etats et territoires ont particip la confrence, dont 46 taient des petits Etats et territoires insulaires en dveloppement. La Confrence a abouti l'adoption du Programme d'Action de la Barbade pour le Dveloppement Durable des PEID (PAB), un programme en 14 points, qui dtermine les domaines d'intervention prioritaires et qui fait tat des mesures spcifiques ncessaires au  traitement des difficults particulires auxquelles les PEID se trouvent confronts. Les domaines prioritaires ncessitant une action, englobent: les changements climatiques et l'lvation du niveau des mers, les catastrophes naturelles et environnementales, la gestion des dchets, les ressources ctires et marines, les ressources en eau douce, les ressources en terres, les ressources nergtiques, les ressources touristiques, la biodiversit, les institutions nationales et les capacits administratives, les institutions rgionales et la coopration technique, le transport et la communication, la science et la technologie, et le dveloppement des ressources humaines. Le PAB identifie, en outre, plusieurs domaines intersectoriels ncessitant une attention: le renforcement des capacits; le dveloppement institutionnel aux chelons national, rgional et international; la coopration dans le transfert des technologies cologiquement rationnelles; le commerce et la diversification conomique; et les finances. La Confrence a galement adopt la Dclaration de la Barbade, une affirmation de la volont politique qui soutient les accords contenus dans le PAB. La Commission de Dveloppement Durable (CDD) a reu la responsabilit du suivi de la mise en application du PAB.

LA SE-AGNU-19: Cinq ans aprs la CNUED, la 19me Session Extraordinaire de l'Assemble Gnrale de l'ONU (SE-AGNU-19), runie en juin 1997, a trait des questions ayant trait des PEID, dans le cadre de son thme gnral: Evaluation et Revue de la Mise en uvre du Plan d'Action 21. Dans ce contexte, la Session a requis que la CDD, sa sixime session en 1998, entreprenne une revue de tous les chapitres et de toutes les questions en suspens dans le PAB. Il a galement t dcid qu'une Session Extraordinaire de la GA, de deux jours, se tiendra en 1999 pour la conduite d'une valuation intgrale de la mise en uvre du PAB, et demand la CDD de siger en tant que Comit prparatoire de cette Session Extraordinaire.

LA SE-AGNU-22: En septembre 1999, cinq ans aprs la Confrence de la Barbade, la 22me Session Extraordinaire de l'Assemble Gnrale de l'ONU (SE-AGNU-22) a entrepris une valuation exhaustive de la mise en uvre du PAB. La Session Extraordinaire a adopt le document Etat des progrs accomplis et  initiatives pour la future mise en uvre du programme d'action pour le dveloppement durable des PEID, qui dtermine les six domaines sectoriels ncessitant une attention urgente: les changements climatiques, les catastrophes naturelles et environnementales et la variabilit climatique, les ressources en eau douce, les ressources ctires et marines, l'nergie, et le tourisme. Outre ces domaines prioritaires, la Session extraordinaire a mis en exergue la ncessit de se focaliser sur les moyens d'excution, travers: les stratgies de dveloppement durable, le renforcement des capacits, la mobilisation des ressources et la finance, la mondialisation et la libralisation du commerce, le transfert de technologies cologiquement rationnelles, l'indice de vulnrabilit, la gestion des donnes, travers le renforcement du rseau des PEID, et, la coopration internationale et les partenariats. La SE-AGNU-22 a galement adopt une Dclaration dans laquelle les Etats membres ont, entre autres, raffirm les principes du dveloppement durable incarns dans le Plan d'Action 21, la Dclaration de la Barbade et le PAB, ainsi que leurs engagements en leur faveur.

LE SOMMET DU MILLENAIRE: En 2000, au Sommet du Millnaire des Nations Unies, qui s'est droul au sige de l'ONU New York, les dirigeants mondiaux ont adopt la Dclaration du Millnaire (A/Res/55/2) et ce faisant, ont pris la rsolution de rpondre aux besoins particuliers des PEID, travers la mise en uvre du PAB et des conclusions de la SE-AGNU-22, rapidement et intgralement.

LE SMDD: Le Sommet Mondial pour le Dveloppement Durable (SMDD) s'est runi du 26 aot au 4 septembre 2002, Johannesburg, en Afrique du Sud. Le Sommet a ngoci et adopt deux documents principaux: le Plan de Mise en Application de Johannesburg (PMAJ), qui est un cadre d'action de 11 chapitres, pour la mise en application des engagements pris la CNUED, et la Dclaration de Johannesburg pour le Dveloppement Durable. Le SMDD a raffirm le cas particulier des PEID, et a consacr au dveloppement durable des PEID, un chapitre du PMAJ, qui identifie un ensemble d'actions prioritaires, appelle une revue exhaustive du PAB en 2004, et requiert de l'AG, sa 57me session, de considrer la convocation d'une runion internationale sur le dveloppement durable des PEID.

Les partenariats/initiatives de dveloppement durable, non ngocis, connus galement sous l'appellation de Conclusions de Type II, se sont avr un rsultat important du SMDD. Depuis le SMDD, plus de 260 partenariats ont t lancs, dont 18 sont axs sur les dfis poss aux petites les.

L'AGNU-57: En dcembre 2002, la 57me session de l'Assemble Gnrale (AGNU-57) a adopt la rsolution 57/262, qui dcide de convoquer une runion internationale en 2004 consacre l'valuation exhaustive intgrale de la mise en uvre du PAB, et a accueilli favorablement l'offre du gouvernement mauricien d'abriter la runion. L'Assemble Gnrale a galement dcid que la revue devra chercher renouveler l'engagement politique de tous les pays en faveur, et la focalisation sur, des actions pratiques et pragmatiques pour la suite de la mise en uvre du PAB, y compris travers la mobilisation des ressources et l'assistance aux PEID. La rsolution a dcide en outre la convocation de runions prparatoire rgionales, ainsi que d'une runion prparatoire interrgionale, en vue d'entreprendre une valuation du PAB, aux chelons national, sous-rgional et rgional, et a invit la CDD, sa 11me session (CDD-11), de procder l'examen de son rle dans le processus d'valuation. La rsolution a requis aussi le renforcement de l'Unit charge des PEID au sein de la Division des Nations Unies charge du Dveloppement Durable, de manire lui permettre de pouvoir apporter une assistance dans les prparatifs du processus d'valuation.

LA CDD-11: A la 11me session de la CDD, qui s'est droule du 28 avril au 9 mai 2003, la Commission a pris une dcision concernant les PEID et s'est accorde sur la tenue, durant la CDD-12, d'une runion prparatoire de trois jours, consacre la conduite d'une valuation approfondie de la mise en application du PAB et au parachvement des prparatifs de la Runion Internationale (RI), y compris son ordre du jour. La CDD a dcid en outre d'inviter les donateurs internationaux et les communauts du dveloppement, et les organisations internationales, fournir les donnes concernant leurs activits dans le domaine du soutien de la mise en uvre du PAB, et a fix les dates et lieux des runions prparatoires rgionales et de la runion interrgionale.

LES REUNIONS PREPARATOIRES REGIONALES: Entre aot et octobre 2003, trois runions prparatoires rgionales ont t tenues pour: les PEID de l'ocan Pacifique (4-8 aot, Apia, Samoa); les PEID des ocans Atlantique et Indien, de la Mditerrane et de la Mer de la Chine Mridionale (AIMS) (1-5 septembre, Praia, Cap Vert); et les PEID des Carabes (6-10 octobre, Port d'Espagne, Trinit et Tobago). Chacune de ces runions a finalis les positions rgionales, qui ont t prsentes, en guise de Rapports de Synthse Rgionaux, durant la runion prparatoire interrgionale aux Bahamas en janvier 2004.

LES REUNIONS D'EXPERTS: Dans le cadre des prparatifs de la Runion Internationale, une srie de runions d'experts a t organise entre juillet et dcembre 2003. Ces runions ont trait: du renforcement des capacits dans les domaines de l'nergie renouvelable et de l'efficience nergtique; de la vulnrabilit des PEID et de l'amlioration de la rsistance; de la Gestion des dchets; et du renforcement des capacits du dveloppement durable. Les rapports de ces runions et les Rapports de Synthse Rgionaux englobaient des documents d'information gnrale de la runion interrgionale.

LAGNU-58: En dcembre 2003, la 58me session de l'Assemble Gnrale, dans sa rsolution 58/213 a dcid que la Runion Internationale se tiendra du 30 aot au 3 septembre 2004, et qu'elle comprendra un segment de haut niveau, dans l'objectif d'entreprendre une valuation exhaustive intgrale du PAB. L'Assemble Gnrale a dcid galement, si jug ncessaire par une runion prparatoire, de composition non limite, et financ par des ressources volontaires, la tenue de deux journes de consultations officieuses, Maurice, les 28 et 29 aot 2004, pour la facilitation des prparatifs de la Runion Internationale.

DESIGNATION DU SECRETAIRE GENERAL DE LA REUNION INTERNATIONALE: En dcembre 2003, le Sous-secrtaire Gnral de l'ONU, Anwarul Chowdhury, a t dsign Secrtaire Gnral de la Runion Internationale. Chowdhury est galement le Haut Reprsentant des Nations Unies, charg des Pays les Moins Avancs, des Pays Enclavs en Dveloppement et des PEID.

REUNION PREPARATOIRE INTERREGIONALE DES PEID: La Runion Prparatoire Interrgionale sur l'Evaluation Dcennale du Programme d'Action pour le Dveloppement Durable des PEID, a eu lieu du 26 au 30 janvier 2004, Nassau, aux Bahamas. A la fin de runion, les PEID ont adopt la Dclaration de Nassau et le Papier de Stratgie de l'Alliance des Petits Etats Insulaires (AOSIS), sur la Suite de Mise en Application du PAB. Le Papier de Stratgie de l'AOSIS. Le Papier a t transmis au G-77/Chine, pour considration avant la runion prparatoire des PEID. Le Papier contient des chapitres sur les domaines prioritaires du PAB et dtermine les thmes nouveaux et mergeants, notamment, la graduation des PEID les moins avancs (PMA), le commerce, la sant et la culture.

LETTRE DU G-77/CHINE AU SECRETAIRE GENERAL DE L'ONU: Dans une lettre transmise au Secrtaire Gnral de l'ONU, le 26 mars 2004 (E/CN.17/2004/12), le G-77/Chine a indiqu son endossement du Papier de Stratgie de l'AOSIS et a propos de l'utiliser comme plate-forme de ngociation de l'valuation dcennale du PAB.

LES CONSULTATIONS INFORMELLES: Modres par l'ambassadeur de Nouvelle Zlande aux Nations Unies, Don MacKay, des informelles-informelles sur des questions relatives la runion prparatoire de la CDD, se sont droules le 24 mars et le 8 avril 2004. Au cours des consultations, les dlgus ont fait part de leurs vues et ont men une lecture informelle du Document de Stratgie pour la Suite de la Mise en Application du PAB.

