Report of main proceedings for 21 November 2005

Lundi 21 novembre, les dlgus la huitime Confrence des Parties (CdP-8) la Convention sur les Espces Migratrices (CEM) se sont runis en plnire toute la journe pour entendre les remarques de bienvenue et pour examiner des questions administratives, des rapports et des projets de rsolutions concernant l'objectif 2010 de la biodiversit et sur l'utilisation durable. Un groupe de travail s'est runi dans la soire pour poursuivre l'examen du projet de rsolution concernant l'utilisation durable.

PLENIERE

S'adressant la plnire travers un message vido, Klaus Tpfer, Directeur Excutif du PNUE, a soulign la pertinence croissante de la CEM compte tenu des effets des changements climatiques sur les espces migratrices et des rcentes irruptions de la grippe aviaire. Il a recommand d'tablir un lien entre la conservation des espces migratrices et les considrations de sant humaine, de croissance conomique durable et de rduction de la pauvret, conformment aux Objectifs du Millnaire pour le Dveloppement (OMD). Il a apport son appui aux efforts fournis par la CEM dans la fourniture de donnes scientifiques concernant les oiseaux migrateurs, en particulier, sur la grippe aviaire, et dans l'tablissement de partenariats avec le secteur priv.

Soulignant que la Convention se trouve un point crucial de son histoire, Robert Hepworth, Secrtaire Excutif de la CEM, a mis en relief l'importance des directives de la CdP au sujet de l'inscription des espces, des nouveaux accords, du plan stratgique de la CEM et des ressources ncessaires la concrtisation de l'objectif 2010.

QUESTIONS ADMINISTRATIVES: Rglement Intrieur: Le Secrtariat a introduit le Rglement Intrieur Provisoire (UNEP/CMS/Conf.8.4/rev.2 et Corr.), attirant l'attention sur la nouvelle clause 12 qui requiert que les soumissions des rsolutions et des recommandations proposes par les parties soient communiques aux Secrtariat, au moins 60 jours avant la CdP. Au sujet de la rgle 15, qui rend les parties inligibles au vote lorsque leurs contributions sont arrires, il a invit les parties concernes fournir, durant la CdP-8, une preuve crite des versements en cours. La CdP-8 a adopt les clauses, la NORVEGE soulignant que la partie ne devrait pas tre exclue du vote lorsque des circonstances exceptionnelles et invitables retardent les paiements.

Election des membres du Bureau: La Plnire a lu Patrick Van Klaveren (Monaco), Prsident de la CdP-8, Rolph Payet (Seychelles), Prsident de la Grande Commission (GC) et Vice-prsident de la CdP-8, et Roberto Schlatter (Chili), Vice-prsident de la GC. La Lettonie, le Niger, le Prou, le Maroc et l'Australie ont t dsigns membres du Comit de Vrification des Pouvoirs.

Autres questions administratives: La plnire a adopt l'ordre du jour et le calendrier des travaux (UNEP/CMS/Conf.8.1, 8.1.Add.1 et 8.2) sans amendement, et ont admis au titre d'observateurs, les experts du Conseil Scientifique, les organisations intergouvernementales et non gouvernementales, et un participant issu du secteur priv.

LES RAPPORTS: Le Secrtariat: Prsentant son rapport (UNEP/CMS/Conf.8.3 et 8.17), le Secrtariat a soulign que: le MA concernant l'outarde Houbara est susceptible d'tre conclu durant la CdP-8; que plusieurs nouveaux MA sont en cours d'laboration; et que l'ventuelle laboration d'accords juridiquement contraignants sur le 'Flyway' d'Asie Centrale et sur les gorilles, n'a pas t approuve. L'orateur a galement mis en exergue: les projets sur la Grue de Sibrie, les antilopes sahlo-sahariennes, et la recherche petite chelle et la conservation; l'tablissement des Amis de la CEM en tant qu'association but non lucratif ciblant le secteur priv en Allemagne, comme partie intgrante de la stratgie de collecte des fonds; et, le nombre croissant des adhrents la CEM, Samoa devenu la quatre-vingt-treizime partie de la Convention en novembre 2005, et d'autres tant attendus a s'y joindre d'ici la fin de l'anne.

