Read in: English

Report of main proceedings for 2 September 2003

Le groupe de discussion inter-agences s'est runi pour examiner le thme: "La CCD: nouvelle opportunit pour l'amlioration de cadre de la coopration en matire d'APD pour la promotion du dveloppement durable dans les cosystmes arides." La session tait modre par Ian Johnson, Vice-prsident de la Banque Mondiale.

Hamdallah Zedan, Secrtaire Excutif de la CDB, a mis l'accent sur les synergies entre les trois conventions de Rio, et a donn un aperu sur les travaux mens actuellement par le Secrtariat de la CDB dans le domaine de la biodiversit des zones arides. Koos Richelle, Directeur Gnral du Dveloppement, la Commission Europenne, a parl de l'importance de l'intgration des PAN dans une stratgie nationale unique. Len Good, CEO du FEM, a soulign l'engagement fort du FEM en faveur de la mise en uvre de la CCD, avec 500 millions de dollars rservs cette fin, sur une priode de trois ans. Jack Wilkinson, Prsident de la Fdration International des Producteurs Agricoles, a appel l'implication des agriculteurs dans les processus dcisionnels.

Lennart Bge, Prsident du Fonds International pour le Dveloppement Agricole, a mis en exergue l'importance de l'intgration des questions ayant trait la dsertification dans les plans de dveloppement nationaux, et des travaux mens sur les indicateurs de la dsertification. Abdoulie Janneh, Administrateur Adjoint du PNUD, a appell l'amlioration des moyens de subsistance des femmes dans les zones rurales, en vue de concrtiser les ODM et vaincre la dsertification. Shafqat Kakakhel, Directeur Excutif Adjoint du PNUE, a indiqu que la dsertification est un dfi pluridimensionnel exigeant l'effort conjoint de l'ensemble des Parties et de toutes les agences. Pekka Patosaari, chef du Forum des Nations Unies pour les Forts (FNUF), a not que les travaux du FNUF et de la CCD sont complmentaire, et a encourag l'amlioration de la coopration et des synergies entre les deux Secrtariats. Joke Waller-Hunter, Secrtaire Excutif de la CCCC, a not que les effets adverses du changement climatique aggravent la dsertification, et que les mesures visant promouvoir l'adaptation aux changements climatiques contribuent l'allgement de la pauvret et la lutte contre la dsertification.

Au cours du dbat qui a suivi, les ministres ont soulign la ncessit d'impulser les partenariats, d'valuer la qualit et la mthodologie des projets, d'accrotre les financements, et de traiter la vulnrabilit des PEID. BURKINA FASO a soulign que la CCD constitue le cadre idal pour la concrtisation de l'aide aux pauvres. Le BOTSWANA appel le groupe de discussion procder l'identification des mesures permettant l'instauration d'une utilisation durable des terres et de la faune et de la flore sauvages, et la sauvegarde des vies humaines. L'AFRIQUE DU SUD a appel l'accroissement de la coopration entre les AEM et les agences multilatrales, et a fait part de son regret quant au dsquilibre de la rpartition hommes-femmes, au sein du groupe de discussion. CUBA a mis en relief la porte de la coopration sud-sud et a soulign le ncessit, l'chelon national, de capacits aptes interprter les donnes scientifiques et techniques.

Le CAMEROUN a appel les participants tirer les enseignements ncessaires de l'exprience des pays exposs la dsertification et la dgradation des terres, en vue de mieux identifier les solutions. Le PAKISTAN a suggr que les fonds soient rpartis de manire galitaire, entre les rgions, et a appel le FEM fournir des dtails sur les montants disponibles, et sur les conditions exiges pour l'laboration des programmes et projets. Le BANGLADESH a appel davantage d'APD pour le renforcement des capacits et la promotion de moyens de subsistance durables. La ZAMBIE a requis de la Banque Mondiale et du FIDA, la fourniture d'claircissements sur les financements disponibles pour les programmes de soutien aux moyens de subsistance durable et scurit alimentaire, en particulier, dans les zones rurales, qui ne suscitent pas l'intrt des sources de financement traditionnelles.

Le modrateur a clos le dbat en signalant que les agences traiteront, de manire officieuse, les questions particulires poses par les pays.

DIALOGUE INTERACTIF DES MINISTRES: La Prsidente Simen Negrn a dsign Pierre Marc Johnson (Canada) au poste de modrateur, et les dlgus ont lu Anne Marie Skjold (Norvge), au poste de rapporteur du dialogue interactif des ministres. Le modrateur a demand nombre de pays de ragir aux remarques du groupe de discussion inter-agence.