COMPTE RENDU DE LA REUNION PREPARATOIRE

Mercredi matin 14 avril, le Prsident de la CDD-12, Brge Brende, ministre norvgien de l'environnement, a ouvert la session, soulignant qu'elle est la premire tre tenue dans le cadre du nouveau programme de travail de la CDD. Il a affirm que les CDD-12 et 13 offraient une occasion unique pour se focaliser sur les actions mises en uvre pour la concrtisation des objectifs approuvs l'chelle internationale concernant l'eau, l'assainissement et les tablissements humains. Il a galement attir l'attention sur les trois premiers jours de la session, consacrs aux prparatifs de la RI.

La Commission a ensuite lu, par acclamation, aux postes de Vice-prsidents: Toru Shimizu (Japon), Bolus Paul Zom Lolo (Nigeria) et Eva Tomic (Slovnie), et le Vice-prsident Lolo a t dsign Rapporteur. Le Prsident Brende et le Vice-prsident Bruno Stagno Ugarte (Costa Rica) avaient t lus au Bureau de la CDD-12, le 9 mai 2003.

Aprs l'introduction de quelques amendements mineurs et de brefs commentaires, par le Secrtariat, concernant l'ordre du jour provisoire et diverses questions d'organisation, la Commission a adopt son ordre du jour (E/CN.17/2004/1/1) et l'organisation des travaux, y compris les documents concernant l'tat d'avancement de la documentation de la session (E/CN.17/2004/1/Add.1) et la participation des organisations intergouvernementales dans les travaux de la CDD-12 (E/CN.17/2004/L.1)

Les dlgus ont ensuite entendu les dclarations d'ouverture en prparation de la Runion Internationale pour l'valuation de la mise en uvre du PAB. Au cours des trois journes, les dlgus se sont runis dans des consultations informelles pour mener une premire lecture du Document de la Stratgie pour la suite de la mise en application du PAB. Les dlgus ont galement procd l'examen de l'ordre du jour provisoire et a adopt la liste des ONG et des Principaux Groupes accrdits la RI. Le Rapport suivant rsume les discussions qui ont eu lieu durant la runion prparatoire.

LES PREPARATIFS DE LA REUNION INTERNATIONALE POUR L'EVALUATION DE LA MISE EN APPLICATION DU PROGRAMME D'ACTION POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE DES PEID

Mercredi matin, Jos Antonio Ocampo, Sous-secrtaire Gnral de l'ONU, charg des Affaires Economiques et Sociales, a accueilli avec satisfaction la dcision de la CDD-11, d'intgrer la vulnrabilit des PEID, comme thme intersectoriel, dans le programme de travail pluriannuel de la CDD. Introduisant le rapport du Secrtaire Gnral de l'ONU, concernant l'Evaluation des Progrs accomplis dans la Mise en Application du Programme d'Action pour le Dveloppement Durable des PEID (E/CN.17/2004/8), il a signal que le rapport: prsente une tude exhaustive de la mise en application gnrale du programme d'action de la Barbade (PAB), dcrit les dfis auxquels les PEID continuent tre confronts, et dtermine les domaines o un soutien additionnel est requis de la part de la communaut internationale.

Mettant en relief la rsolution de l'assemble gnrale concernant la RI, Anwarul Chowdhury, Secrtaire gnral de la Runion Internationale de Maurice, a dclar que la RI doit se pencher sur les dficits constats dans la mise en uvre du PAB et examiner les raisons pour lesquelles les choses n'ont pas avanc depuis l'valuation de la PAB+5 de 1999. Il a prcis que les principales questions poses la RI, consistent savoir comment faire pour que la runion puisse apporter une contribution positive la promotion de la scurit sociale et du bien-tre des populations des PEID, et comment faire pour que les PEID puissent bnficier du soutien, de l'engagement authentique et de la volont politique de tous les partenaires, de manire pouvoir avancer rellement dans la mise en application du PAB. Il a galement propos la cration d'un mcanisme de suivi dynamique, permettant de procder, de manire priodique ou annuelle, la dtermination des dficits au niveau de la mise en application.

La reprsentante des BAHAMAS a prsent les conclusions de la runion prparatoire interrgionale, tenue Nassau, aux Bahamas, en janvier 2004, mettant en exergue la Dclaration de Nassau  (A/58/709) et le Papier de Stratgie de l'AOSIS pour la Suite de la Mise en uvre du PAB (E/CN.17/2004/12 annex). Elle a signal qu' cette runion, les dlgus ont renouvel leurs appels pour une volont politique plus ferme, des ressources financires accrues et un soutien plus important de la part de la communaut internationale, pour faciliter la mise en application du PAB par les PEID.

Affirmant que la RI offre une occasion unique d'assurer le suivi de la mise en uvre des accords contenus dans la Dclaration du Millnaire et le SMDD, l'Irlande, intervenant au nom de l'UE, a dclar que la RI devrait tre tourne vers l'action et apporter une valeur ajoute, et qu'elle ne doit pas rengocier le PAB. Le dlgu a ajout que la RI devrait renforcer l'importance des stratgies de rduction de la pauvret et de dveloppement durable, conduites par les pays eux-mmes, et qu'elle devrait se focaliser sur le rle de la communaut internationale dans le soutien de ces initiatives nationales.

Signalant qu'ils ont avalis le Papier de Stratgie de l'AOSIS, auquel la prsente runion nomme Document de Stratgie, Maurice, intervenant au nom du G-77/Chine, a prsent les grandes lignes du document de la Stratgie, mettant l'accent sur les dfis particuliers auxquels les PEID se trouvent confronts dans le domaine du dveloppement durable, et encourageant une plus grande comprhension et une meilleure coopration de la part des membres de la communaut internationale, appels honorer les engagements qu'ils ont pris Rio et la Barbade. Faisant tat des rserves souleves dans les consultations informelles, selon lesquelles le document de la Stratgie est trop long et que les priorits n'y sont pas mentionnes, il a prcis que le document rendait compte de l'ventail des problmes poss aux PEID et soulignait la ncessit de traiter leurs proccupations de manire globale. Au sujet du rapport du Secrtaire Gnral de l'ONU, il a mis en garde contre l'impression qui s'en dgage, que les PEID peuvent rsoudre, eux seuls, les difficults poses leur dveloppement durable, et a dclar que cette ide ne correspondait pas l'esprit de partenariat recommand dans le PAB et par le SMDD. Il a accueilli favorablement l'ide de l'ouverture d'un dbat approfondi et franc sur la meilleure voie suivre.

Le dlgu des Etats-Unis a fait part de ses rserves quant la structure et au contenu du document de la Stratgie, prcisant: qu'il est une liste de demandes; qu'il est trop long et trop dtaill; qu'il cherche modifier les rgles de la communaut internationale; qu'il cherche altrer les textes ngocis dans divers forums internationaux; et qu'il contient des problmes qui ne sont pas particuliers aux PEID. Il a soulign que les rserves des Etats-Unis sont refltes dans le papier officieux qui a t distribu durant les runions informelles intersessions, le 8 avril.

Tuvalu a exprim l'espoir de voir l'ensemble des dlgations considrer cette runion comme une occasion de dialogue, et a demand aux dlgus de ne pas ngliger le travail accompli par les ministres des PEID, dans l'laboration du document de la Stratgie. Il a appel les institutions financires internationales (IFI) financer la mise en uvre du PAB.

La Fdration de Russie a dclar que la RI devrait apporter une contribution importante la mise en application des rsultats du SMDD, et qu'elle doit s'effectuer dans le cadre des paramtres des divers accords internationaux.

Don MacKay (Nouvelle Zlande), modrateur des consultations informelles intersessions, a prsent un rapport sur les deux consultations qui ont eu lieu avant la runion prparatoire. Avant de clturer la plnire d'ouverture, le Prsident Brende a propos, et la Commission a accept, de dsigner MacKay, modrateur des consultations informelles de la runion.

ACCREDITATION DES ONG AUPRES DE LA REUNION INTERNATIONALE: Mercredi matin, la Commission a examin puis adopt la liste des ONG et autres Principaux Groupes accrdits auprs de la RI, figurant dans le document concernant l'Accrditation des organisations non-gouvernementales et autres principaux groupes auprs de la Runion Internationale sur l'Evaluation de la Mise en Application du Programme d'Action pour le Dveloppement Durable des PEID et sa runion prparatoire (E/CN.17/2004/9).

LES CONSULTATIONS INFORMELLES: Durant les consultations informelles modres par MacKay, les dlgus ont entrepris une lecture paragraphe par paragraphe du document de la Stratgie, durant laquelle les pays industrialiss ont prsent leurs premiers commentaires, ont propos de nouveaux libells ou demand des claircissements concernant le document du G-77/Chine. Tout le long des discussions, les pays industrialiss ont propos d'amender un certain nombre de formulations de manire placer sur les PEID de plus grandes obligations touchant leur dveloppement durable. Les pays industrialiss ont aussi fait part de leurs rserves concernant l'utilisation de formulations obligatoires donnant des directives la communaut internationale. En rponse aux propositions et suggestions avances par les pays industrialiss, le G-77/Chine a prsent la runion des claircissements concernant l'importance de certaines questions, et a indiqu que le Groupe a dcid de mener des consultations internes autour de ces amendements.

Mercredi, les dlgus ont parachev leur premire lecture de l'introduction et des chapitres consacrs aux problmatiques des changements climatiques et de l'lvation du niveau des mers, et des catastrophes naturelles et environnementales. Ils ont galement entam l'examen du chapitre consacr la gestion des dchets.

Jeudi, les dlgus ont parachev leur premire lecture des chapitres consacrs la gestion des dchets, aux ressources ctires et marines, aux ressources en eau douce, aux ressources terriennes, aux ressources nergtiques, aux ressources touristiques, aux ressources en biodiversit, au transport et la communication, la science et la technologie, la graduation des PEID PMA, et ont entam l'examen du chapitre consacr au Commerce: mondialisation et libralisation du commerce.

Vendredi, les dlgus ont parachev leur premire lecture des chapitres consacrs: au commerce: mondialisation et libralisation du commerce; au dveloppement durable des capacits et l'ducation en matire de dveloppement durable; aux modes durables de production et de consommation; aux environnements nationaux favorables; la sant; la gestion des donnes et l'information au service de la prise des dcisions; la culture; la mise en application; l'accs aux ressources financires; et au suivi et l'valuation.

L'Introduction: L'UE a propos un libell introductif pour le chapitre raffirmant l'engagement des PEID en faveur de la Dclaration de Rio, du Plan d'action 21, du PMAJ, du Consensus de Monterrey et d'autres accords internationaux pertinents. Le G-77/Chine a prsent le PAB comme tant la stratgie centrale du dveloppement durable des PEID.

Au sujet des responsabilits communes mais diffrencies, les dlgus ont apport leur appui l'amendement introduit par l'Australie, pour faire rfrence l'intitul complet du principe, tel que figurant dans le Principe 7 de Rio.