Le Comit Permanent: Martin Brasher, Prsident du Comit Permanent de la CEM, a prsent un rapport sur les activits du Comit depuis la CdP-7 (UNEP/CMS/Inf.8.6), mettant en exergue le groupe de travail intersession tabli pour la prsentation des options offertes pour le traitement des questions financires, y compris l'laboration de scnarios budgtaires. Il a soulign l'appui du Comit la leve de fonds dans le secteur priv, et l'importance du nouveau plan stratgique pour la ralisation de l'objectif 2010.

Le Conseil Scientifique: Colin Galbraith, Prsident du Conseil Scientifique de la CEM, a prsent un rapport sur le travail du Conseil (UNEP/CMS/Inf.8.5), se focalisant sur la revue du plan stratgique de la CEM, sur les propositions d'inscription d'espces et sur les projets de rsolutions et de recommandations soumis la considration de la CdP-8. Il a soulign l'importance: de l'tayage des actions avec des constatations scientifiques; du rattachement du travail du Conseil celui des organes scientifiques d'autres conventions; et de la scurisation de financement de la CEM.

Les Accords: Les Secrtariats des Accords ont prsent leurs rapports respectifs (UNEP/CMS/Inf. 8.4.1 4). L'AEWA a mis l'accent sur les rsultats positifs de sa rcente Runion des Parties (RdP) et sur les activits entourant son 10e anniversaire. L'ACAP a signal que l'Accord est rcemment entr en vigueur, a tenu sa premire RdP et a entam diverses activits. L'ACCOBAMS a parl de l'expansion du nombre de ses adhrents et a dcrit ses rcentes activits dans les domaines du suivi, de la conscientisation et du renforcement des capacits. EUROBATS a soulign sa contribution dans l'tablissement possible d'un nouvel instrument focalis sur les chauves-souris d'Afrique. Le MA de l'IOSEA sur les Tortues Marines a prsent un rapport sur le nombre croissant de ses adhrents et de ses activits, mettant en relief la mise en place d'un service en ligne de communication des donnes, d'un systme cartographique interactif et d'une coopration avec la FAO pour le suivi des prises secondaires.

Les Etats: L'ALLEMAGNE, en ses qualits de dpositaire et de gouvernement hte, a prsent un rapport sur la signature d'un nouvel accord entre le pays hte et la CEM, et sur sa contribution l'initiative Amis de la CEM. L'AUTRICHE a parl de son engagement en faveur du MA sur l'outarde barbue. La COTE DIVOIRE a soulign la contribution importante des initiatives rgionales et sous-rgionales pour la protection des espces migratrices et pour la ralisation de l'objectif 2010. SAMOA a mis l'accent sur la vulnrabilit des petits Etats insulaires en dveloppement (PEID) et a exprim l'espoir de voir sa rcente ratification faciliter la coopration technique, scientifique et financire. HAITI a mis en relief la protection des mammifres marins par les PEID. Identifiant la CEM comme tant un parapluie idal pour l'action coordonne, le dlgu des SEYCHELLES a fait part de son engagement en faveur de l'utilisation durable des ressources. L'ERYTHREE a pris l'engagement de signer le MA de l'IOSEA sur les Tortues Marines durant la CdP-8. L'ALGERIE et l'IRAN ont affirm leur intention de se joindre la CEM d'ici fin 2005, et l'ARMENIE, en 2006. CUBA a prsent un rapport sur l'tat d'avancement de son processus d'adhsion la CEM et le HONDURAS a mis en exergue les avantages de l'accession la CEM, y compris la rduction de la pauvret. Le COSTA RICA a parl des contraintes financires srieuses poses la protection de la biodiversit, et a soulign la mise en place d'une stratgie nationale pour la conservation des ressources marines. Le dlgu d'ANTIGUA ET BARBUDA a mis l'accent sur les effets constatables des changements climatiques sur les PEID et leur biodiversit.

