BNT:14:14 [Page suivante] . [Page pr�c�dente] . [Table des mati�res]

GROUPE DE TRAVAIL I

Le Groupe de Travail, sous la Pr�sidence de Nana Ama YEBOA (Ghana), se r�unit dans l'apr�s-midi pour �tudier le travail du groupe officieux et entamer l'examen des Chapitres I (Enonc� de la Mission) et II (Cadre Mondial).

Au paragraphe 293 (conf�rence sur les engagements), les d�l�gu�s s'accord�rent pour �noncer que la QCMF est une conf�rence sur les actions et les engagements nationaux et internationaux, que les Etats et la communaut� internationale ont �t� encourag�s � prendre des engagements et que nombre d'entre eux l'ont fait durant la QCMF. Au 309 (poste de haut niveau), les Etats demanderont au S. G. des Nations Unies d'�tablir au sein de son cabinet un poste de haut niveau charg� des questions f�minines.

Les quatre paragraphes int�ressant la Commission sur le Statut de la Femme furent approuv�s comme suit: 318, l'A.G. et l'ECOSOC sont invit�s � revoir et renforcer le mandat de la CSF; 319 note que la CSF doit disposer de ressources humaines et financi�res suffisantes; 320 stipule que la CSF doit aider l'ECOSOC dans sa coordination des rapports concernant la Plate-forme d'Action; et 321 appelle la CSF � �valuer les domaines critiques, dans le d�veloppement de son programme de travail.

Les d�l�gu�s devaient s'engager ensuite dans un long d�bat sur les ressources, en rapport avec le paragraphe 5 (n�cessit� d'avoir des engagements forts). Le G-77/Chine apport�rent leur soutien � la r�f�rence "ad�quates". Au paragraphe 27 (r�le des ONG), les d�l�gu�s �t�rent les crochets entourant la r�f�rence � l'impossibilit� pour les ONG d'op�rer librement dans certains pays. Au 30 (femme et famille), le Saint Si�ge, le Kenya et les Philippines appuy�rent le libell�, les USA se d�clar�rent pour l'inclusion des points dans le document, et l'UE avan�a une alternative. Au 31 (femme et religion), le Saint Si�ge, le Guatemala, l'Equateur et d'autres souhaitaient retenir le paragraphe; L'UE, le Mexique et d'autres voulaient sa suppression; et le B�nin, l'Egypte, l'Inde, les USA, entre autres, propos�rent sa reformulation.

Au 35 (communication mondiale et mass m�dias), de nombreux d�l�gu�s devaient proposer la reformulation de la r�f�rence au manque d'engagement des mass m�dias pour la promotion des valeurs et de la dignit� humaine; certains autres sugg�r�rent de la placer ailleurs; d'autres, enfin, propos�rent sa suppression. Le Groupe reprendra ce point durant la discussion de la section concernant les mass m�dias. Les d�l�gu�s devaient par la suite se r�unir en s�ance officieuse, en nocturne, pour la n�gociation des paragraphes en suspens.

[Haut de la page]