Les Etats-Unis et l'UE ont propos de supprimer le libell consacr au soutien financier et l'aide publique au dveloppement (APD), suggrant de le remplacer par une rfrence au libell pertinent figurant dans le texte du Consensus de Monterrey. Le G-77/Chine a suggr d'intgrer ce dernier dans la dclaration politique, soulignant la prfrence de ses Etats membres de se focaliser sur le PAB, dans le Document.

Au sujet de la bonne gouvernance et du besoin urgent de davantage de dmocratie, de transparence et d'insertion dans les systmes conomiques et financiers internationaux, aux fins de permettre une participation effective des PEID dans les processus dcisionnels, l'UE, le Japon, la Norvge et les Etats-Unis ont propos de supprimer ce paragraphe et de le remplacer par le libell retenu dans le paragraphe 11 du Consensus de Monterrey, qui reconnat, entre autres, que la bonne gouvernance est essentielle pour le dveloppement durable. Tout en apportant son appui aux accords atteints Monterrey, le G-77/Chine a dclar que le libell devrait souligner le besoin d'une dmocratisation des IFI. Il a affirm que les IFI et les Institutions de Bretton Woods ne sont pas en train d'accorder une attention suffisante la vulnrabilit des PEID, et a propos d'utiliser plutt le libell en rapport, retenu dans le PMAJ.

Au sujet de la scurit, le Japon, l'Australie, l'UE et les Etats-Unis ont propos de supprimer le libell appelant la diversion de ressources financires du programme de dveloppement durable pour le traitement des proccupations ayant trait la scurit. L'Australie a propos l'insertion d'un paragraphe alternatif soulignant la reconnaissance, par la communaut internationale, de la pression financire et administrative accrue exerce, l'chelon national, sur les PEID, comme faisant partie de la lutte internationale contre le terrorisme, et raffirmant l'importance de la coopration internationale.

Au sujet des paragraphes consacrs au droit international, aux droits de l'homme et la Charte des Nations Unies, et au rle des organes des Nations Unies, l'UE et les Etats-Unis ont propos de supprimer/ou de rationaliser les libells de manire les rendre plus pertinents aux questions touchant aux PEID.

Les dlgus ont apport, sans discussion, leur appui aux paragraphes traitant du besoin de raliser le dveloppement durable travers l'adoption d'approches intgres et globalisantes, l'importance de la culture et de la diversit culturelle, et le rle intgr et la participation des jeunes dans le dveloppement durable.

Au sujet de la coopration sud-sud, le dlgu des Etats-Unis a fait part de ses rserves concernant le fait que ce paragraphe ne s'applique pas de manire particulire aux seuls PEID. Le paragraphe a t amend de manire inclure une rfrence la coopration sur la question des ocans.

Au sujet de l'galit des sexes et de l'accs l'ducation, la sant et aux opportunits conomiques et des systmes de prise de dcision pour le dveloppement durable, l'UE a dclar que le libell devrait faire rfrence aux Objectifs de Dveloppement du Millnaire (ODM) pertinents. Le Canada a propos l'insertion de rfrences additionnelles l'accs plein et galitaire des femmes la participation politique, tous les niveaux, et l'accs plein et galitaire des filles, des garons, des femmes et des hommes tous les niveaux d'ducation.

Les changements Climatiques et l'lvation du niveau des mers: L'Australie, l'UE et les Etats-Unis ont reconnu que la question de la vulnrabilit des PEID et de l'adaptation aux changements climatiques est d'importance particulire, et que le libell devrait souligner l'importance du passage l'objectif commun consistant rduire les gaz effet de serre. Le G-77/Chine a indiqu que les changements climatiques sont un problme mondial ncessitant une action internationale, et que les pays industrialiss doivent assumer leurs responsabilits dans la contribution l'lvation du niveau des mers. Le Mexique a soulign qu'il accorde une grande importance la mise en exergue de la Convention-cadre sur les Changements Climatiques (UNFCCC) et du Protocole de Kyoto dans le texte. Les Etats-Unis et l'UE ont appel la fusion du paragraphe consacr au soutien devant tre apport par le Fonds pour l'Environnement Mondial (FEM) aux stratgies d'adaptation, avec le paragraphe consacr au rle des banques de dveloppement rgionales et des IFI dans le soutien devant tre accord aux mcanismes de coordination rgionaux et nationaux en matire de lutte contre les changements climatiques. La Fdration de Russie a indiqu que le paragraphe devrait attirer l'attention moins sur les procdures du FEM et davantage sur la promotion des capacits techniques des PEID. Le G-77/Chine a indiqu que les paragraphes devraient rester distincts, a soulign que les mesures d'adaptation relevant du FEM sont de grande importance pour les PEID, et a appel la simplification des rgles du FEM en vue d'acclrer le dboursement des ressources.

Les catastrophes naturelles et environnementales: Le G-77/Chine, contr par l'UE, le Canada et les Etats-Unis, a soulign l'importance du maintien du libell appelant l'tablissement d'un fonds international pour la rduction des catastrophes, et des rfrences aux arrangements d'assurance et de rassurance en faveur des PEID. Les Etats-Unis, le Canada et l'UE ont propos des amendements soulignant: la vulnrabilit des PEID aux catastrophes naturelles et environnementales; que la Stratgie Internationale pour la Rduction des Catastrophes (SIRC) devrait renforcer ses capacits dans les rgions des PEID; et que la communaut internationale devrait utiliser les opportunits offertes, y compris durant l'valuation dcennale de la Stratgie de Yokohama pour la Rduction des Catastrophes Naturelles, en 2005, pour procder l'examen des questions spcifiques aux PEID.

La gestion des dchets: Au sujet des sous-paragraphes spcifiant les actions devant tre entreprises par les organismes et les processus internationaux, les Etats-Unis, le Canada, le Japon et la Fdration de Russie ont soulign que les requtes figurant dans le Document ne devraient pas usurper le travail de ces organes, et ont appel la suppression de ces rfrences. Faisant objection ces propositions, le G-77/Chine a soulign que dans bon nombre de cas, les PEID ne sont pas reprsents de manire adquate, au sein de certains organismes internationaux, tels que l'Agence Internationale de l'Energie Atomique, et qu'ils manquent souvent des capacits ncessaires une participation effective dans les processus dcisionnels de ces organismes. Les Etats-Unis et le Japon, contrs par le G-77/Chine, ont encourag la suppression du sous-paragraphe appelant la communaut internationale fournir, d'ici 2015, un soutien financier pour la mise au point, le transfert et la mise en application des techniques appropries pouvant tre adaptes par les PEID.

Au sujet du transport des dchets radioactifs, le G-77/Chine a fait objection aux propositions soumises par les Etats-Unis et le Japon, de supprimer les libells qui s'y rapportent, prcisant qu'il s'agissait l de libells approuvs, tirs du PAB, et que l'objectif de la RI n'est pas de rengocier le PAB.

Au sujet de la responsabilit du traitement de la pollution et de l'acceptation de la responsabilit de la rhabilitation des paves marines de la seconde guerre mondiale, les Etats-Unis, le Japon et l'UE ont propos de supprimer les sous-paragraphes associs, le Japon suggrant de traiter la question de manire bilatrale. Le G-77/Chine a soulign l'importance de la reconnaissance de cette question, au niveau international.

Les ressources ctires et marines: L'ide d'tablir un nouveau mcanisme financier pour aider les PEID dans la mise en application de la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer (CNUDM) a t contre par l'UE et les Etats-Unis, qui ont soulign la ncessit de faire un meilleur usage des mcanismes disponibles. Le G-77/Chine ont soulign le besoin de traiter la question de l'accs des PEID ces mcanismes.

Au sujet de la gestion des pcheries, l'UE et les Etats-Unis, appuys par le Japon, le Canada et l'Australie, ont propos de renforcer le libell pour aider les PEID dans le traitement du problme des pches illgales, non-documentes et irrgulires (INDI) et les problmes lis aux pavillons de complaisance. Soulignant que les PEID ne disposent pas des capacits ncessaires au contrle des pches INDI, le G-77/Chine a accueilli favorablement cette proposition.

Le Japon et la Rpublique de Core se sont opposs la proposition de singulariser les pays pratiquant les grandes lignes pour la fourniture d'un soutien la gestion durable des pcheries. Le G-77/Chine a maintenu que ces pays devraient assumer leur part de responsabilit dans l'puisement des pches des PEID. Soulignant qu'il est difficile de pouvoir dterminer le caractre quitable de la gestion des ressources, la Rpublique de Core et le Canada ont suggr, et les pays en dveloppement ont accept, de remplacer le terme quitable par le terme effectif.

Au sujet de la gestion des littoraux, la Norvge a propos une rfrence au programme de travail de la Convention sur la Diversit Biologique (CDB), ax sur la biodiversit marine et ctire, et la Fdration de Russie a soulign le besoin d'une cohrence avec le droit international dans l'application des approches en matire de gestion, telles que celle des aires protges marines. Le G-77/Chine a dclar que ses membres examineront ces propositions. La proposition avance par le Japon, de prciser que les approches de gestion doivent tre bases sur des donnes scientifiques, le G-77/Chine a fait part de ses rserves concernant l'accs des PEID ces donnes.

Les ressources en eau douce: Les dlgus ont approuv, sans amendement, le paragraphe introductif dcrivant les dfis auxquels les PEID se trouvent confronts dans ce domaine. Le G-77/Chine a indiqu que ses membres examineront la proposition du Mexique de se rfrer au 4me Forum Mondial sur l'Eau, qui doit se tenir au Mexique, en 2006, mais a soulign que le soutien de la mise en uvre du Programme d'action conjoint sur l'eau et le Climat, lanc au 3me Forum Mondial sur l'Eau, devrait tre fourni avant 2006.

Au sujet de la fourniture d'une assistance dans le domaine des technologies appropries pour la ralisation des ODM ayant trait l'eau potable salubre, l'UE a propos un libell reconnaissant l'engagement des PEID en faveur des objectifs du SMDD, relatifs l'assainissement et la gestion intgre des ressources en eau. Le G-77/Chine a soulign la ncessit d'une assistance pour la ralisation de ces objectifs. Le Japon a soulign que les mcanismes et les programmes spcifis dans ce chapitre, tels que le FEM et le Programme Mondial pour l'Evaluation des Ressources en Eaux, sont pertinents pour les pays en dveloppement et pas uniquement pour les PEID.

Les ressources daphiques: Les Etats-Unis et l'UE ont propos de reformuler les paragraphes consacrs la dgradation des sols et au commerce des produits agricoles, qui, ont-ils prcis, devraient souligner que les PEID sont les premiers responsables de leurs ressources daphiques. Le G-77/Chine a indiqu le besoin de mentionner le rle du FEM, de la Convention sur la lutte contre la Dsertification (CCD) et de la CDB, comme mcanismes pour le traitement du problme de la dgradation des sols.