Les Partenaires: Bakary Kante, Directeur de la DCE, au sein du PNUE, a prsent un rapport sur la collaboration du PNUE avec la CEM, mettant en exergue les initiatives consacres aux OMD et aux accords environnementaux multilatraux (AEM), et aux marchs pro-pauvres des services cosystmiques tablis dans le cadre des AEM. La CDB, au nom du GROUPE DE LIAISON SUR LA BIODIVERSITE, a dclar que le groupe s'est runi quatre reprises depuis 2004 pour coordonner des actions en vue de la ralisation de l'objectif 2010. Le reprsentant a soulign l'importance des changes d'informations entre, et de la conscientisation concernant, les conventions lies la biodiversit, et a plaid en faveur de l'approche fonde sur les cosystmes. La CONVENTION POUR LA PROTECTION ET LE DEVELOPPEMENT DU MILIEU MARIN DE LA REGION DES CARAIBES a souhait voir se concrtiser un degr plus lev d'intgration et de coopration avec la CEM, sur la base du nouveau Mmorandum de Coopration qui sera sign la CdP-8. Le WWF a soulign que les prises secondaires constituent l'une des menaces les plus perverses poses la biodiversit marine. L'ASSOCIATION MONDIALE DES ZOOS ET AQUARIUMS a souhait intensifier sa coopration avec la CEM. L'UICN a mis en exergue son Mmorandum de Coopration avec la CEM.

OBJECTIF 2010 EN MATIERE DE BIODIVERSITE: Le Secrtariat a prsent un rapport sur les activits de la CEM ayant trait l'objectif 2010 (UNEP/CMS/Conf.8.6/Rev.1 et Inf.8.22), soulignant que l'objectif est un thme transversal portant sur plusieurs points de l'ordre du jour et que la rsolution propose (UNEP/CMS/Res.8.7) est focalise de manire particulire sur l'laboration d'indicateurs permettant d'valuer la contribution de la CEM la ralisation de l'objectif de 2010, et les synergies avec d'autres cadres et organes. Le Prsident Van Klaveren a regrett la porte limite de la rsolution. L'organisation BIRDLIFE INTERNATIONAL a demand tre mentionne parmi les partenaires pour l'laboration d'un index des espces migratrices dans le cadre de l'Index de la Plante Vivante (IPV). Le Secrtariat a signal que le Conseil Scientifique a propos des amendements pour permettre la considration d'autres indicateurs en cours d'laboration, outre ceux applicables l'IPV. La FRANCE a propos d'insrer une demande au Secrtariat de prsente un rapport sur ce point, la CdP-9.