La reprsentante de la BARBADE a soulign l'absence de financement comme tant le motif le plus important de l'insuffisance des actions visant faire avancer l'agenda de l'attnuation et la rsolution des "menaces environnementales." Elle a mentionn le problme de la longueur des cycles d'approbation des projets et les critres compliqus de pr-qualification comme tant autant d'obstacles entravant la concrtisation des projets. Elle a affirm que les Carabes souffrent du dclin de l'APD, d une perception errone de la ralit de la richesse de la rgion. Le PAKISTAN a soulign le besoin d'une troite collaboration entre les agences de dveloppement et les pays en dveloppement. Notant que la CCD dispose de moyens plus faibles que ceux des autres conventions, le dlgu a indiqu que sa mise en uvre ncessite le soutien des agences donatrices. Il a indiqu galement que les projets doivent tre labors en concertation avec les pays en dveloppement. Le dlgu des ETATS-UNIS a dclar que la mise en uvre doit tre plutt sous le contrle des pays que sous celui des donateurs. Il a mis en relief la participation active des parties prenantes, y compris les ONG, les femmes et les organisations d'agriculteurs. Au sujet du financement, il a not que la mise en uvre doit attirer l'investissement du secteur priv et de ses sources la fois extrieures et intrieures, qui peuvent contribuer au co-financement et l'amlioration de la productivit des femmes et des hommes, pour l'radication de la pauvret.

REMARQUES INTRODUCTIVES: Plusieurs ministres ont t sollicits de faire des remarques introductives sur le thme examin par le groupe de discussion inter-agence.

Au sujet des flux de l'APD rservs au dveloppement rural, le BURKINA FASO a not le dclin enregistr dans ce domaine, et a identifi le dveloppement rural effectif comme tant une priorit pour l'radication de la pauvret. S'agissant de l'radication de la pauvret, L'AFRIQUE DU SUD a not que l'APD peut aider: la mise en uvre de programmes visant l'amlioration de l'infrastructure rurale et de l'accs aux marchs; l'accroissement de l'approvisionnement alimentaire; l'extension des zones bnficiant de programmes de gestion durable des terres et de systmes crdibles de contrle des ressources en eau; et au renforcement de la recherche agricole. L'INDONESIE a dclar que la pauvret persistante cre des conditions qui risquent de mener des consquences sociales et politiques dangereuses aux chelons nationaux et dpartementaux. Au sujet de l'aptitude de la CCD concrtiser ses priorits stratgiques, l'UE a indiqu que des mesures long-terme, visant une dcentralisation politique, institutionnelle et fiscale, sont ncessaires, pour la promotion des communauts locales. Au sujet du FEM et des synergies, la GEORGIE a not que la mise en uvre de la CCD sera plus efficace lorsque les Parties reconnatront que la dsertification est un flau qui affecte le monde entier, et pas uniquement les pays africains. Le GUATEMALA a dcrit les actions menes aux chelons national et rgional, visant la cration de synergies entre les correspondants des conventions pertinentes, pour une utilisation plus efficace des ressources mises disposition par le FEM.

LA TABLE RONDE

Le Prsident Castro Ruz a runi de nouveau la table ronde des chefs d'Etat et de gouvernement, rappelant aux participants que leur tche consiste dbattre et conclure l'laboration d'une Rsolution. Plusieurs orateurs ont ritr l'importance des campagnes d'ducation et d'alphabtisation, de la coopration sud-sud, et de l'tablissement d'un nouvel ordre conomique mondial. Le reprsentant du PARLEMENT ANDIN a propos l'laboration d'une rsolution soulignant l'engagement travailler de manire concerte avec les pouvoirs lgislatifs, en vue de coordonner les politiques locales, nationales, sous-rgionale et rgionales, et qui serait indpendante de la Dclaration finale. Le Secrtaire Excutif de la CCD, Diallo, a propos que cela soit envisag pour le prochain Forum des Parlementaires. Le Prsident Castro Ruz, le VENEZUELA et SAINT VINCENT ET GRENADINES ont procd un change de vue sur la question de la pauvret, mettant en relief, l'insuffisance de l'APD et les structures inquitables du commerce international. L'AFRIQUE DU SUD a soulign l'importance de la question de la paix et de la scurit.