L'UE et les Etats-Unis ont propos de supprimer le paragraphe consacr aux activits minires, l'UE offrant un libell de rechange sur ce sujet. L'UE a propos que les PEID, avec le soutien de la communaut internationale, procdent l'amlioration des capacits nationales dans les domaines: de la formulation des politiques et des lgislations; de l'laboration des bases de donnes et de l'valuation de l'ensemble des ressources minires; des ngociations avec les entreprises transnationales; et de l'valuation des projets du secteur minier.

Les ressources nergiques: Au sujet des formes d'nergie qui devraient tre listes en tant qu'options commercialement faisables, pour l'approvisionnement nergtique des PEID, la Norvge a propos d'ajouter l'nergie gothermale, tandis que l'UE et les Etats-Unis ont propos d'ajouter la biomasse et l'nergie hydrologique dans la liste existante des nergies olienne, solaire et ocanique. Le dlgu des Etats-Unis a dclar que le chapitre consacr aux ressources nergtiques est trop focalis sur ce que les pays tiers devraient faire, mais ne dit rien sur les mesures que les PEID devraient prendre. Le G-77/Chine a soulign que ce chapitre est bas sur des formulations dj approuves dans le Chapitre VII du PMAJ (dveloppement durable des PEID). Le dlgu des Etats-Unis a galement introduit un libell appelant les PEID procder la dtermination de leurs besoins et chercher se procurer une assistance rgionale et internationale, selon ce qu'il convient, pour la ralisation des objectifs du PMAJ, relatifs l'approvisionnement et aux services nergtiques, et fournir un effort renouvel avant la session de la CDD, en 2006, aux fins de s'assurer de progrs rels et dmontrables.

Les ressources touristiques: Au sujet du rle du tourisme en tant que contributeur l'conomie des PEID, les dlgus ont apport leur appui un amendement introduit par les Etats-Unis, reconnaissant l'impact environnemental d'un dveloppement non viable du tourisme. Au sujet de l'utilisation des directives rgissant le suivi de l'impact du dveloppement touristique, l'UE a suggr de faire rfrence aux directives de la CDB concernant la biodiversit et le dveloppement du tourisme. Le G-77/Chine a dclar que ses pays membres examineront le texte propos. L'UE a galement suggr d'intgrer les plans nationaux de dveloppement touristique dans les stratgies nationales de dveloppement durable.

Le G-77/Chine a soulign qu'il n'y a pas de rfrence aux PEID, dans le Programme de travail de la CDB, ax sur les Aires Protges, et ont demand l'insertion d'un libell rpondant la situation unique des PEID, par rapport la mise en application de la CDB.

Les ressources en biodiversit: Au sujet de la bio-piraterie et de l'accs et du partage des Avantages (APA), l'UE a appel l'insertion d'un libell soulignant que les mesures en faveur du partage juste et quitable des avantages dcoulant de l'utilisation des ressources gntiques, devraient tre en conformit avec les Directives de Bonn concernant l'APA, et s'assurer que les PEID participent dans le Groupe spcial de la CDB, ouvert tous, sur la mise en place d'un rgime international d'APA.

L'UE et les Etats-Unis ont propos de changer le libell consacr au soutien financier et technique devant tre apport en faveur de la biodiversit, en particulier, travers le FEM, soulignant que ce dernier n'est que l'un des mcanismes pourvoyeurs d'aide technique et d'assistance internationale. Le G-77/Chine a indiqu que dans le paragraphe, l'accent est plac sur la simplification des procdures de dboursement du FEM, et a mis en relief le besoin de disposer de sources de financement, pas forcment nouvelles, mais prvisibles.

Transport et communications: Au sujet des dfis auxquels les PEID se trouvent confronts dans les domaines du transport et des communications, un pays industrialis a suggr d'ouvrir le chapitre, de manire y reconnatre les rcents dveloppements qui ont rduit l'isolement des PEID. Le G-77/Chine a soulign le besoin de soutenir l'accs aux nouvelles technologies de communication. Au sujet de l'assistance dans les domaines du dveloppement et de la gestion des aroports et des ports, le G-77/Chine a mis l'accent, entre autres, sur les cots impliqus dans la mise en conformit aux nouvelles exigences internationales en matire de scurit. Le Japon a suggr d'largir le libell l'assistance en faveur d'autres formes d'infrastructure de transport.

Au sujet des arrangements rgionaux dans le domaine du transport, le dlgu des Etats-Unis a suggr de rendre oprationnel le libell, en y stipulant que les PEID devraient tendre leur participation dans ces arrangements, et a demand une clarification du concept de rationalisation des services ariens. Le G-77/Chine a mis l'accent sur les dfis relever dans l'laboration des politiques ariennes bases sur les forces du march, soulignant la ncessit d'une intervention pour s'assurer des services ariens dans les rgions sous-desservies.

Au sujet du besoin, pour les PEID, de libraliser leurs secteurs de tlcommunication, le dlgu des Etats-Unis a requis la suppression du libell appelant des mesures de rduction des cots, et l'UE et le WSIS ont dclar que le processus du Sommet Mondial sur la Socit de l'Information (SMSI) n'est pas le forum appropri pour le traitement de cette question. Le G-77/Chine a soulign l'importance de ces mesures, faisant tat des cots levs encourus par les pourvoyeurs de service qui dtiennent le monopole.

Science et technologie: Au sujet de l'accroissement du soutien en faveur des organisations rgionales pour la promotion des capacits scientifiques et technologiques, les Etats-Unis et l'UE ont recommand la suppression du paragraphe appelant la cration d'un mcanisme rgional d'change d'information. Le G-77/Chine a indiqu qu'il reformulera le chapitre de manire reflter que l'objectif du mcanisme envisag consiste dterminer les techniques appropries utiles aux PEID et aider les PEID accder ces technologies. Au sujet du maintien et du renforcement de SIDSNet, le Japon a demand des claircissements sur les sources de financement prvues.

Dclassement des PEID PMA: L'UE, avec les Etats-Unis, a indiqu que l'ECOSOC tait dj en train de mener des travaux sur ce sujet et a appel la suppression du chapitre entier. Le G-77/Chine a not que bien que l'ECOSOC soit en train d'examiner les questions de dclassement des PMA, il est important de se pencher encore: sur les rsultats du dclassement des pays de leur statut de PMA; sur la mthodologie utilise pour la dtermination du dclassement des PMA; et sur la question de la graduation elle-mme. Le G-77/Chine a indiqu que la RI doit considrer la vulnrabilit environnementale des PEID et sortir avec des recommandations spcifiques pour la graduation des PEID PMA.

Commerce: la mondialisation et la libralisation du commerce: Le dlgu des Etats-Unis a propos de supprimer ce chapitre entier, arguant qu'il n'y a pas de mandat pour le traitement des questions commerciales dans ce processus. Il a prcis que les Nations Unies ne sont pas l'organe appropri pour le traitement des questions lies au commerce, et que ces dernires sont traites par l'OMC. Se flicitant de l'insertion et de la pertinence de ce chapitre dans le Document, la Commission europenne a mis des rserves concernant quelques lments du  texte, en particulier, l'appel la cration de nouveaux groupes dans le cadre de l'OMC. Le Japon, le Canada et les Etats-Unis ont galement fait part de leurs rserves quant au risque de voir le libell interprt de manire impliquant que les PEID sont en train d'appeler la reconnaissance d'un nouveau groupe dans le cadre de l'OMC. Le Canada a appel aussi une rfrence plus importante au programme de travail de l'OMC axs sur les petites conomies. Le G-77/Chine a expliqu que ces rfrences n'impliquent aucunement la cration de nouveaux groupes dans le cadre de l'OMC, que le libell vise uniquement faire ressortir le cas particulier des PEID, et qu'il est bas sur des libells approuvs tirs du paragraphe 58(f) du PMAJ, qui souligne que les ngociations en cours et l'laboration du programme de travail de l'OMC, ax sur le commerce dans les petites conomies, devraient s'assurer de la prise en considration des problmes des PEID.

Le porte-parole a soulign que l'Accord de Doha sur le Dveloppement reconnat que le commerce est un instrument de dveloppement durable, et ont soulign que nombre de questions commerciales sont dj traites l'extrieur de l'OMC. Il a indiqu que l'valuation PAB+5, le PMAJ et le Consensus de Monterrey traitent tous, des proccupations des PEID ayant trait au commerce, et a dclar que le Document devrait se baser sur ces dispositions. Il a mis galement en exergue le rle central de l'ONU dans le traitement de ces proccupations, notant qu'elle est le seul forum o les voix de tous les PEID sont reprsentes.

La CE a encourag l'insertion d'un libell plus positif rendant compte des avantages conomiques en faveur des PEID, dcoulant du commerce. La reprsentante a galement appel l'insertion du paragraphe 26 du Consensus de Monterrey, qui traite, entre autres, de la ncessit d'un systme commercial multilatral, qui soit universel, bas sur des rgles, ouvert, non-discriminatoire et quitable. Elle a propos de supprimer le libell stipulant que les proccupations particulires aux PEID n'ont pas t traites par l'OMC.

Le G-77/Chine a soulign le besoin de considrer le Consensus de Monterrey de manire globale et non de manire compartimente. Le porte-parole a indiqu que le groupe examinera la meilleure manire d'apprhender Monterrey, comme paquet global, travers l'ensemble du Document. Au sujet du sous-paragraphe appelant l'adoption, par l'OMC et d'autres organisations internationales pertinentes, d'un cadre intgr pour l'assistance technique et la coopration pour le dveloppement des PEID, la CE a dclar que ce libell devrait tre supprim et remplac par le paragraphe 47(e) du PMAJ, qui appelle l'amlioration de la livraison d'une assistance technique et de programmes de renforcement des capacits, dans le domaine du commerce, qui soient coordonns, efficaces et cibls. La CE a galement appel la suppression des sous-paragraphes traitant: des dispositions de l'OMC visant assurer une douce transition aux PEID dclasss de leur statut de PMA; de la cration d'espaces politiques ayant trait l'OMC pour permettre aux PEID de poursuivre de manire effective leurs objectifs de dveloppement durable; de la reconnaissance par l'OMC du maintien des arrangements commerciaux prfrentiels non-rciproques; et des rfrences aux mcanismes compensatoires. La CE a galement propos l'insertion d'un libell additionnel appelant un examen permanent des liens entre les mesures commerciales prises dans le cadre de l'OMC et celles prises dans le cadre des accords environnementaux multilatraux.

Le renforcement durable des capacits et l'ducation en matire de dveloppement durable: Au sujet de la reconnaissance des dfis poss aux PEID dans le domaine du renforcement des capacits et de l'approche intgre requise pour leur traitement, le Canada a propos de remplacer la rfrence aux Principaux Groupes par une rfrence aux parties prenantes concernes.

Le Canada et les Etats-Unis ont suggr, et le G-77/Chine a appuy, l'insertion d'un libell mettant en relief le rle des technologies d'information et de communication (TIC) dans la ralisation des objectifs ducationnels. L'UE et le Japon ont suggr de supprimer le libell appelant la cration d'un fonds pour le renforcement des capacits des PEID. Le G-77/Chine a expliqu que les PEID n'entendaient pas appel la cration d'un nouveau fonds, mais la coordination de l'aide disponible.