UTILISATION DURABLE: Le Secrtariat a prsent un projet de rsolution appelant l'adoption et l'application des Principes et des Directives d'Addis Abba concernant l'Utilisation Durable de la Biodiversit (PDAA) (UNEP/CMS/Conf.8.8 et Res.8.1). L'oratrice a rappel que le Conseil Scientifique a avis la CdP que les PDAA sont en contradiction avec les principes de la CEM, qui accordent une priorit la protection des espces menaces, faisant tat de l'absence d'une dfinition de l'utilisation de subsistance des autochtones dans le cadre des PDAA. Le Prsident du Conseil Scientifique, Galbraith, a prcis que les discussions sur ce sujet sont alles plus loin que les questions scientifiques. Appelant l'adoption d'une approche pratique et constructive et un mcanisme appropri pour surmonter la tragdie de l'Humanit, le Royaume-Uni, au nom de l'Union Europenne (UE), a plaid pour l'adoption des PDAA, et a suggr leur essai prcautionneux et la poursuite de leur laboration. Le dlgu des PAYS-BAS a mis en relief le lien entre l'utilisation durable et l'approche cosystmique telle qu'applique par la CDB, plaidant pour l'application des deux. Plutt que adopter les PDAA, l'AUSTRALIE, appuye par le SENEGAL, l'INDE et la NOUVELLE ZELANDE, a prfr encourager leur utilisation approprie, tant donn que les PDAA ne sont pas tous applicables dans le contexte de la CEM. L'ASSOCIATION INTERNATIONALE POUR LA CONSERVATION DES BALEINES ET DES DAUPHINS (AICBD) a mis en garde contre l'utilisation des PDAA ayant trait aux animaux marins. L'ALLEMAGNE a favoris l'adoption des PDAA dans la perspective de la CEM. Le KENYA a soulign l'importance d'une entente sur les pratiques de l'utilisation durable. Soulignant que les critres de l'utilisation durable diffrent d'un pays l'autre, le dlgu a appel un partage quitable des avantages entre les Etats de l'aire de rpartition. Concerne par les implications financires, la TANZANIE a suggr que le programme de travail conjoint des CEM-CDB mette en uvre les PDAA, avec possibilit d'accession aux ressources du FEM. Le FONDS INTERNATIONAL POUR LE BIEN-ETRE DES ANIMAUX VIVANTS (IFAW) a identifi plusieurs obstacles d'ordre juridique poss l'application des PDAA la CEM. L'UICN a favoris l'application des PDAA la CEM, soulignant qu'ils ne sont pas conus pour tre contraignants ou universels. Le Prsident Van Klaveren a tabli un groupe de travail pour poursuivre l'examen de cette question.

GROUPE DE TRAVAIL

Le groupe de travail sur l'utilisation durable, prsid par Ian McLean (Royaume-Uni), s'est runi dans la soire. Les dlgus ont apport un large soutien au PDAA dans le cadre de la CDB; Ils ont dbattu toutefois du point de savoir si dans le cadre de la CEM ces Principes ne risquaient pas d'tre perus comme un encouragement l'utilisation consommative des espces migratrices. Les dlgus ont galement dbattu du point de savoir si les PDAA pouvaient nanmoins fournir un cadre pour l'valuation de l'utilisation des espces inscrites la CEM, y compris l'utilisation non consommative, telle que l'cotourisme. Le groupe de travail a examin les options offertes pour une rsolution alternative, telle que: demander au Conseil Scientifique d'examiner la compatibilit des PDAA avec la CEM, tout en prenant en ligne de compte la conduite d'tudes de cas; reconnaissance de l'adoption des PDAA dans d'autres instances; et/ou invitation de la CITES et de la CDB, lors de l'analyse des tudes de cas, tenir une consultation avec la CEM, pour son expertise particulire sur les espces migratrices. Le groupe de travail se runira de nouveau, mardi.

DANS LES COULOIRS

La premire tincelle de dsaccord la CdP-8 a t dclenche par le projet de rsolution concernant l'utilisation durable, l'adoption propose des Principes d'Addis Abba (PDAA) divisant les dlgus pour des motifs la fois juridiques et politiques. Certains ont estim que les PDAA pourraient tre appliqus la CEM sans controverse, parce que la Convention considres dj l'utilisation de subsistance traditionnelle, des espces migratrices, et parce que les PDAA pourraient servir doutil au traitement des causes profondes de l'rosion des espces migratrices. Plusieurs dlgus, se sont opposs toutefois la migration des PDAA, outil labor dans le cadre de la CDB, la CEM, trait distinct consacr particulirement la conservation des espces. Certains participants taient galement inquiets de voir une rsolution de la CdP risquer d'encourager une utilisation consommative des espces migratrices, ou mme rendre contraignantes, pour les parties la CEM, des directives qui sont volontaires pour les parties la CDB. Considrant le degr de discordance qui a entour ce sujet, un dlgu s'est demand comment cette nergie sera dploye lors de la discussion d'autres sujets plus prominents, tels que le plan stratgique futur et le budget de la CEM.
 

Further information

Participants

Tags