Le Secrtaire Excutif de la CCD, Diallo, a ensuite prsent la Dclaration, pour adoption. La Dclaration raffirme la ncessit de mettre en application le PMAJ, reconnat la CCD comme tant l'un des outils les plus importants pour l'radication de la pauvret, et rappelle le Chapitre 17 du Plan d'action 21, qui reconnat que les PEID sont cologiquement fragiles et qu'ils constituent un cas particulier dans la perspective du dveloppement durable. Elle engage les gouvernements poursuivre la paix, le dveloppement durable, le multilatralisme et le respect du droit international. La Dclaration note galement que les personnes vivant dans zones touches doivent tre au centre de tous les programmes de lutte contre la dsertification, et encourage l'amlioration des conditions conomiques, sociales et environnementales des pauvres. Elle appelle l'OMC prendre note des effets exercs par les subventions accordes dans les secteurs de l'agriculture et du commerce, sur le dveloppement rural et le problme de la dsertification, et envisager leur suppression. Elle invite l'ensemble des Parties touches intgrer la CCD dans les stratgies nationales de dveloppement durable, et d'inclure les programmes de lutte contre la dsertification dans les politiques concernant les terres, l'eau, le dveloppement rural, les forts, l'nergie et l'ducation et la culture.

LES CONSULTATIONS OFFICIEUSES

UNITES REGIONALES DE COORDINATION: Le travail de rdaction s'est poursuivi tout au long de la journe. Plusieurs Parties ont prfr une dcision ratifiant l'existence de trois URC, d'autres ont estim que davantage de donnes sont ncessaires pour garantir une prise de mesure par la CdP. Deux propositions textuelles ont t avances. L'une, requiert du Secrtariat, d'entreprendre une tude de faisabilit, cot valu, des arrangements de collaboration, "utilisant au mieux les entits rgionales et sous-rgionales disponibles," et de la soumettre la considration de CdP-7. L'autre proposition demande la soumission des points de vue sur les fonctions et les modalits des URC, d'ici le 1er avril 2004. Elle requiert galement du Secrtariat, la compilation des soumissions, l'laboration d'une tude de faisabilit prliminaire, pour examen, par un atelier organis en conjonction avec la CRIC-3, et l'laboration d'un rapport formel sur la faisabilit, pour la CdP-7, o sera finalis le cahier des charges des URC.

RESULTATS DU SMDD: Les dlgus ont poursuivi leurs consultations officieuses, examinant un papier rvis soumis par le modrateur, rest lourdement crochet.

SUIVI DES REUNIONS REGIONALES: Le groupe n'a pas t en mesure de s'accorder sur le texte invitant les pays industrialiss et les agences multilatrales contribuer volontairement aux activits de mise en uvre des programmes d'action, certains pays industrialiss prfrant l'insertion d'une rfrence aux "diverses agences intresses, la fois publiques et prives," et la suppression du terme "industrialiss" du libell rest entre crochets.

ARTICLE 47 DU REGLEMENT INTERIEUR: Les participants ont examin le papier officieux soumis par le modrateur du comit de rdaction officieux. Les Parties ont dlibr du point de savoir si la question devait tre examine au cours de cette CdP ou tre reporte la CdP-7.

SYNERGIES: Dans les consultations officieuses convoques sur la question des synergies, un groupe de pays a suggr l'insertion d'un libell sur l'accs des PEID, aux ressources financires relevant du programme oprationnel du FEM pour la gestion durable des terres. Le sujet sera repris mercredi 3 septembre.

DANS LES COULOIRS

Sur une note positive, le Secrtariat de la CCD a sign, mardi, un Mmorandum d'Entente avec le Secrtariat de la Convention sur les Espces Migratrices. Plusieurs dlgus esprent que cet vnement donnera une nouvelle impulsion aux consultations officieuses autour de la question des synergies. Certains ont, toutefois, fait part de leurs rserves concernant le risque de voir l'vnement passer pour une sorte de "note mineure de bas de page" en comparaison avec ceux de la signature de la Rsolution finale, par les chefs d'Etat, et de la dclaration Conjointe des groupes de pays africains, des Carabes, du Pacifique et de l'UE.

A SUIVRE AUJOURD'HUI

REUNION EXTRAORDINAIRE: Le groupe de discussion inter-agence se runira de nouveau de10h 13h, en Salle 1, pour conclure le dialogue interactif avec les ministres et entendre les dclarations des chefs de dlgations, des agences des Nations Unies et des organisations internationales.

PLENIERE DE LA CdP: La CdP se runira de 15h 18h, en Salle 1, pour examiner les projets de dcisions transmis par le CST et le CRIC.

CONSULTATIONS OFFICIEUSES: Des consultations officieuses seront menes tout au long de la journe, pour poursuivre la rdaction des dcisions de la CdP concernant les URC, le programme et budget, les synergies, les rsultats du SMDD, et l'Article 47 du Rglement intrieur.    

Further information

Participants

Tags