Le G-77/Chine a plaid pour des amendements reconnaissant les travaux en cours dans les domaines du renforcement des capacits et de l'ducation, et l'importance du renforcement de l'enseignement primaire.

Les modes durables de production et de consommation: Le dlgu des Etats-Unis a dclar que la rfrence encourageant la cration d'un nouveau cadre institutionnel pour la facilitation de la mise en uvre de la dcennie des programmes axs sur les modes durables de production et de consommation, comme rclam dans le PMAJ, devrait tre supprime, tant donn que le SMDD et la runion internationale des experts, tenue Marrakech, n'ont pas approuv l'tablissement d'un tel cadre. Le G-77/Chine a soulign le besoin de nouveaux mcanismes pour suivre les ralisations accomplies dans le cadre dcennal des programmes.

Environnements nationaux d'habilitation: Le Canada a propos d'largir l'intitul de ce chapitre de manire y inclure aussi les environnements rgionaux d'habilitation. Le dlgu des Etats-Unis a encourag la suppression de la rfrence aux ODM et a suggr d'utiliser les objectifs de dveloppement approuvs l'chelle internationale, y compris ceux figurant dans la Dclaration du Millnaire.

Sant: Le Canada a suggr d'appeler l'amlioration de la collecte des donnes ayant trait la sant dans les PEID, aux fins de faciliter la prise de dcisions. Le dlgu des Etats-Unis a propos de mettre en relief le partage de ces donns, la fois aux chelles nationale et internationale. Le G-77/Chine s'est dclar d'avis que cela est important, mais a fait part de ses rserves concernant le risque de voir cela placer un fardeau supplmentaire sur les PEID, en terme d'laboration de rapports. Le dlgu des Etats-Unis a galement suggr l'laboration et la mise en application d'initiatives de surveillance effective des tre humains et des animaux, l'chelon local, outre les chelons national et rgional.

Le Japon a fait circuler, au sujet du sous-paragraphe, un libell appelant la fourniture d'une assistance technique bilatrale ou multilatrale visant aider les PEID accder au Fonds Mondial pour la Lutte contre de SIDA, la Tuberculose et le Paludisme. L'UE a propos un texte appelant un engagement de la part des PEID, avec le soutien de la communaut internationale, exercer un contrle effectif des maladies telles que le VIH/SIDA, notamment travers le renforcement du leadership politique. Le G-77/Chine a soulign que sans la fourniture d'un soutien adquat, cela viendrait placer un fardeau supplmentaire sur les PEID.

Gestion des donnes et de l'information pour les prises de dcisions: Le Canada a propos un nouveau chapeau soulignant l'importance des technologies de l'information (TGI) pour les PEID et de la dtermination des TGI appropries pour les PEID. L'UE et les Etats-Unis ont propos de supprimer le libell appelant la cration d'un mcanisme de financement consacr la mise en uvre d'un programme de solidarit pour l'avancement des PEID dans le domaine numrique. Au sujet de la mise en place d'un groupe de travail charg d'laborer l'indice de rsistance, le dlgu des Etats-Unis a fait part de ses doutes quant l'utilit d'un tel indice, compte tenu de l'existence d'un indice de vulnrabilit. Le G-77/Chine a expliqu que l'intention est qu'il serve d'outil de gestion visant aider les PEID dans leurs prises de dcisions concernant l'dification de leur capacits de rsistance.

La Culture: L'UE a appel la suppression du libell concernant le capital risque et l'accs au crdit pour les petites et moyennes entreprises culturelles. Le G-77/Chine a soulign que les rfrences au fonds de soutien culturel et l'accs au capital risque sont essentielles, tant donn qu'elles appuient les industries culturelles qui crent des emplois dans les PEID, et qu'elles ne cherchent pas crer de nouveaux mcanismes mais renforcer celles disponibles.

La mise en uvre: L'UE a propos l'insertion d'un libell supplmentaire soulignant l'importance de l'amlioration des efforts, de la part des PEID et du reste de la communaut internationale, pour la mise en application du Plan d'action 21 et la concrtisation des objectifs tablis dans les ODM et dans le PMAJ. L'UE a galement reconnu l'importance: de ressources financires, accrues de manire significative et utilises de manire efficace; d'opportunits commerciales amliores; du transfert de technologies cologiquement rationnelles, des termes concessifs ou prfrentiels; de la sensibilisation et de la conscientisation; du renforcement des capacits et de l'amlioration de l'information pour la prise de dcision, et des capacits scientifiques; et de plans nationaux de rduction de la pauvret et de dveloppement durable, dans la ralisation de ces objectifs.

L'UE et les Etats-Unis ont fait objection au libell appelant l'octroi d'un statut spcial aux PEID, en tant que groupe, dans les institutions et les accords internationaux, et un traitement diffrenci, par les institutions multilatrales. Le dlgu des Etats-Unis a dclar que le statut spcial des PEID devra tre ngoci l'intrieur de chacune de ces institutions et de ces accords. Le G-77/Chine a rpondu que s'ils ne parviennent pas obtenir un statut spcial, les PEID doivent tre reconnus par les institutions internationales, comme tant un groupe ayant des circonstances particulires, de manire ce que ces institutions puissent prendre des mesures appropries.

Le Canada a dclar que les priorits listes dans le chapitre consacr la mise en application sont trop nombreuses, et a suggr d'laborer des ensembles de priorits, de manire ce que les orientations soient plus claires. Le G-77/Chine a prcis que, pour les PEID, la principale priorit est le dveloppement durable, et que dans ce chapitre, le libell dresse la liste des outils ncessaires la ralisation de cette priorit. Il a mis en garde contre les implications sociales de l'octroi d'une priorit un secteur, par rapport un autre, dans les PEID.

L'UE a recommand de supprimer le libell appelant la revue et la mise jour des propositions de projets soumises par les PEID la Runion des Donateurs des PEID, de 1999, aux fins de garantir un financement aux projets viables, en 2004.

Le Japon a fait objection au libell appelant la dtermination de sources de financement nouvelles et innovantes, pour la facilitation du transfert des technologies appropries, arguant qu'un tel mcanisme existe dj au sein du FEM. Le G-77/Chine a mentionn, en outre, les problmes rencontrs dans l'accs aux fonds et le fait que le champ d'exercice du FEM soit limit aux projets environnementaux. Le porte-parole a soulign le souhait des PEID de disposer de centres d'change rgionaux, pour pouvoir accder aux technologies appropries.

L'accs aux ressources financires: Au sujet de l'aide devant tre fournie aux PEID pour l'accomplissement de leurs obligations internationales en matire de dveloppement durable, les Etats-Unis, appuys par le Japon, ont propos de remplacer ce paragraphe par le paragraphe 4 du Consensus de Monterey, qui contient un libell internationalement approuv concernant ces objectifs, et qui met en exergue, entre autres, la ncessit d'une bonne gouvernance, d'une mobilisation des ressources intrieures, de l'attraction de flux financiers internationaux, et d'un traitement du financement de la dette et de l'allgement de la dette extrieure.

Au sujet des rfrences appelant la ralisation de l'objectif, approuv l'chelle internationale, pour l'APD, le dlgu a remis en question l'-propos de l'objectif 0,7% du PIB, pour la mesure de l'aide financire devant tre fournie aux PEID. Il a galement propos l'insertion d'une rfrence gnrale toutes les formes d'aide financire et en particulier, celles fournies dans le cadre des partenariats. Le Canada et le Japon ont propos de faire rfrence au paragraphe 42 du Consensus de Monterrey, qui contient un libell appelant des engagements d'APD en faveur des pays en dveloppement et des pays les moins avancs (PMA) et encourageant ces pays s'assurer que l'APD est utilise de manire efficace pour la concrtisation des buts et des objectifs de dveloppement. Le G-77/Chine a soulign l'importance de l'objectif 0,7%, signalant qu'il est mentionn dans le rapport du Secrtaire Gnral de l'ONU, consacr aux PEID. Le porte-parole a galement indiqu que les partenariats doivent tre bass sur le principe des responsabilits communes mais diffrencies, et qu'ils devraient mobiliser des ressources pour le soutien des priorits des PEID.

L'UE, le Japon et les Etats-Unis ont suggr la suppression du libell appelant l'tablissement d'un fonds fiduciaire spcialis et des facilits d'investissement pour les PEID. L'UE a propos l'insertion d'un paragraphe additionnel soulignant le rle des investissements des secteurs privs intrieur et tranger dans les PEID, comme tant essentiel pour l'amlioration de la croissance et de l'emploi et pour la rduction de la pauvret.

Le Japon a encourag la suppression du libell appelant les institutions financires multilatrales tablir, en matire de rduction de la dette, des critres spciaux, particuliers aux PEID. Le dlgu des Etats-Unis s'est oppos de telles rfrences, soulignant qu'il n'est pas appropri, pour la Runion Internationale (RI), de faire de telles requtes aux organisations qui ne relvent pas des comptences des Nations Unies. Le G-77/Chine a dclar qu'en tant que runion des Nations Unies, la RI pourraient mettre des instructions ces institutions, de prendre en ligne de compte les questions touchant aux PEID. Le porte-parole a affirm que les rfrences appelant, en matire de rduction de la dette, des critres spcifiques aux PEID, constituent une suite importante au texte du paragraphe 51 du Consensus de Monterrey qui, entre autres, encourage le besoin d'explorer des mcanismes innovants permettant de traiter de manire exhaustive les problmes de la dette des pays en dveloppement.

Le suivi et l'valuation: L'UE a propos que le suivi et l'valuation de la mise en application du PAB soient examins dans le cadre gnral du suivi intgr et coordonn des sommets et confrences des Nations Unies. Le G-77/Chine a prcis que ce mcanisme n'est pas entirement en place. L'UE a demand des claircissements sur, entre autres, le sous-paragraphe portant sur la rduction du fardeau des PEID dans le domaine de l'laboration des rapports. Mettant l'accent sur le manque de capacits en matire d'tablissement des rapports, le G-77/Chine a parl des possibilits offertes pour l'laboration de rapports conjoints, pour les exemptions et pour la prorogation des dates limites.

Au sujet de l'amlioration de la coordination internationale au sein du systme des Nations Unies, l'UE a suggr de remplacer le libell appelant au renforcement de l'Unit charg des PEID par un libell appelant un soutien continu en faveur de cette mme Unit. Au sujet du renforcement des institutions rgionales des PEID, l'UE a propos de remplacer le libell appelant l'tablissement d'un cadre pour la coopration PEID-PEID par un libell appelant au renforcement de cette coopration, et a propos de supprimer les libells appelant au renforcement ou l'tablissement de mcanismes de coordination rgionaux, consacrs au dveloppement durable.

L'UE a propos l'insertion d'un dernier paragraphe accueillant avec satisfaction le fait que la CDD ait dcid, dans le cadre de son programme de travail, de s'assurer du suivi des engagements pris en faveur des PEID d'ici 2014 et 2015, paralllement l'objectif gnral de 2015 de la Dclaration du Millnaire.

Le dlgu des Etats-Unis a indiqu qu'il fera circuler, pour le chapitre entier, un nouveau texte appelant au renforcement d'une approche pragmatique rationalise, insre dans les stratgies nationales, et appelant les agences des Nations Unies apporter leur assistance en procdant l'identification des meilleures pratiques et en s'assurant de la mise en uvre d'un systme d'laboration des rapports, la fois simple et uniforme.

CONCLUSION: A la fin de l'change initial autour du Document de la Stratgie, vendredi aprs-midi, les dlgus se sont penchs sur la voie suivre. Le modrateur MacKay a soulign que si un accord peut tre atteint dans certains domaines, plusieurs autres ncessitent davantage de discussions. Il a propos aussi d'organiser deux ou trois journes de consultations informelles New York, pour entamer des ngociations autour d'un texte de compilation bas sur le Document de Stratgie et sur les propositions qui ont t avances durant la runion prparatoire. Les Etats-Unis, appuys par l'UE, ont fait part de leur volont de participer dans les informelles-informelles, pourvu que le processus de consultation ne soit pas ouvert tous. Le Japon a dclar accepter de prendre part aux informelles-informelles, pourvu qu'il n'y ait pas d'implications extra-budgtaires. Soulignant que les discussions autours des PEID ne devraient pas avoir lieu durant la CDD-12, le dlgu des Etats-Unis a demand que le texte de compilation soit mis disposition la fin de la session. Le G-77/Chine, avec la Rpublique de Core et le Canada, a demand que le texte soit distribu aussitt que possible. Il a t finalement dcid que le texte serait mis disposition dans le courant de la semaine du 19 avril.

Compte tenu du nombre de questions encore en suspens, MacKay a recommand, et les dlgus ont accept, que les consultations informelles soient tenues les 28 et 29 aot 2004, Maurice, pour la facilitation des prparatifs de la RI.

La Rpublique de Core a demand des claircissements concernant la situation du papier officieux des Etats-Unis, distribu durant les consultations informelles tenues le 8 avril. Le dlgu des Etats-Unis a prcis que sa dlgation n'a pas fait circuler le papier officieux cette runion prparatoire, mais que cela ne veut pas dire qu'il est nglig.

L'ORDRE DU JOUR DE LA REUNION INTERNATIONALE: Des consultations informelles ont t menes, tout le long de la Runion Prparatoire, autour de l'ordre du jour provisoire de la RI. Vendredi matin, l'ordre du jour provisoire (E/CN.17/2004/L.2) a t distribu. Le G-77/Chine a propos, et les dlgus ont accept, d'amender l'ordre du jour, en y supprimant le sous-article consacr aux Evnements Spciaux, inscrit dans le cadre du Dbat Gnral, et en y replaant les points consacrs au projet de Stratgie et aux Documents Politiques par un point consacr l'adoption des rsultats finaux de la RI.

LA PLENIERE DE LA CDD-12

Le Prsident de la CDD-12, Brende, a convoqu une session plnire de la CDD, vendredi aprs-midi, invitant la Commission reprendre l'examen des prparatifs de la revue de la mise en application du PAB. Aprs lecture du rapport du modrateur, MacKay, concernant les consultations informelles qui ont eu lieu durant les trois journes prcdentes, la Commission:

  • a adopt L'Ordre du Jour Provisoire de la Runion Internationale pour l'Evaluation de la Mise en Application du Programme d'Action pour le Dveloppement Durable des PEID (E/CN.17/ 2004/L.2);
     

  • a dcid de dsigner MacKay, modrateur des informelles-informelles qui doivent avoir lieu New York; la mi-mai; et
     

  • a dcid de mener des consultations informelles les 28 et 29 aot, Maurice, avant la RI.

Le Secrtaire Gnral de la RI, Chowdhury, a indiqu que son bureau entend travailler en troite collaboration avec le pays hte, et consulter les dlgations au sujet des questions d'organisation ayant trait l'ordre du jour de la RI. Il a inform les participants que les documents mis prcdemment dans ce processus, seront rdits sous le systme de numrotation des documents de l'Assemble Gnrale. S'agissant du Forum de la Socit Civile, prvu du 27 au 29 aot 2004, il a mis en relief la dcision prise au sujet de l'accrditation des ONG et a signal que huit nouvelles ONG seulement ont t accrdites, jusque-l. Il a encourag les dlgus examiner la meilleure manire de  permettre d'autres, dont les demandes sont parvenues aprs la date limite, de participer dans la RI. Il a appel la communaut internationale contribuer au fonds fiduciaire volontaire, pour la participation pleine et effective des PEID dans les consultations informelles avant la RI. Il a fait l'loge des dlgus pour leur engagement et MacKay pour son leadership dans la modration des consultations informelles, et a remerci les dlgus pour leur esprit de coopration.

Soulignant que l'ordre du jour ayant trait aux PEID s'est largi depuis la Confrence de la Barbade, le Prsident de la CDD-12, Brende, a indiqu que la RI viendra offrir la communaut internationale l'occasion de passer en revue les dfis poss et les thmes mergeants, et a souhait voir des solutions pratiques tre apportes. Il a inform les participants que la CDD-12 examinera les prparatifs de la RI, au cours de son segment de haut niveau, vendredi 30 avril, et a cltur la runion prparatoire sur les PEID 17h40.

LE SEGMENT DE HAUT NIVEAU SUR LES PREPARATIFS DE LA REUNION INTERNATIONALE

Les discussions de haut niveau sur les prparatifs de la RI ont eu lieu vendredi 30 avril. Maurice, au nom de l'AOSIS, a identifi les quatre principaux lments entravant le dveloppement durable des PEID: le manque de ressources; l'insuffisance de l'accs aux technologies appropries; le manque de capacits humaines; et la faiblesse des capacits commerciales. S'agissant de la runion prparatoire de la RI, il a indiqu que les dlgus ont t en mesure de dterminer de nombreux points de convergence, un certain nombre de sujets ncessitant davantage de travail pour parvenir un consensus, et un certain nombre de questions exigeant une dcision politique.

Le Qatar, au nom du G-77/Chine, a soulign que la runion prvue Maurice est d'importance cruciale et qu'elle doit aboutir un engagement renouvel en faveur de la suite de la mise en application du PAB. Le dlgu a indiqu qu'il ne devrait pas y avoir de rengociation du PAB, et que l'valuation doit englober les questions socioconomiques nouvelles et mergeantes reconnues comme tant des entraves au dveloppement durable des PEID.

L'UE a dclar que le rsultat de la runion de Maurice devrait se focaliser sur la mise en application, tre tourne vers l'action et avoir une forte valeur-ajoute. Le reprsentant a soulign l'importance des programmes et des mesures visant l'accroissement de la rsistance des PEID, travers le renforcement de leurs capacits ragir et s'adapter aux chocs conomiques, sociaux et environnementaux et aux volutions non matrises. La Nouvelle Zlande a dclar que la RI devrait se focaliser sur les principales questions couvertes dans le PAB, et aboutir des rsultats de valeur, travers un engagement mondial renouvel en faveur du cas particulier des PEID. Le dlgu des Etats-Unis a appel, en guise de rsultat, un document final concis, pratique et quilibr, et a encourag l'adoption d'une approche entreprenante, en matire de partenariat.

En vue de capitaliser les avantages de la mondialisation, le dlgu des Bahamas, au nom de la Communauts des pays des Carabes, a encourag la prise des mesures ncessaires au renforcement des capacits et l'amlioration de la rsistance des PEID. La Barbade a fait part de ses rserves concernant le dclassement des PEID classs comme PMA, ainsi que le dclassement prmatur d'autres PEID de l'avantage des financements des termes concessifs. La reprsentante a galement appel l'tablissement d'un mcanisme de coordination rgionale pour la suite de la mise en application du PAB, dans les Carabes. La Guyane a dclar que la CDD et le DAES doivent fournir un cadre ferme pour le soutien des PEID, et a soulign que la survie des PEID n'est pas une affaire pour commerants, mais une mission pour l'humanit.

La Rpublique dominicaine a dclar que la libralisation du commerce et les rgles commerciales exercent un impact ngatif sur leurs rgimes de bananes, et a affirm que la communaut internationale n'a pas honor les engagements qu'elle a pris dans le cadre du PAB. Tuvalu a dclar que la RI devrait se focaliser en premier sur les actions qui peuvent tre mises en application et qui peuvent faire une diffrence quant au dveloppement durable des petites les. Le dlgu des Iles Marshall a appel la communaut internationale soutenir et renforcer les partenariats avec les PEID. Palau a encourag le FEM et les agences des Nations Unies simplifier les procdures de dboursement, de manire rpondre aux circonstances particulires des PEID.

Le Secrtaire Gnral de la RI, Anwarul Chowdhury a mis en exergue la ncessit: de partenariats; de rsultats focaliss et classs par ordre prioritaire pour catalyser le processus de mise en uvre; d'arrangements appropris pour la mise en uvre et pour le suivi, de prfrence sur une base annuelle et par un organe consacr; et d'un rle plus important pour les organes intergouvernementaux rgionaux chargs du suivi des rsultats de la RI.

Plusieurs intervenants ont soulign le besoin d'un traitement commercial particulier et prfrentiel pour les PEID, notamment pour ce qui est de l'accs aux marchs, et ont mis en relief l'importance de l'entre en vigueur du Protocole de Kyoto et de la ncessit de traiter les effets des changements climatiques sur les PEID.

BREVE ANALYSE DE LA REUNION PREPARATOIRE SUR LES PEID

ELABORER L'HISTOIRE ENTIERE

Comme dans tous les processus ayant rapport avec les Nations Unies, en particulier ceux traitant du dveloppement durable, plusieurs voies peuvent tre empruntes pour parvenir un accord. La considration que les dlgus participant la runion prparatoire sur les PEID, avaient le plus l'esprit, tait la slection des voies suivre pour l'achvement des travaux et pour la ralisation d'un nouvel accord mondial en faveur des PEID en temps voulu pour la Runion Internationale qui doit se tenir Maurice, plus tard cette anne. Cette analyse retrace l'laboration du Document de la Stratgie, le regard port sur les principales volutions qui ont merg du premier change officiel des points de vue entre les PEID et leurs partenaires dans le domaine du dveloppement.

LES EVOLUTIONS QUI ONT MARQUE LES NEGOCIATIONS

Durant la runion prparatoire, les discussions ont t axes sur des changes formels des points de vue et sur la soumission de nouvelles propositions par les partenaires de dveloppement des PEID, dans une tentative de transformer le Document de la Stratgie en principal rsultat de la Runion Internationale. Plusieurs observateurs ont estim que le Document de la Stratgie rend compte de la moiti de l'histoire, seulement, savoir, les priorits des PEID -  et que la runion prparatoire de New York a offert aux partenaires de dveloppement des PEID, l'occasion de s'assurer que le Document de la Stratgie englobe les vues de la communaut internationale, et rende compte ainsi de l'histoire entire.

Parmi les sujets difficiles soulevs au cours de la rdaction de l'histoire entire: la ralisation d'un accord sur le rsultat de la Runion Internationale, le classement par ordre prioritaire des actions devant tre entreprises par les PEID et par la communaut internationale, et le placement de mesures tournes vers l'action dans le cadre des accords internationaux existants consacrs au dveloppement durable.

Le premier ensemble de sujets devant tre trait dans la runion prparatoire, porte sur la dtermination des rsultats de la runion de Maurice. La position des Etats-Unis et de nombre d'autres partenaires de dveloppement, tait que le Document Stratgie a t labor par les seuls PEID et que par consquent il ne rend pas compte des points de vue de tous les Etats membres des Nations Unies. Ces pays, souhaitant sans doute viter des ngociations autour d'un texte trop long, comme ce fut le cas dans les ngociations menes autour du PAB en 1994, ont propos que pour la russite de la runion, il est besoin d'un document concis, pratique et quilibr, les Etats-Unis suggrant que le Document de la Stratgie ne soit pas retenu comme plate-forme des ngociations. A plusieurs occasions, le dlgu des Etats-Unis a argu qu'il serait peu sage d'exclure l'option consistant adopter le Document de la Stratgie, comme rsultat informel, si possible annex au rapport de la Runion Internationale, soulevant l'option consistant envisager un document alternatif plus concis, en particulier si les futures ngociations devaient aboutir des progrs limits dans la suppression des crochets. Il a galement estim qu'il s'agissait l d'une option facile permettant d'viter l'aplanissement des divergences sur un long texte de compilation.

L'adoption de l'ordre du jour de la Runion Internationale, par la CDD, a t perue par certains comme favorisant la position des Etats-Unis. La soumission initiale de l'ordre du jour provisoire avait t retarde, en attendant la poursuite des consultations informelles entre le Bureau de la CDD-12, le Secrtariat, le G-77/Chine, l'AOSIS et d'autres gouvernements. Quelques partenaires de dveloppement ont fait part de leurs rserves concernant le point de l'ordre du jour, appelant l'adoption d'un projet de Stratgie pour la Suite de la Mise en application du PAB, qui, ont-ils argu, prjugeait de l'adoption du Document de la Stratgie, comme rsultat officiel de la runion de Maurice. Aprs des discussions informelles, ce point de l'ordre du jour a t supprim et remplac par une rfrence, plus gnrique, l'adoption des conclusions de la Runion Internationale. Bien que superficielle, la suppression de cette rfrence l'adoption du projet de Stratgie, laisse les options concernant la nature du rsultat de la Runion Internationale, ouvertes.

Dans ce dbat, une certaine attention a t accorde la ncessit d'un classement par ordre prioritaire, des questions abordes dans le Document de la Stratgie, et au besoin de reflter un nombre limit de priorits spcifiques aux PEID. Par exemple, au lieu de traiter les 14 chapitres du PAB ainsi que des thmes nouveaux et mergeants, le dlgu des Etats-Unis a suggr la considration de cinq priorits: l'eau, l'assainissement et les dchets; les ressources ctires et marines; le transport et les communications; la gouvernance; et la sant. Ces sujets taient dcrits dans le papier officieux des Etats-Unis, soumis durant les informelles-informelles, tenues avant la runion prparatoire, et ont form la plate-forme des propositions des Etats-Unis en faveur d'un texte alternatif au Document de la Stratgie. L'UE a fait part de sa volont de travailler avec le Document de la Stratgie, mais a souhait, toutefois, voir le texte rendre compte d'un meilleur classement prioritaire des Objectifs de Dveloppement du Millnaire, et d'un accent plus prononc sur les stratgies propres aux pays. De l'autre ct, le G-77/Chine a reconnu l'importance du traitement de l'ensemble des 14 chapitres du PAB, dans un cadre intersectoriel traitant du manque de ressources et de capacits, de l'insuffisance de l'accs aux technologies appropries et de leur incapacit participer dans l'conomie mondiale.

Le deuxime grand sujet qui a fait surface durant la runion prparatoire tait celui du souhait, la fois des PEID et de leurs partenaires de dveloppement, de placer le Document de la Stratgie dans le contexte des accords internationaux conclu depuis le Sommet du Millnaire. Tt dans le dbat, un dsaccord a fait surface sur l'interprtation des rsultats, leur pertinence pour les PEID, l'utilisation slective des libells approuvs au sujet de la bonne gouvernance, de l'aide publique au dveloppement (APD), du commerce et des finances et du dpassement des dtails de ngociation convenus dans le Consensus de Monterrey et dans l'Accord de Doha de l'OMC sur le Dveloppement. La rfrence la plus contentieuse tait celle portant sur le Consensus de Monterrey, qui a t souleve plusieurs occasions, par les donateurs, au moment o on cherchait supprimer la rfrence aux nombreux engagements fournir des fonds, en particulier l'APD, et tablir un nouveau mcanisme de financement pour soutenir les efforts des PEID dans la mise en application. Pour certains observateurs, les spectres de Monterrey taient en train de revenir pour hanter le rsultat de la runion de Maurice. Les partenaires de dveloppement ont indiqu qu'ils n'taient pas prts aller au-del des engagements pris et des promesses faites Monterrey, mais les PEID ont argu que le PAB est le document pivot pour le traitement du dveloppement durable et que le Consensus de Monterrey devrait tre peru comme tant une mesure complmentaire destine soutenir la mise en application. Ils souhaitaient, par consquent, considrer Monterrey comme tant un paquet indivisible et se sont opposs une utilisation slective de certaines composantes des conclusions de Monterrey, qui permettraient leurs partenaires de dveloppement d'viter de prendre de nouveaux engagements financiers.

Le chapitre consacr au commerce a galement t l'objet d'interprtations divergentes quant au mandat de la Runion Internationale et quant la comptence du systme des Nations Unies mettre des directives aux institutions financires internationales et l'OMC. La Rsolution de la question des capacits et de la reprsentation au sein des instances dcisionnelles, et de celle de l'accs aux avantages du rgime du commerce international, tait perue par les PEID comme tant une composante cruciale de la Runion Internationale. Cependant, leurs partenaires de dveloppement tenaient ce qu'aucun prjudice ne soit port aux ngociations en cours au sein de l'OMC, et en particulier, au programme de travail de l'OMC, ax sur les petites conomies, faisant part  de leurs rserves que les PEID soient en train de tenter de crer un nouveau groupe de ngociation dans le cadre de l'OMC ou arguant que la runion n'est pas le lieu appropri pour de telles discussions. Dans cette mme orientation, les partenaires de dveloppement n'ont pas manqu de bondir sur le libell faisant rfrence au principe de responsabilits communes mais diffrencies, craignant de voir, comme Johannesburg, les PEID utiliser ce principe pour justifier leurs appels un traitement particulier et prfrentiel, dans le rgime du commerce international, et arguant que le principe ne peut tre appliqu hors du contexte environnemental. Une autre volution qui a merg dans ce dbat, tait la proccupation concernant les tentatives de rengociation du PAB, proccupation qui s'est manifeste dans la rticence de certains partenaires de dveloppement apporter leur appui au libell, trait prcdemment dans le PAB, portant sur le transport et le dpt des dchets radioactifs dans et travers les territoires des PEID.

TRACER LA ROUTE VERS MAURICE

Le troisime sujet qui a donn lieu un certain dbat, a port sur l'utilisation du libell donnant la communaut internationale, des directives pour la prise de mesures en faveur du dveloppement durable des PEID. Les Etats-Unis, l'UE, le Japon, le Canada et l'Australie ont demand la suppression de toutes les rfrences au libell stipulant que des actions doivent tre entreprises par la communaut internationale, prfrant un texte plaant l'accent sur l'action devant tre prise par les PEID eux-mmes et invitant la communaut internationale soutenir leurs efforts. Dans une certaine mesure, ce point de vue tait sous-tendu par l'hypothse mise dans le rapport du Secrtaire Gnral de l'ONU, qui, selon le G-77/Chine, crait une fausse impression que les PEID sont capables de prendre en main leurs problmes de dveloppement durable, eux-mmes. Aprs plusieurs demandes de suppression du libell suggrant les actions qui doivent tre entreprises par la communaut internationale, Maurice, au nom du G-77/Chine, a, en plaisantant, rappel aux partenaires de dveloppement que depuis la runion de la Barbade, les PEID n'ont pas cess d'inviter la communaut internationale la partie, avec peu ou pas de raction, et qu'il est dsormais temps pour eux d'tre plus persuasifs dans leurs requtes.

Avec une seule lecture du Document de la Stratgie et de nombreux paragraphes de rechange et de propositions d'amendement et de suppression de libells, le premier dialogue de fond entre les PEID et leurs partenaires de dveloppement a fait ressortir de grandes divergences dans les approches et les priorits entre les deux groupes. Cependant, les difficults venir ne sont pas insurmontables. Il est possible que le prochain tour de consultations informelles donne lieu des solutions cratrices permettant aux PEID et leurs partenaires de dveloppement aller au-del des limites de Monterrey et des ngociations de l'OMC, et d'accorder une priorit aux dfis nouveaux et mergeants. La responsabilit du traage de ce cours repose surtout sur l'ambassadeur de Nouvelle Zlande auprs des Nations Unies, Don MacKay, et sur le Secrtaire Gnral de la Runion Internationale, Anwarul Chowdhury.

L'ambassadeur MacKay a t sollicit par le Bureau de la CDD-12, de modrer les consultations informelles prvues avant la runion prparatoire, ainsi que les consultations menant la Runion Internationale. Cela, en reconnaissance des capacits dont MacKay a fait montre dans la modration des ngociations qui ont donn lieu un change de vues positif. Avec les capacits de modration de MacKay, ainsi que le rle de donateur jou par la Nouvelle Zlande dans la rgion du Pacifique et sa participation dans les dlibrations et les programmes rgionaux travers le Forum des Iles du Pacifique, les PEID disposent d'un Prsident tout fait familiaris avec les dfis et les problmes auxquels leur dveloppement se trouve confront.

Outre MacKay, le rle du Secrtaire Gnral de la Runion Internationale, qui se trouve tre galement le Haut Reprsentant des Nations Unies pour les Pays les Moins avancs (PMA), les Pays en Dveloppement Enclavs et les PEID, est considr par certains comme tant l'atout qui pourrait faire de la runion de Maurice, un haut lieu pour les PEID. Chowdhury, qui est ce poste depuis juste deux ans, a dj pris part des runions internationales similaires aboutissant des volutions importantes pour la cause des pays vulnrables. Il apporte au processus de Maurice sa grande exprience dans l'dification de partenariats entre les groupes vulnrables et leurs partenaires de dveloppement, comme en a tmoign le rle qu'il a jou, en sa qualit de Coordinateur des PMA, la Confrence de Bruxelles sur les PMA, tenue en 2001, et en tant que Secrtaire Gnral de la Confrence d'Almaty sur les Pays en Dveloppement Enclavs, tenue en 2003. C'est la combinaison du rle de dfense jou par Chowdhury, et du travail programmatique effectu par l'Unit charge des PEID au sein du Dpartement charg des Affaires Economiques et Sociales, qui a permis l'laboration de l'approche adopte par l'ensemble du systme des Nations Unies l'gard des questions ayant trait aux PEID, dans le processus de la Maurice.

DE PETITES ILES MAIS DE GRANDS ENJEUX

Plusieurs questions centrales la fois pour les PEID et leurs partenaires de dveloppement n'ont pas t rsolues New York, signalant clairement l'existence d'une divergence dans l'approche de l'opration du mandat assign par l'assemble Gnrale et consistant renouveler l'engagement politique en faveur du cas particulier des PEID.

Cependant, la fin de la runion prparatoire, plusieurs volutions taient videntes: il y a eu un dialogue positif et constructif entre les PEID et leurs partenaires en dveloppement; il reste encore une quantit monumentale de ngociation mener pour la transformation du texte de compilation en une Stratgie tourne vers l'action, s'il en faut; et la rsolution des questions ayant trait au commerce, au financement et aux directives l'intention de la communaut et aux organisations internationales, exigera l'laboration de solutions cratrices, rpondant aux besoins la fois des PEID et de leurs partenaires de dveloppement. Nanmoins, cette runion prparatoire de trois jours a jet les fondations ncessaires l'accomplissement du mandat fix par l'Assemble Gnrale et l'ouverture de plusieurs voies constructives pour le renouvellement du soutien politique international en faveur des PEID.

A SUIVRE DICI LA REUNION INTERNATIONALE

ATELIER SUR LA BANQUE ET LA FINANCE DANS LES PETITS ETATS: LES QUESTIONS POSEES ET LES POLITIQUES SUIVIES: Prvu du 3 au 14 mai 2004, la Vallette, Malte, cet atelier vise dissminer l'information et fournir une formation dans le domaine de la banque et de la finance, couvrant une varit de thmes, avec une focalisation sur les Petits Etats. Pour plus d'informations, contacter: the Director, Islands and Small States Institute, Foundation for International Studies, UN; tel: +35-6-2124-8218; fax: +35-6-2123-0551; e-mail: [email protected]; Internet: http://home.um.edu.mt/islands/brochure_21jan04_comsec.doc

FNUF-4: La quatrime session du FNUF aura lieu du 3 au 14 mai 2004, Genve, en Suisse. Elle traitera, entre autres: les progrs accomplis dans la mise en uvre, le savoir ayant trait aux forts, les aspects sociaux et culturels des forts; et les moyens d'excution. Pour plus d'informations, contacter: Elisabeth Barsk-Rundquist, UNFF Secretariat; tel: +1-212-963-3262; fax: +1-917-367-3186; e-mail: [email protected]; Internet:  http://www.un.org/esa/forest      

PREPCOM 1 DE LA CONFERENCE MONDIALE SUR LA REDUCTION DES CATASTROPHES: Cette runion aura lieu les 6 et 7 mai 2004, Genve, en Suisse, pour la prparation de l'valuation dcennale des activits de rduction, depuis la premire Confrence Mondiale sur la Rduction des Catastrophes Naturelles, qui s'est droule Yokohama, au Japon, en 1994. Le processus d'valuation culminera avec la Seconde Confrence Mondiale sur la Rduction des Catastrophes, qui se tiendra Kobe, Hyogo, au Japon, du 18 au 22 janvier 2005. Pour de plus amples renseignements, contacter: UN/ISDR; tel: +41-22-917-2103; fax: +41-22-917-0563; e-mail: [email protected]; Internet: http://www.unisdr.org

ATELIER REGIONAL D'ASIE-PACIFIQUE SUR LES PRATIQUES DANS LES DOMAINES DE L'ENERGIE ET DE L'ENVIRONNEMENT ASSORTIMENT DES THEMES ET DES RESSOURCES: Cet atelier aura lieu du 10 au 14 mai 2004, Bangkok, en Thalande. Les objectifs de cet atelier consistent dterminer et traiter les besoins nergtiques et environnementaux rgionaux/sous-rgionaux, et dterminer la manire dont les ressources fournies par le FEM peuvent tre utilises comme catalyseur pour la mobilisation des ressources l'chelon national, pour couvrir la mise en uvre des stratgies. Pour les dtails, contacter: Bethany Donithorn, UNDP; tel: +1-212-906-6197; e-mail: [email protected]; Internet: http://whoiswho.sidsnet.org/

LES CONSULTATIONS INFORMELLES-INFORMELLES DES PEID: En prparation de la Runion internationale sur les PEID, des consultations informelles informelles sont prvues du 17 au 19 mai 2004, New York. Pour de plus amples informations, contacter: Diane Quarless, UNDSD, SIDS Unit; tel: +1-212-963-4135; fax: +1-917-367-3391; e-mail: [email protected]; Internet: http://www.sidsnet.org/ 

REUNIONS DE L'ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE: Des runions de divers conseils, comits et organes de ngociation de l'OMC, pertinentes aux secteurs de l'environnement et du dveloppement, sont prvues en 2004 Genve, en Suisse. Le Conseil Gnral doit se runir de nouveau, les 17 et 18 mai, les 27 et 29 juillet, les 20 et 21 octobre et les 13, 14 et 16 dcembre. La Commission sur le Commerce et l'Environnement se runira les 6 et 7 juillet et les 12 et 13 octobre. La Commission sur le Commerce et le Dveloppement est prvue le 11mai, les 28 et 29 septembre et le 16 novembre. Pour plus de renseignements, contacter: WTO Secretariat; tel: +41-22-739-5111; fax: +41-22-731-4206; e-mail: [email protected]; Internet: http://www.wto.org/english/news_e/meets.pdf 

CONSULTATION FEMONG ET REUNION DU CONSEIL DU FEM: Une consultation FEM-ONG aura lieu le 18 mai 2004, suivie de la Runion du Conseil du FEM, qui se runira du 19 au 21 mai. Les deux runions se tiendront Washington, D.C. Pour d'autres renseignements, contacter: the GEF Secretariat; tel: +1-202-473-0508; fax: +1-202-522-3240; e-mail: [email protected]; Internet: http://gefweb.org/

SECOND FORUM ET EXPOSITION DES CARAIBES SUR L'ENVIRONNEMENT (CEF-2): Ce forum se droulera du 31 mai au 4 juin 2004, Port d'Espagne, Trinidad. Il vise mettre en prsence les principales parties prenantes des Carabes et internationales pour parler des problmes poss et partager les expriences acquises dans les domaines de l'environnement et du dveloppement. La runion servira galement de forum rgional pour la prsentation et la discussion des questions ayant trait la RI. Pour plus de renseignements, contacter: CEF-2, Conference Secretariat; tel: +758-452-2501; fax: +758-453-2721; e-mail: [email protected]; Internet: http://www.cehi.org.lc/cef2/index.htm

CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LES ENERGIES RENOUVELABLES: Cette confrence se droulera du 1er au 4 juin 2004, Bonn, en Allemagne. La runion examinera, entre autres, le financement (instruments) et le dveloppement du march, la formation des conditions favorisant la mise en place d'un cadre politique habilitant, et le renforcement des capacits. Pour plus de renseignements, contacter: Secretariat of the International Conference for Renewable Energies; tel: +49-6196-794404; fax: +49-6196-794405; e-mail: [email protected]; Internet: http://www.renewables2004.de/

CNUCED XI: CNUCED XI est prvue du 13 au 18 juin 2004, So Paulo, au Brsil. Le Thme de cette anne porte sur l'Amlioration de la cohrence entre les stratgies de dveloppement nationales et les processus conomiques internationaux visant la croissance et l'essor conomique, en particulier, dans les pays en dveloppement. Pour plus d'informations, contacter: UNCTAD; tel: +41-22-907-1234; fax: +41-22-907-0043; e-mail: [email protected]; Internet: http://www.unctad.org/ 

20e SESSIONS DES ORGANES SUBSIDIAIRES DE L'UNFCCC: Les  vingtimes sessions de l'Organe Subsidiaire charg de fournir des Avis Scientifiques et Technologiques (OSAST) et l'Organe Subsidiaire sur la Mise en Application (SBI) de l'UNFCCC, se drouleront du 16 au 25 juin 2004, Bonn, en Allemagne. Pour d'autres renseignements, contacter: UNFCCC Secretariat; tel: +49-228-815-1000; fax: +49-228-815-1999; e-mail: [email protected]; Internet: http://unfccc.int/sessions/sb20/index.html

QUATRIEME SOMMET DES CHEFS D'ETATS ET DE GOUVERNEMENTS D'AFRIQUE, DES CARAIBES ET DU PACIFIQUE (ACP): Ce Sommet se tiendra du 21 au 24 juin 2004, Maputo, au Mozambique. Pour en savoir davantage, contacter: ACP Secretariat; tel: +32-2-743-0600; fax: +32-2-735-5573; e-mail: [email protected]; Internet: http://www.acpsec.org/

DIXIEME SYMPOSIUM INTERNATIONAL SUR LES RECIFS CORALLIENS (ICRS): Cette runion aura lieu du 28 juin au 2 juillet 2004, Okinawa, au Japon, pour traiter de la stabilit et de la dgradation des cosystmes des rcifs coralliens. Pour plus d'informations, contacter: Plando Japan Inc.; tel: +81-3-5470-4401; fax: +81-3-5470-4410; e-mail: [email protected]; Internet: http://www.plando.co.jp/icrs2004/ 

25me REUNION DE LA CONFERENCE DES CHEFS DE GOUVERNEMENTS DE LA COMMUNAUTE DES PAYS DES CARAIBES: Cette runion est provisoirement prvue du 4 au 8 juillet 2004, la Grenade. Pour les dtails, contacter: CARICOM Secretariat; tel: +592-226-9280; fax: +592-226-7816; e-mail: [email protected]; Internet: http://www.caricom.org/

CONFERENCE INTERNATIONALE POUR L'EVALUATION DECENNALE DE LA MISE EN APPLICATION DU PROGRAMME D'ACTION DE LA BARBADE: Cette runion internationale, qui est prvue provisoirement du 30 aot au 3 septembre 2004, Port Louis, Maurice, procdera une valuation exhaustive de la mise en uvre du POB. Elle englobera un segment de haut niveau et sera prcde par deux journes de consultations informelles. Pour de plus amples renseignements, contacter: Diane Quarless, UNDSD, SIDS Unit; tel: +1-212-963-4135; fax: +1-917-367-3391; e-mail: [email protected]; Internet: http://www.sidsnet.org/ 

Further information

Participants

Tags